Provenance : États-Unis | Éditeur : Sony Pictures | Date de sortie : 30 mai 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Français (québécois) DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
Anglais
Français

65: La Terre d'avant
3.5/5

Artistique : 6 | Vidéo : 9 | Audio : 10

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos | DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - L'homme de l'espace contre de gros dinos

Après un terrible crash sur une planète inconnue, le pilote Mills découvre rapidement qu’il a en réalité échoué sur Terre… il y a 65 millions d’années. Pour réussir leur unique chance de sauvetage, Mills et Koa, l’unique autre survivante du crash, doivent se frayer un chemin à travers des terres inconnues peuplées de dangereuses créatures préhistoriques.

Au croisement de After Earth et Jurassic Park, 65: La Terre d’avant s’aventure en terrain balisé (scénario prévisible, personnages clichés) et passe à côté de sa promesse en suivant un chemin bien trop grand public (violence soft, peu de dinosaures à se mettre sous la dent). Mais s’il ne révolutionne certes pas le genre, ce survival de SF qui préfère le drame à l’action (correctement mise en image) se laisse suivre sans déplaisir (visuels réussis, rythme resserré) et a le mérite de redonner à nos gros reptiles carnivores leur identité de dangereux prédateurs (à l’inverse du dernier Jurassic World où ils étaient aussi effrayants qu’un Chihuahua à un défilé Chanel).

IMAGE - Le monde perdu

Captée à une résolution 6K avec la caméra numérique VENICE de chez Sony et finalisée en 4K, l’image travaillée par Salvatore Totino (une photographie fadasse sans une once d’identité même si agréablement cinématographique dans son rendu) est restituée avec le plus grand soin par ce transfert UHD Dolby Vision proche de la perfection (un peu de bruit ici et là même si mieux géré que sur le Blu-ray).

Les détails sont plus nets (la précision des plans rapprochés, les textures de la peau, la clarté des environnements), la palette colorimétrique plus profonde (les teintes terreuses, la carnation) avec des primaires plus vibrantes (notamment les rouges et les bleus), les contrastes renforcés (une aubaine puisque une grande partie de l’action se déroule de nuit) avec des noirs plus profonds et des blancs plus brillants, et les sources lumineuses rehaussées (l’éclat de la sueur, le rayonnement du soleil, les flashs de l’arme à feu, l’intensité des terminaux informatiques, la chaleur des torches, le flamboiement de la  météorite).

65: La Terre d'avant

SON - C’était au temps des dinosaures 🎶

Bardée d’effets et d’ambiances (le milieu forestier prend vie), l’enveloppante et tonitruante piste Dolby Atmos va pousser votre installation HC dans ses derniers retranchements.

Le paysage sonore est luxuriant (la faune et la flore sont palpables), la dynamique monstre (l’atterrissage d’urgence), le champ surround engagé, la scène aérienne décoiffante (les réverbérations dans la grotte, la chute de météorites, les rugissements des reptiles géants), les dialogues clairs, la partition puissamment délivrée (composée par Chris Bacon en collaboration avec Danny Elfman) et les basses énormes (avec de nombreux impacts dans le bas du spectre).

Moins engagée spatialement et sabordée par un doublage monotone, la VFQ proposée en DTS-HD MA 5.1 n’en reste pas moins très spectaculaire.

CONCLUSION - Un fossile à déterrer ?

Piloté par le duo de scénaristes derrière Sans un bruit , cet inoffensif divertissement de série B retrouve du mordant sur support 4K Ultra HD grâce à des prestations A/V qui rugissent de plaisir ! Mais ne serait-il pas temps de laisser les dinosaures reposer en paix ?

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x