Provenance : Royaume-Uni | Éditeur : Second Sight | Date de sortie : 11 septembre 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 1.85
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
Anglais

Les Crimes du futur
4.5/5

Artistique : 9 | Vidéo : 10 | Audio : 8

Cette édition digipack avec rigid slipcase est disponible à la vente en France auprès de notre partenaire Metaluna Store en cliquant ici 👉 Crimes of the Future 4K Limited Edition

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - La chirurgie est le nouveau sexe

Alors que l’espèce humaine s’adapte à un environnement de synthèse, le corps humain est l’objet de transformations et de mutations nouvelles. Avec la complicité de sa partenaire Caprice, Saul Tenser, célèbre artiste performer, met en scène la métamorphose de ses organes dans des spectacles d’avant-garde. C’est alors qu’un groupe mystérieux se manifeste…

S’il faut le digérer pour en goûter toutes les saveurs, ce film-somme étrangement hypnotisant dans lequel le docteur Cronenberg dissèque sa carrière, expose les organes de sa créativité (son « cancer » à lui) pour mieux autopsier le monde qui l’entoure.

Aussi méditative que sensuelle, cette œuvre personnelle qui ne manque pas de chair (une réflexion étonnamment optimiste sur l’avenir de l’humanité alors que l’état de la planète ne cesse de se dégrader) fouille ainsi ses obsessions (le corps dans tous ses états) avec une atroce beauté (cf. ses décors picturaux et ses ustensiles biomécaniques à la H.R. Giger) dont lui seul a le secret.

Et en double déformé du cinéaste, Viggo Mortensen excise la nouvelle chair (afin qu’elle soit moins fataliste ?) pour accoucher d’un rejeton déviant (évolution naturelle de Vidéodrome et eXistenZ) alors que la technologie se fait prolongement du corps et de son désir. Une « autobiographie » fascinante qui prend aux tripes.

IMAGE - Le corps transformé

Issue d’une captation numérique 3.4K assemblée dans un master intermédiaire finalisé en 4K, la sublime photographie signée Douglas Koch est particulièrement « starisée » par le présent transfert UHD Dolby Vision puisque exempt du moindre défaut.

Dépourvue du moindre grain et peu portée sur les primaires, l’image pointue comme la lame d’un scalpel (une précision chirurgicale de tous les instants) délivre un niveau de détail encore plus époustouflant qu’en HD (les blessures et autres transformations physiques, la rouille des bâtisses qui tombent en ruine), une meilleure lisibilité (juste parfaite) lors des innombrables scènes plongées dans la pénombre (des noirs profonds aux ombres merveilleusement graduées), un étalonnage des couleurs plus fort (la robe rouge de Caprice) et nuancé (les ambiances orangées), et des sources lumineuses réveillées (elles semblent endormies en SDR) même si contenues par nature (les hautes luminances ne dépassant pas les 127 nits).

Les Crimes du futur

SON - Le bruit de nos entrailles

Peu d’effets sonores dans cette approche minimaliste (non moins travaillée) qui s’articule quasi exclusivement à l’avant (les surrounds propagent quelques atmosphères et viennent étendre le score) pour accorder toute l’attention qu’ils méritent aux dialogues sibyllins… Jamais écrasés au sein d’un mixage équilibré dont l’ampleur de l’étrange partition électronique d’Howard Shore n’ampute en rien (bien au contraire même) l’impact. Après écoute, pas sûr qu’une bande-son 3D (qui n’existe pas pour ce titre) aurait rehaussé l’expérience acoustique.

CONCLUSION - Au cœur de la chair

Transgression à cœur ouvert, le dernier long métrage du maître du body-horror opère dans les entrailles de la création pour embrasser l’avenir (aussi désenchanté soit-il) avec sérénité. Et puisque tout y devient art, c’est naturellement vers le 4K Ultra HD (aux prestations A/V organiques) qu’il faudra vous tourner pour être aux premières loges des représentations de Saul ‘Cronenberg’ Tenser.

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
6 mois

Plus j’y repense, plus je me dis que j’ai adoré !

KillerSe7ven
Administrateur
6 mois
Répondr à  le loup celeste

Très probablement mésestimé ! Il doit être magnifique en 4K !

trackback

[…] sa fille Caitlin Cronenberg. Et en une minute à peine, le réalisateur de La Mouche et du récent Les Crimes du futur  (son dernier) parvient à injecter avec un certain brio toute la détresse que l’on peut […]

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x