Provenance : France | Éditeur : Warner Bros. | Date de sortie : 24 avril 2024

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Français Dolby Atmos

Sous-titres
Anglais
Français

Wonka
4.5/5

Artistique : 8 | Vidéo : 9.5 | Audio : 9.5

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A95L (Dolby Vision sombre)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Les débuts du maestro du cacao

Alors qu’il rêve d’ouvrir une boutique dans une ville réputée pour son chocolat, le jeune et pauvre Willy Wonka découvre que l’industrie est dirigée par un cartel de chocolatiers cupides.

Emmenée par des chansons à la délicieuse désuétude, cette comédie musicale grisante où Timothée Chalamet fait le show dans le costume du célèbre chocolatier excentrique (créé par Roald Dahl en 1964 dans Charlie et la Chocolaterie) déborde d’élan magique et de créations en chocolat. Dans la lignée des deux Paddington, du même Paul King, cette douceur colorée aux personnages exquis et aux décors emplis de fantaisie se savoure comme un conte pour petits et grands, dont l’innocence presque enfantine lui procure un charme fou. Aimez-vous les sucreries ?

« Every good thing in this world, started with a dream. »

IMAGE - Féerie sucrée

Entièrement comestible, ce transfert UHD Dolby Vision à l’encodage extrêmement favorable (un bitrate moyen de 78.8 Mbit/s) délivre des images visuellement éblouissantes… Car de jour comme de nuit, la magnifique photographie de Chung Chung-hoon (Old Boy, Last Night in Soho) s’y prête à merveille.

La résolution améliorée saute aux yeux tant les détails intimes (la pilosité faciale, le tissage des vêtements) s’affichent avec une toute autre précision et tant la profondeur du cadre (les couloirs de la blanchisserie, les ruelles de la ville) gagne en relief, les couleurs terriblement accrocheuses s’illustrent pas des primaires plus audacieuses (la tuyauterie arc en ciel de la future chocolaterie) mieux reproduites dans l’obscurité (les ballons du zoo), la lueur des sources lumineuses est intensifiée dans les environnements fortement éclairés (la boutique de Wonka) ainsi que dans les lieux sombres (les chambres des « employés »), et les noirs arborent une profondeur abyssale qui ne compromet point la fidélité des ombres (pas d’écrasement en somme). Du côté des mesures, la luminance moyenne est de 106 cd/m² et les pics de luminosité s’élèvent à 446 nits.

Wonka

SON - Oompa Loompa doompety-doo 🎶

En VO comme en VF (où c’est Robin Morgenthaler qui s’y colle lorsque Wonka pousse la chansonnette), cette bande-son Dolby Atmos subtilement mixée (tous les canaux profitent de la fête sans excès) et aucunement agressive livre la marchandise.

Incroyablement dynamique et follement immersive lors des (nombreux) passages chantés créés par Neil Hannon, elle revient au calme quand ça parle sans pour autant délaisser la spatialisation (cf. les bruits ambiants). La verticalité est fantastique (les bruits d’un toilette, la présence d’une girafe, le vol de flamants roses, la résonnance du chant des moines dans la paroisse), les dialogues parfaitement intelligibles, la clarté sonore richement détaillée et le canal LFE, même si globalement discret, imposant lorsque nécessaire. Quant aux compositions instrumentales de Joby Talbot, elles se livrent non sans velouté avec une remarquable présence.

CONCLUSION - Le chocolat c'est la vie !

Gourmande et bien emballée, cette comédie musicale où le jeune Willy Wonka volette avec des rêves plein le haut-de-forme voit son charme désuet décuplé sur support 4K Ultra HD (des prestations A/V à la ganache bien montée). La vie c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x