Disponible sur Disney+ depuis le 8 juin dernier, la série Miss Marvel s’intéresse aux aventures de la jeune musulmane Kamala Khan et entend bien prendre la relève d’un certain Peter Parker. C’est le pari que s’est  lancée la créatrice Bisha K. Ali (scénariste de certains épisodes de Loki) avec aux manettes Adil El Arbi et Bilall Fallah, les réalisateurs de Bad Boys for Life.

De grands pouvoirs...

Grande admiratrice / adepte de Captain Marvel, Kamala Khan est une jeune musulmane qui vit à Jersey City. Adolescente exclue par les camarades de son lycée comme par sa propre famille, Kamala n’a pas une vie des plus faciles. Elle est d’ailleurs trop occupée par l’organisation du mariage de son grand-frère. Mais en rangeant son grenier, elle va trouver un curieux bracelet qui va révéler ses super-pouvoirs.

C’est cet évènement qui va attirer l’attention d’une des branches du SHIELD, le Damage Control, un organisme spécialisé dans la collecte et l’archivage d’artefacts aliens et exotiques. Miss Marvel va également s’attirer les foudres d’une brigade de criminels, bien décidée à récupérer le fameux bracelet.

Previous
Next

... impliquent de petites responsabilités !

Si sur le papier l’histoire n’a absolument rien d’originale, c’est bel et bien grâce à sa jeune héroïne, drôle et véritablement attachante, que cette série marque des points. Pleine de joie mais parfois rattrapée par la tristesse et les peines propres à la jeunesse, Kamala reste une ado… Attendez-vous donc aux sempiternelles disputes avec sa maman, au crush avec le beau gosse du lycée ou encore à la rivalité avec la reine du bal. En passant, l’actrice Iman Vellani est la révélation de la série, tout comme Tom Holland l’a été pour la dernière version de Spider-Man.

« Je vais devoir découvrir tout mon avenir avant le déjeuner ? Parce que... »

Kamala Khan à son conseiller d'orientation

En dehors de sa fangirl devenue une super-héroïne, Miss Marvel est magnifiquement photographiée. Le quartier dans lequel elle évolue est bardé de couleurs, loin des bâtiments tristounets des Avengers. Quant aux deux réalisateurs, ils ont eu la bonne idée de ne pas représenter la religion musulmane selon les clichés partagés par une certaine partie de la population américaine, particulièrement à fleur de peau depuis les évènements du 11 septembre 2001.

Malgré des effets spéciaux à la peine (un problème récurrent sur les récentes productions du MCU) et une dernière ligne droite où le soufflé retombe (une simple course-poursuite dans les couloirs d’un lycée), cette introduction au futur film The Marvels (restez jusqu’à la fin du générique final) annoncé pour le 15 février 2023 en France, respire la bonne humeur. Et par les temps qui courent, ça fait du bien.

Biberonné très tôt au cinéma, j'avalais de la pellicule comme d'autres des bérets verts au petit déjeuner ! Curieux de tout et aujourd'hui casanier dans l'âme, c'est dans la douce atmosphère du foyer que j'étanche ma soif sans limite de 7e art.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x