La 76e Ă©dition du Festival de Cannes s’est dĂ©roulĂ©e sous une pluie nourrie puis un beau ciel bleu du mardi 16 au samedi 27 mai 2023. Couvert par KillerSe7ven et le loup celeste lors de sa deuxiĂšme semaine, l’évĂšnement valait le dĂ©placement puisque l’ambiance festive, le dĂ©cor fĂ©erique de la baie de Cannes, les rencontres dans les files d’attentes et Ă  l’Espace Presse, la cuisine gourmande et les discussions entre fanatiques de cinĂ©ma s’Ă©taient donnĂ©s rendez-vous sur la Croisette.

BanniĂšre Cannes 2023

Une sĂ©lection variĂ©e de films oĂč la richesse et la diversitĂ© du cinĂ©ma international ont pu rayonner, de belles et inattendues rencontres (comme David Grumbach, le CEO de BAC Films), des soirĂ©es plus ou moins arrosĂ©es menant d’un lieu Ă  l’autre de la ville en prĂ©sence ou non de cĂ©lĂ©britĂ©s (Martin Scorsese, Takeshi Kitano), un cinĂ©-concert « Cannes va chanter le cinĂ©ma Â» sur transat les pieds dans le sable, des montĂ©es des marches au cĂŽtĂ© de stars en habit de lumiĂšre (AdĂšle Exarchopoulos, Brie Larson, Quentin Tarantino, etc.), des sĂ©ances le cul vissĂ© Ă  quelques fauteuils des Ă©quipes techniques (l’acteur et rĂ©alisateur Alex Lutz, le rĂ©alisateur Robert Rodriguez), des confĂ©rences de presse forts instructives (celles de La Passion de Dodin Bouffant et L’ÉtĂ© dernier) oĂč les acteurs acceptent de se faire photographier (BenoĂźt Magimel, Juliette Binoche, LĂ©a Drucker), et d’inoubliables CĂ©rĂ©monies de clĂŽture auront ainsi rythmĂ©s le marathon cannois peu reposant (une dette de sommeil importante) mais enivrant de nos deux compĂšres dans les rues bondĂ©es de journalistes/professionnels/passionnĂ©s affairĂ©s.

Entre deux articles de notre toujours bien sapĂ© « Tarzan Â» de Strasbourg et avant notre podcast đŸŽ™ïž en costard, c’est autour de notre canis lupus des PyrĂ©nĂ©es de fouler le tapis rouge avec son aprĂšs-sĂ©ance… ForcĂ©ment consacrĂ©e au Festival de Cannes 2023. Suivez les feuilles de laurier !

Sommaire

Mambar Pierrette

Mambar Pierrette

 (2023 / Cameroun / 93 min) de Rosine Mbakam
Visionné le lundi 22 mai à 19h00 au Théùtre Croisette. Quinzaine des Cinéastes

Sous la pluie de Douala, Mambar, résignée, vide l’eau rentrée dans sa maison avec l’aide de ses enfants. Arrivée dans son atelier de couture, le même calvaire recommence. À tour de rôle, les clientes défilent dans son atelier avec un seul mot à la bouche, la préparation de la rentrée scolaire. Mambar n’a encore rien acheté pour ses enfants. Ses journées sont longues, l’attente de ses enfants est grande, mais la pluie de Douala laissera-t-elle le soleil briller sur Mambar et ses enfants ?

PortĂ© par une formidable interprĂšte, ce « docu-fiction Â» sur le quotidien prĂ©caire d’une mĂšre-courage rĂ©ussit, avec des bouts de ficelle, Ă  dresser un portrait subtil de la situation Ă©conomique du Cameroun et Ă  se confier sur les espoirs des femmes qui peuplent le pays. Sous la pluie de Douala, visitez l’atelier de la couturiĂšre et ouvrez les fenĂȘtres ! 🌿🌿🌿

Acide

Acide

 (2023 / France / 90 min) de Just Philippot
Visionné le lundi 22 mai à 22h30 en Salle AgnÚs Varda. Séance de Minuit

Selma, 15 ans, grandit entre ses deux parents sĂ©parĂ©s, Michal et Élise. Des nuages de pluies acides et dĂ©vastatrices s’abattent sur la France. Dans un monde qui va bientĂŽt sombrer, cette famille fracturĂ©e va devoir s’unir pour affronter cette catastrophe climatique et tenter d’y Ă©chapper.

Évoquant par bien des aspects La Guerre des Mondes de Spielberg, ce solide survival hexagonal Ă  hauteur d’homme dans lequel Guillaume Canet excelle, sonde les liens familiaux sous une horreur (graphique) toujours plus corrosive. Et alors que la couleur se dĂ©lave progressivement, ce futur sans espoir nous alarme sur l’avenir de notre Terre ! 🌿🌿🌿

Club Zero

Club Zero

 (2023 / Autriche, Royaume-Uni, Allemagne, France & Danemark / 110 min) de Jessica Hausner
Visionné le mardi 23 mai à 09h00 au Grand Théùtre LumiÚre. En Compétition

Miss Novak rejoint un lycĂ©e privĂ© oĂč elle initie un cours de nutrition avec un concept innovant, bousculant les habitudes alimentaires. Sans qu’elle Ă©veille les soupçons des professeurs et des parents, certains Ă©lĂšves tombent sous son emprise et intĂšgrent le cercle trĂšs fermĂ© du mystĂ©rieux Club ZĂ©ro.

« EmprisonnĂ©e Â» dans une mise en image Ă  la prĂ©cision maladive, cette satire corrosive sur notre consommation alimentaire et les dangers de l’endoctrinement est sous la coupe d’une Mia Wasikowska magnĂ©tique en gourou de la bouffe. Avec cette idole des jeĂ»nes, difficile de rester sur sa faim ! 🌿🌿🌿🌿

>>> La critique de KillerSe7ven <<<

Augure

Augure

 (2023 / Belgique, Congo, Pays-Bas, Allemagne & Afrique du Sud / 90 min) de Baloji
Visionné le mardi 23 mai à 13h30 en Salle Bazin. Un Certain Regard

ConsidĂ©rĂ© comme un zabolo (sorcier), Koffi a Ă©tĂ© banni par sa mĂšre. AprĂšs 15 ans d’absence, il revient Ă  Lubumbashi pour s’acquitter de sa dot. AccompagnĂ© par sa future femme Alice, il va se confronter aux prĂ©jugĂ©s et Ă  la suspicion des siens.

Alors qu’il voit ses couleurs chatoyantes contraster avec la blancheur du dĂ©sert et ses personnages hantĂ©s par les deuils du passĂ©, ce drame choral sur le dĂ©terminisme se libĂšre des injonctions avec un « rĂ©alisme magique Â» qui n’appartient qu’Ă  lui. VĂ©ritablement ensorcelante, cette autre rĂ©alitĂ© n’est en rien un mauvais prĂ©sage ! 🌿🌿🌿

Kubi

Kubi

 (2023 / Japon / 131 min) de Takeshi Kitano
Visionné le mardi 23 mai à 19h45 en Salle Debussy. Cannes PremiÚre

Au 16Ăšme siĂšcle, le Japon est tourmentĂ© par les conflits qui opposent des gouverneurs de province rivaux. Parmi eux, le seigneur Oda Nobunaga, dĂ©terminĂ© Ă  prendre la tĂȘte du pays, est en guerre contre plusieurs clans lorsque l’un de ses gĂ©nĂ©raux, Araki Murashige, intente une rĂ©bellion avant de disparaĂźtre. Nobunaga rĂ©unit alors ses autres vassaux, dont Mitsuhide et Hideyoshi, et leur ordonne de capturer le fugitif Murashige, en leur promettant que « celui qui trime le plus deviendra son successeur Â»…

Ce film en costumes Ă  la plaisanterie assassine dĂ©tourne les archĂ©types du chanbara pour mieux dĂ©cortiquer la mĂ©canique cynique des jeux de pouvoir. Et dans la continuitĂ© des ses Ɠuvres sur les Yakuzas, ‘Beat’ Takeshi dĂ©croche les rires avec des personnages « historiques Â» sans morale ni honneur malgrĂ© les apparences et les codes. Loin de l’Ă©popĂ©e, c’est Ă  une farce tragique que le cinĂ©aste nous convie ! 🌿🌿🌿

>>> La critique de KillerSe7ven <<<

Asteroid City

Asteroid City

 (2023 / États-Unis / 105 min) de Wes Anderson
Visionné le mercredi 24 mai à 08h30 au Grand Théùtre LumiÚre. En Compétition

Asteroid City est une ville minuscule, en plein dĂ©sert, dans le sud-ouest des États-Unis. Nous sommes en 1955. Le site est surtout cĂ©lĂšbre pour son gigantesque cratĂšre de mĂ©tĂ©orite et son observatoire astronomique Ă  proximitĂ©. Ce week-end, les militaires et les astronomes accueillent cinq enfants surdouĂ©s, distinguĂ©s pour leurs crĂ©ations scientifiques, afin qu’ils prĂ©sentent leurs inventions. À quelques kilomĂštres de lĂ , par-delĂ  les collines, on aperçoit des champignons atomiques provoquĂ©s par des essais nuclĂ©aires.

Au sommet de son art, Wes Anderson Ă©largit son (magnifique) cadre pour Ă©voquer l’incertitude de la crĂ©ation dans un rĂ©cit choral aussi drĂŽle que mĂ©lancolique oĂč les personnages, dont le dĂ©sir d’exister est palpable malgrĂ© le vide existentiel de leur vie (le cratĂšre), se rencontrent dans des scĂ©nettes mĂ©ta qui ne tournent pas Ă  vide. Vous ne pouvez pas vous rĂ©veiller si vous ne vous endormez pas ! 🌿🌿🌿🌿🌿

>>> La critique de KillerSe7ven <<<

Firebrand

Firebrand

 (2023 / États-Unis & Royaume-Uni / 120 min) de Karim Aïnouz
Visionné le mercredi 24 mai à 12h00 au Cineum Screen X. En Compétition

Catherine Parr est la sixiĂšme femme du roi Henri VIII, dont les prĂ©cĂ©dentes Ă©pouses ont Ă©tĂ© soit rĂ©pudiĂ©es, soit dĂ©capitĂ©es (une seule Ă©tant dĂ©cĂ©dĂ©e suite Ă  une maladie). Avec l’aide de ses dames de compagnie, elle tente de dĂ©jouer les piĂšges que lui tendent l’évĂȘque, la cour et le roi…

ComposĂ© de (sublimes) tableaux tout droit sortis du 16e siĂšcle, ce portrait de femme(s) puissant de sororitĂ© dynamite le patriarcat et se dĂ©tourne de la « rĂ©alitĂ© historique Â» Ă©crite par les hommes. Et dans les robes de cette grande figure de l’histoire, Alicia Vikander (en flamme) ne se courbe pas devant le rĂ©pugnant croquemitaine Jude Law (sorte de Harvey Weinstein du Moyen-Âge) ! En miroir de notre sociĂ©tĂ© actuelle, du beau cinĂ©ma fĂ©ministe. 🌿🌿🌿🌿

>>> La critique de KillerSe7ven <<<

Les Colons

Les Colons

 (2023 / Chili, Argentine & France / 97 min) de Felipe Gålvez Haberle
Visionné le mercredi 24 mai à 15h30 au Cineum Aurore. Un Certain Regard

Terre de Feu, RĂ©publique du Chili, 1901. Un territoire immense, fertile, que l’aristocratie blanche cherche Ă  « civiliser Â». Trois cavaliers sont engagĂ©s par un riche propriĂ©taire terrien, JosĂ© Menendez, pour dĂ©possĂ©der les populations autochtones de leurs terres et ouvrir une route vers l’Atlantique. Sous les ordres du lieutenant MacLennan, un soldat britannique, et d’un mercenaire amĂ©ricain, le jeune mĂ©tis chilien, Segundo, dĂ©couvre le prix de la construction d’une jeune nation, celui du sang et du mensonge.

Alors qu’elle creuse les tropes du western pour explorer le passĂ© colonial du Chili, soulever le voile du gĂ©nocide Selk’nam et rappeler la naissance sanglante de la nation, cette fresque sauvage engagĂ©e et sans concession dĂ©signe les coupables sans trembler. NĂ©anmoins, mĂȘme si elle tire le meilleur parti de ses extĂ©rieurs claustrophobes et de l’irruption inattendue de la violence, c’est au pas que cette chevauchĂ©e vers les confins du monde (de plus en plus tĂ©nĂ©breux) avance ! 🌿🌿

>>> La critique de KillerSe7ven <<<

La Passion de Dodin Bouffant

La Passion de Dodin Bouffant

 (2023 / France / 134 min) de Tran Anh Hung
Visionné le mercredi 24 mai à 18h45 en Salle Bazin. En Compétition

EugĂ©nie, cuisiniĂšre hors pair, est depuis 20 ans au service du cĂ©lĂšbre gastronome Dodin. À force de passer du temps ensemble en cuisine, une passion amoureuse s’est construite entre eux oĂč l’amour est Ă©troitement liĂ© Ă  la pratique de la gastronomie. De cette union naissent des plats tous plus savoureux et dĂ©licats les uns que les autres qui vont jusqu’à Ă©merveiller les plus grands de ce monde. Pourtant, EugĂ©nie, avide de libertĂ©, n’a jamais voulu se marier avec Dodin. Ce dernier dĂ©cide alors de faire quelque chose qu’il n’a encore jamais fait : cuisiner pour elle.

Dans cette romance culinaire douce et sensorielle Ă  la mise en scĂšne aussi raffinĂ©e qu’un grand cru, la gastronomie française est cĂ©lĂ©brĂ©e avec un casting de choix au menu (l’ancien couple Juliette Binoche – BenoĂźt Magimel). Et puisque le festin est roboratif, c’est sans modĂ©ration qu’il se doit d’ĂȘtre dĂ©gustĂ© ! 🌿🌿🌿🌿

Hopeless

Hopeless

 (2023 / Corée du Sud / 133 min) de Kim Chang-hoon
Visionné le jeudi 25 mai à 09h00 au Cineum IMAX. Un Certain Regard

Pour fuir une vie sans avenir et sans espoir, un jeune homme est entraĂźnĂ© dans une spirale de violence qui le conduira au cƓur d’une organisation criminelle menĂ©e par un leader charismatique.

ÉmaillĂ© de scĂšnes mĂ©morables et fascinĂ© par la mafia, ce crime drama d’une noirceur absolue connaĂźt ses classiques. Et malgrĂ© des thĂ©matiques loin d’ĂȘtre nouvelles, c’est Ă  un premier film bien exĂ©cutĂ© et bien interprĂ©tĂ© (le casting est habitĂ©) oĂč la violence est Ă  fleur d’Ă©cran que nous avons affaire. Un grand cinĂ©aste corĂ©en vient-il d’Ă©merger ? 🌿🌿🌿

>>> La critique de KillerSe7ven <<<

L'ÉtĂ© dernier

L'ÉtĂ© dernier

 (2023 / France / 104 min) de Catherine Breillat
Visionné le jeudi 25 mai à 18h00 en Salle Debussy. En Compétition

Une avocate renommée met en péril sa carriÚre et menace de briser sa famille en ayant une liaison avec son beau-fils de 17 ans.

PĂ©nĂ©trĂ© par la lumiĂšre de l’Ă©tĂ©, ce drame au parfum d’interdit oĂč une avocate cinquantenaire est prisonniĂšre d’un dĂ©sir dĂ©fendu pour son beau-fils de 17 ans, dĂ©roule crĂ»ment sa vĂ©ritĂ© (le charnel devenant amour) sans aucun jugement moral (ce qui divisera les spectateurs). Pourtant, nul doute qu’un thĂšme aussi brĂ»lant (une romance incestueuse) aurait certainement mĂ©ritĂ© d’ĂȘtre moins esquivĂ©… Mais c’est bien connu, le cinĂ©ma a toujours aimĂ© flirter avec les sujets tabous ! 🌿🌿🌿

Dans la Toile (Cobweb)

Dans la Toile (Cobweb)

 (2023 / Corée du Sud / 135 min) de Kim Jee-woon
VisionnĂ© le vendredi 26 mai Ă  08h30 en Salle BĂčnuel. Hors CompĂ©tition

SĂ©oul, 1970 : Kim souhaite refaire la fin de son film Cobweb. Mais les autoritĂ©s de censure, les plaintes des acteurs et des producteurs ne cessent d’interfĂ©rer et un grand dĂ©sordre s’installe sur le tournage. Kim doit donc surmonter ce chaos, pour achever ce qu’il pense ĂȘtre son chef-d’Ɠuvre ultime…

Dans cette Nuit AmĂ©ricaine venue du Pays du matin calme oĂč le metteur en scĂšne s’amuse comme un petit fou Ă  faire l’introspection de son propre travail dans le chaos et la bonne humeur, la comĂ©die effervescente sur la crĂ©ation artistique porte un regard optimiste sur le 7e art qui, en dĂ©pit des imprĂ©vus et autres difficultĂ©s, continuera d’exister et de dĂ©chaĂźner les passions. RĂ©jouissez-vous, le cinĂ©ma est encore plein de vie ! 🌿🌿🌿🌿

Perfect Days

Perfect Days

 (2023 / Allemagne & Japon / 123 min) de Wim Wenders
Visionné le vendredi 26 mai à 14h15 au Cineum IMAX. En Compétition

Hirayama travaille Ă  l’entretien des toilettes publiques de Tokyo. Il s’épanouit dans une vie simple, et un quotidien trĂšs structurĂ©. Il entretient une passion pour la musique, les livres, et les arbres qu’il aime photographier. Son passĂ© va ressurgir au grĂ© de rencontres inattendues…

D’une sĂ©rĂ©nitĂ© absolue et d’une simplicitĂ© poĂ©tique, ce feel good movie quasi-mutique oĂč la playlist fait office de soliloque personnifie le « Komorebi Â». La balade est intimiste, les petits riens rythment le quotidien et le moment se vit au prĂ©sent. Kƍji Yakusho n’a pas volĂ© son prix d’interprĂ©tation masculine ! 🌿🌿🌿

Une nuit

Une nuit

 (2023 / France / 90 min) de Alex Lutz
Visionné le vendredi 26 mai à 18h00 en Salle Debussy. Hors Compétition

Paris, mĂ©tro bondĂ©, un soir comme les autres. Une femme bouscule un homme, ils se disputent. TrĂšs vite le courant Ă©lectrique se transforme… en dĂ©sir brĂ»lant. Les deux inconnus sortent de la rame et font l’amour dans la cabine d’un photomaton. La nuit, dĂ©sormais, leur appartient. Dans ce Paris aux rues dĂ©sertĂ©es, aux heures Ă©tirĂ©es, faudra-t-il se dire au revoir ?

RythmĂ©e par les mots et entrecoupĂ©e de beaux moments suspendus, cette balade mĂ©lodramatique oĂč les Ă©motions contradictoires s’entrechoquent doit sa rencontre Ă  un « couple Â» insĂ©parable dont l’alchimie est tellement forte qu’elle saute aux yeux. Et si l’issue de cette parenthĂšse n’est pas une surprise, elle permet de refaire le monde avec autant d’humour que de tendresse en errant dans les rues de Paris. 🌿🌿🌿

Hypnotic

Hypnotic

 (2023 / États-Unis / 93 min) de Robert Rodriguez
Visionné le samedi 27 mai à 00h15 au Grand Théùtre LumiÚre. Séance de Minuit

Un dĂ©tective, qui enquĂȘte sur une sĂ©rie de braquages de grande ampleur, se retrouve embarquĂ© dans une affaire impliquant sa fille disparue et un programme secret du gouvernement.

Alors que se mĂȘlent les souvenirs du cinĂ©ma « nolanien Â» (Memento et Inception en tĂȘte), cette sĂ©rie B dĂ©complexĂ©e et joyeusement tirĂ©e par les cheveux mĂ©lange les genres (l’action, le thriller et la SF) lors d’une course tellement effrĂ©nĂ©e que l’on pourrait croire qu’elle a la mort aux trousses ! Pas un grand film en vĂ©ritĂ© mais un suspense haletant et des personnages sous haute tension pour un hommage Ă  Hitchcock (dixit son rĂ©al) quelque peu fouillis dont l’efficacitĂ© somme toute primaire maintient la conscience Ă©veillĂ©e. 🌿🌿

Rien Ă  perdre

Rien Ă  perdre

 (2023 / France / 112 min) de Delphine Deloget
Visionné le samedi 27 mai à 11h00 au Cineum screen X. Un Certain Regard

Sylvie vit Ă  Brest avec ses deux enfants, Sofiane et Jean-Jacques. Ensemble, ils forment une famille soudĂ©e. Une nuit , Sofiane se blesse alors qu’il est seul dans l’appartement et sa mĂšre au travail. Un signalement est fait et Sofiane est placĂ© en foyer. ArmĂ©e d’une avocate, de ses frĂšres et de l’amour de ses enfants, Sylvie est confiante, persuadĂ©e d’ĂȘtre plus forte que la machine administrative et judiciaire…

Un drame social au sujet sensible oĂč Virginie Efira, bouleversante en mĂšre courage confrontĂ©e Ă  certains dysfonctionnements de la justice (et plus particuliĂšrement ceux liĂ©s Ă  la protection de l’enfance), Ă©meut profondĂ©ment. Ni bons ni mĂ©chants ici, juste une maman qui n’a plus rien Ă  perdre pour rĂ©cupĂ©rer son fils placĂ© un peu abusivement. Et malgrĂ© une fin facile, l’avant est tellement bien menĂ© que l’on se dit qu’il n’y avait aucune solution acceptable. Face aux « sĂ©vices Â» sociaux, toutes les batailles se doivent d’ĂȘtre menĂ©es ! 🌿🌿🌿

The Old Oak

The Old Oak

 (2023 / Royaume-Uni & France / 113 min) de Ken Loach
Visionné le samedi 27 mai à 14h30 au Cineum IMAX. En Compétition

TJ Ballantyne est le propriĂ©taire du “Old Oak”, un pub qui est menacĂ© de fermeture aprĂšs l’arrivĂ©e de rĂ©fugiĂ©s syriens placĂ©s dans le village sans aucun prĂ©avis. BientĂŽt, TJ rencontre une jeune Syrienne, Yara, qui possĂšde un appareil photo. Une amitiĂ© va naĂźtre entre eux…

Portant son regard vers l’avenir sans pour autant fermer les yeux devant la noirceur de notre Ă©poque, cette derniĂšre (?) tournĂ©e d’humanisme pour le « vieux chĂȘne Â» est revigorante mĂȘme si naĂŻve. Et dans cet ultime lieu de lien social oĂč les relations entre les clients sont authentiques (un duo au diapason) et la beautĂ© artisanale du cadre certaine (une magnifique captation 35 mm Kodak), tout le monde a besoin d’un « Marra Â» quand la sociĂ©tĂ© reste indiffĂ©rente Ă  la misĂšre. 🌿🌿🌿🌿

>>> La critique de KillerSe7ven <<<

ÉlĂ©mentaire

ÉlĂ©mentaire

 (2023 / États-Unis / 102 min) de Peter Sohn
Visionné le samedi 27 mai à 20h30 au Grand Théùtre LumiÚre. ClÎture

Dans la ville d’Element City, le feu, l’eau, la terre et l’air vivent dans la plus parfaite harmonie. C’est ici que rĂ©sident Flam, une jeune femme intrĂ©pide et vive d’esprit, au caractĂšre bien trempĂ©, et Flack, un garçon sentimental et amusant, plutĂŽt suiveur dans l’ñme. L’amitiĂ© qu’ils se portent remet en question les croyances de Flam sur le monde dans lequel ils vivent…

S’il y a du Zootopie et du Vice-versa dans ce 27e long mĂ©trage d’animation du studio Pixar (qui reste donc dans son Ă©lĂ©ment), il n’en recycle pas pour autant les pĂ©ripĂ©ties et touche au cƓur quand il se concentre sur les Ă©tats d’Ăąme de son trĂšs attachant couple. Visuellement sublime et dĂ©clarant sa flamme dans une ville diversifiĂ©e, cette belle histoire d’amour sur fond d’acceptation de la diffĂ©rence ne peut ni s’Ă©teindre ni s’Ă©vaporer ! 🌿🌿🌿

Les palmarĂšs

Previous slide
Next slide

En Compétition
Palme d’or : Anatomie d’une chute
Grand Prix : The Zone of Interest
Prix de la mise en scĂšne : La Passion de Dodin Bouffant
Prix du jury : Les Feuilles mortes
Prix du scĂ©nario : Monster (la Queer Palm 2023)
Prix d’interprĂ©tation fĂ©minine : Merve Dizdar dans Les Herbes sĂšches
Prix d’interprĂ©tation masculine : Kƍji Yakusho dans Perfect Days
CamĂ©ra d’or : L’Arbre aux papillons d’or

L’ƒil d’or
Les Filles d’Olfa ex aequo avec Kadib Abyad (La Mùre de tous les mensonges)

Un Certain Regard
Prix Un Certain Regard : How to Have Sex
Prix du Jury : Les Meutes
Prix de la Mise en ScĂšne : Asmae El Moudir pour Kadib Abyad (La MĂšre de tous les mensonges)
Prix de la LibertĂ© : Goodbye Julia
Prix d’ensemble : CrowrĂŁ
Prix de la Nouvelle Voix : Augure

Semaine de la Critique
Grand Prix : Tiger Stripes
Prix French Touch du Jury : Il pleut dans la maison
Prix Fondation Louis Roederer de la RĂ©vĂ©lation : Jovan Ginić dans Lost Country 
Prix Fondation Gan Ă  la diffusion : Pyramide Distribution pour Inshallah un fils
Prix SACD : Le Ravissement
Prix DĂ©couverte Leitz Cine : BolĂ©ro
Prix Canal+ : BolĂ©ro

Le Prix de la citoyenneté
Les Filles d’Olfa avec Mention spĂ©ciale Ă  Jeunesse

Prix Afcaé
La Chimera avec Mention spéciale aux Feuilles mortes

Prix du cinéma positif
Les Filles d’Olfa

La Palm Dog
Palm Dog : Snoop, le border collie du film Anatomie d’une chute
Grand Prix du Jury : Chaplin, le chien des Feuilles mortes
Prix de l’Incroyable Performance : Sultan, le Staffordshire Bull Terrier de Vincent doit mourir
Palm Dog d’honneur : Ken Loach avec une mention spĂ©ciale pour Marra, la chienne de The Old Oak

La Quinzaine des Cinéastes
Carrosse d’or : Souleymane CissĂ©
Prix SACD : Un Prince
Label Cinema Europa : Creatura

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une trĂšs bonne ouĂŻe, je suis prĂȘt Ă  bondir sur les Ă©ditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualitĂ© n'est pas au rendez-vous, gare Ă  la morsure !

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
4 mois

J’avais jamais vu la Palm Dog, je suis pliĂ© ! ^^

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x