4K Ultra HD – Édition US – Lionsgate Films – 92 min – 25 septembre 2018

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.35

Bande-son
• Anglais Dolby TrueHD 7.1
• Anglais Dolby Digital Mono

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – Cette nuit-là, « il » est revenu…

La nuit d’Halloween 1963. Le jeune Michael Myers se précipite dans la chambre de sa sœur aînée et la poignarde sauvagement. Après son geste, Michael se mure dans le silence et est interné dans un asile psychiatrique. Quinze ans plus tard, il s’échappe de l’hôpital et retourne sur les lieux de son crime. Il s’en prend alors aux adolescents de la ville.

Non content d’avoir imposé les codes du slasher « moderne », lancé la carrière de John Carpenter et introduit The Shape, l’implacable machine de mort mutique, le premier Halloween continue d’être une œuvre majeure du genre horrifique à la mise en scène chirurgicale et aux personnages bien exploités où l’angoisse et la terreur montent crescendo. Souvent copié, jamais égalé !

IMAGE – Qui se cache derrière le masque ?

Issu d’une remastérisation effectuée à partir d’un nouveau scan 4K de la pellicule 35 mm, ce transfert UHD Dolby Vision inonde l’écran de détails et supprime (enfin) les teintes chaudes des anciennes versions pour retrouver la palette froide et plus naturelle de la photo d’époque (austère et ténébreuse)… Et c’est bien normal puisque c’est Dean Cundey, le directeur de la photographie, qui s’est occupé de l’étalonnage (approuvé par John Carpenter).

La source est propre et laisse poindre un grain argentique peu bruyant (si ce n’est lors de quelques plans sombres), l’accent a été porté sur les contrastes avec des noirs plus intenses et des blancs plus éclatants, et la plage dynamique élevée permet aux éclairages (les bougies) et autres reflets de prendre vraiment vie.

SON – Knock Knock, Trick Or Treat?

Efficace même si peu puissante, la VO Dolby TrueHD 7.1 qui n’hésite pas à balancer des ambiances sur les surrounds pour élargir le champ sonore surprend par son ouverture frontale. Les dialogues sont clairs, les basses profondes et le score au synthé toujours aussi menaçant.

Présentée en SD, là où elle est proposée en DTS-HD MA 2.0 sur l’Ultra HD Blu-ray français, la VO mono d’origine a été parfaitement nettoyée et délivre des sons clairs non sans une certaine amplitude.

CONCLUSION – Que le Myers gagne !

Si vous souhaitez remonter aux sources du mal, nul doute que le présent 4K Ultra HD (dont l’équivalent est disponible en France chez ESC Editions) saura vous guider vers Haddonfield !

Note artistique
9
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
8
0
Halloween (1978)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
Ummagumma
Éditeur
9 mois il y a

Un chef d’œuvre intemporel.

trackback

[…] par le requel d’Halloween paru en 2018, Leatherface tronçonne les précédentes suites de sa saga (calamiteuses pour la […]

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x