4K Ultra HD – Édition US – Shout Factory – 91 min (Theatrical Version) / 98 min (Unrated cut) – 27 septembre 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Anglais DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – L’enfer s’abat sur Terre

Décidée à en finir une bonne fois pour toutes avec ses addictions, Mia se rend dans une cabane isolée dans les bois, en compagnie de son frère et d’un groupe d’amis. Sur place, la découverte d’un livre très ancien va les plonger dans l’horreur…

Ce reboot approuvé par les créateurs originaux met de côté l’humour de son modèle pour plonger dans l’horreur pure à travers un déferlement de scènes gores insensées qui vont crescendo dans la cruauté et l’outrance graphique. Le résultat est hyper-sanglant, parfois effrayant et toujours dérangeant, et évoque le cinéma de genre des années 70 comme La Colline a des yeux ou encore Massacre à la tronçonneuse; surtout que les effets spéciaux sont réalisés à l’ancienne. Une pépite à la fois rouge comme le sang et noire comme l’âme des démons !

IMAGE – La cabane dans les bois

Alors que le Blu-ray paru chez Metropolitan en décembre 2013 pouvait déjà se targuer de fidèlement reproduire l’aspect crasseux de la photographie (sans pour autant recourir à une forme quelconque de granularité) avec une définition somptueuse, un piqué acéré, des couleurs sanglantes, des contrastes de haut niveau et des noirs abyssaux, le présent transfert UHD Dolby Vision va encore plus loin et se pose donc comme une véritable merveille visuelle.

L’image est plus nette (les textures boisées comme les effets gores gagnent en clarté), la palette colorimétrique plus macabre (les teintes qui sont globalement plus moroses partagent l’affiche avec des primaires plus enflammées), les contrastes plus affirmés (les noirs dévorent mieux les lieux) et les sources lumineuses plus éclatantes (la lueur éthérée du soleil à travers les arbres et les fenêtres, le rayonnement des éclairages artificiels, la chaleur des flammes).

SON – Eat it, bitch !

Une bande-son cauchemardesque riche en hurlements et autres chuchotements démoniaques qui délivre des voix limpides, des bruitages « tranchants » et/ou peu ragoûtants, des ambiances immersives, un déluge d’effets surround et des infra-graves bien senties.

Un délire acoustique de tous les instants qui se doit d’être « possédé » par un DSP de virtualisation… Ne serait-ce que pour l’omniprésence de la pluie ou encore la compagnie des mouches lors de la découverte des cadavres de chats pendus dans la cave.

CONCLUSION – Petite boucherie entre amis

Bien corsé et vraiment décomplexé de l’hémoglobine, ce sevrage de drogue loin d’être rigolo est plus douloureux en 4K Ultra HD !

Note artistique
8
Qualité vidéo
9
Qualité audio
10
0
Evil Dead (2013)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x