4K Ultra HD – Édition US – Universal Pictures – 126 min – 22 mai 2018 (25th Anniversary Collection)

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 1.85

Bande-son
• Anglais DTS:X
• Français (parisien) DTS 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Bienvenue à Jurassic Park

C’est à partir d’une goutte de sang absorbée par un moustique fossilisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d’espèces de dinosaures. Il s’apprête maintenant avec la complicité du docteur Alan Grant, paléontologue de renom, et de son amie Ellie, à ouvrir le plus grand parc à thème du monde…

À presque trente ans de sa première sortie sur nos écrans, cette adaptation d’un roman de Michael Crichton reste un monument du cinéma d’aventure dont l’extraordinaire pitch, la minutie de la mise en scène, la magie des trucages, la claque visuelle de nombreuses séquences, l’enchantement ressenti devant l’apparition des premiers dinosaures, la bonne vieille terreur et le talent des comédiens n’ont pas pris une ride. Un vrai classique qui continue (et continuera) de marquer de sa griffe les spectateurs et le 7ème art.

IMAGE – La grande illusion

Si le frisson est là, ce n’est pas pour les dinosaures mais à cause de nombreux plans montrant des signes d’un réducteur de bruit (mais où est passé le grain argentique ?). Et c’est bien dommage, puisque l’amélioration reste souvent notable vis-à-vis du Blu-ray de 2011.

Les couleurs sont plus saturées (les rouges et les verts) et donc moins délavées même si conservant l’étalonnage discutable (sans l’excès de jaune pour une carnation plus saine) de la conversion 3D, les contrastes sont plus équilibrés (blancs cramés et noirs bouchés sont de l’histoire ancienne) et les éclairages qui sont plus éclatants profitent d’un bien meilleur écrêtage des hautes lumières.

Mais voilà, entre les détails qui se sont fait croquer (!) et l’absence d’une restauration 4K digne de ce nom (Universal n’étant pas reparti du négatif original pour produire ce nouveau master), visible de par la présence de quelques poussières parasites, c’est la déception qui prédomine.

SON – Vous n’avez pas dit le mot magique !

Le naturel des dialogues, l’engagement du score, la spatialisation des effets ambiants, l’activité de l’espace aérien (les rotors de l’hélicoptère ou encore les rugissements du T-Rex) et la profondeur des graves présents sur la VO DTS:X, enterrent la plus frêle VF, moins puissante et immersive malgré son agressivité et la grande présence des surrounds. À rugir de plaisir !

CONCLUSION – La vie trouve toujours un chemin

Alors qu’il a révolutionné le cinéma en 1993, l’opus fondateur de la franchise aux dinos (du Jurassic) s’est vu gratifier pour son 25ème anniversaire d’une édition 4K Ultra HD bien en deçà des capacités du support (cf. ses prestations visuelles). Et non, l’éditeur n’a pas dépensé sans compter !

Note artistique
8.5
Qualité vidéo
6
Qualité audio
9.5
0
Jurassic Park

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
trackback

[…] les blockbusters des années 90. La mise en scène a du mordant, le scénario nostalgique de Jurassic Park est certes bateau mais bien mené, l’action ne faiblit jamais, l’humour comme le […]

trackback

[…] S’il doit lutter avec le (lourd) cahier des charges de la franchise, un scénario paresseux et des personnages taillés à la hache, ce divertissement hybride entre film catastrophe spectaculaire et horreur gothique n’en reste pas moins l’épisode le plus surprenant de la saga. Parfaitement mis en scène, doté d’une véritable personnalité et instaurant un climat d’authentique terreur dans sa dernière ligne droite, ce segment qui ne laisse aucun moment de répit au spectateur retrouve ce mélange de peur et d’émerveillement qui avait disparu depuis Jurassic Park. […]

trackback

[…] et se servant au besoin de basses physiques (les pas de la Bête évoquent ceux du T-Rex de Jurassic Park), ce mixage 3D aux voix bien claires (une mention spéciale au conteur Jacques Perrin), aux effets […]

trackback

[…] et empli de bons sentiments (la cellule familiale en crise), ce survival animalier qui lorgne vers Jurassic Park est une série B à l’ancienne bien dégraissée dont l’attraction principale est un […]

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x