Provenance : France | Éditeur : Sony Pictures | Date de sortie : 03 août 2022

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Français DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
Anglais
Français

Morbius
3/5

Artistique : 5 | Vidéo : 9 | Audio : 10

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby AtmosDTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Le super-vampire du SSU

Gravement atteint d’une rare maladie sanguine, et déterminé à sauver toutes les victimes de cette pathologie, le Dr Morbius tente un pari désespéré. Mais ce qui semble à première vue être un succès se révèle rapidement comme un remède potentiellement plus grave que la maladie…

Ni bonne ni mauvaise, cette adaptation leucémique (tout y est plus lisse et prévisible) qui a 20 ans de retard n’a juste aucune identité. Et alors que le récit est décousu (entre enjeux mal construits, caractérisation sacrifiée et flics ne servant à rien), la violence aseptisée et l’action en manque d’énergie vitale, elle se laisse tout de même suivre sans déplaisir de par sa panoplie de SFX (dont les effets de dématérialisation évoquent ceux de Diablo dans X-Men 2) et l’abattage de Jared Leto (House of Gucci, Une affaire de détails, Zack Snyder’s Justice League). Anecdotique, cette série B enfonce (à son tour) le clou dans le cercueil des Comic Book Movie.

IMAGE - It's Morbin' Time !

Issue d’une captation numérique et d’un DI 4K, ce transfert UHD Dolby Vision très solidement encodé profite à la photographie crépusculaire du défunt Oliver Wood.

Quelque peu sombre au vu de son sujet, l’image dénuée de grain et/ou bruit expose une définition qui ne faiblit guère, des détails à la clarté accrue (les décors, la barbe du Dr Morbius, les traits vampiriques lors des transformations), une palette colorimétrique à la saturation exemplaire dominée par un bleu acier plus profond tâché de couleurs vives (les oranges et les rouges) plus punchy, des contrastes plus fermes assurant aux noirs (les couloirs du labo plongés dans la pénombre) et aux blancs (la chemise blanche lors de la remise du prix Nobel) une meilleure lisibilité, et des sources lumineuses plus intenses que celles de son homologue SDR (cf. l’éclairage du métro).

Morbius

SON - Chauves-souris aux abris

Faisant montre d’une clarté et d’un enveloppement de tous les instants (notamment lors des écholocalisations), la VO Dolby Atmos est une bande-son formidable qui mord au sang et ne lâche rien. Une constance chez Sony !

Les effets comme les ambiances sont aussi bien définis (la nature costaricaine, la vie urbaine) qu’ils passent généreusement par tous les canaux (de hauteur comprise avec un hélicoptère, un essaim de chauves-souris et j’en passe pour vous laisser la surprise), la dynamique qui maîtrise son agressivité est percutante ce qu’il faut (les coups de feu), les dialogues sont clairs et restent bien centrés, la musique de Brian Tyler (fortement influencée par Batman Begins) est fluide et parfaitement aérée, et les basses s’engagent avec une profondeur certaine.

Même si elle perd la verticalité de sa consœur 3D (récupérable en partie en activant un DSP de virtualisation), la VF encodée en DTS-HD MA 5.1 est une piste sonore équilibrée pourvue d’une grande puissance, d’une spatialisation ultra-immersive et d’un doublage qui s’incorpore bien aux environnements.

CONCLUSION - Du sang neuf ?

Si le Sony’s Spider-Man Universe (le SSU) semble toujours autant débarquer d’une époque révolue (coucou Venom: Let There Be Carnage), l’anti-héros Morbius montre toutefois mieux les crocs sur support 4K Ultra HD !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
trackback

[…] donc, après avoir rendu exsangue ses franchises de super-héros (et face aux récents flops de Morbius, Black Widow ou encore Ant-Man 3), de voir Hollywood se jeter sur des adaptations de jeux et de […]

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x