Provenance : France | Éditeur : 20th Century Studios | Date de sortie : 07 février 2024

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.76
HDR10 / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Français Dolby Digital Plus 7.1

Sous-titres
Anglais
Français

The Creator
4.5/5

Artistique : 8.5 | Vidéo : 9 | Audio : 10

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Philips 65OLED908 (HDR Filmmaker Mode)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos | Dolby Surround), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Robot lives matter

Alors qu’une future guerre entre la race humaine et l’intelligence artificielle fait rage, l’ancien agent des forces spéciales Joshua est recruté pour traquer et tuer le Créateur, l’insaisissable architecte de l’IA avancée.

Quand l’enfant de Blade Runner et du cinéma de Malick joue à Apocalypse Now en se prenant pour Cameron, « IA » de l’espoir quant à l’avenir du grand spectacle à Hollywood…

De la science-fiction ambitieuse et originale (même si bardée de références) visuellement époustouflante (surtout pour un budget de seulement 80 M$) où l’univers est immédiatement crédible, les thèmes intelligemment abordés (Avatar n’est jamais loin), l’action généreusement enlevée (cf. le spectaculaire climax) et les émotions indubitablement prédominantes.

En réponse optimiste à Terminator, cette fable humaniste et dystopique sur le progrès (pour voir l’intelligence artificielle autrement) est une anomalie (bien programmée) dans le paysage hollywoodien qui a les moyens de devenir une révolution si nous la chérissons. Une pépite !

IMAGE - Child in the Shell

Captée en numérique au format ultra-panavision 2.76:1 (comme Les Huit Salopards pour le dernier à l’avoir exploité ou encore le Ben-Hur de 1959) avec en majeure partie la compacte Sony FX3 (un tournage en mode « guérilla »), la photographie à la signature vintage consciemment imparfaite (des distorsions, du bokeh, des facteurs de flare, du grain argentique ajouté en post-production et des noirs vaguement grisonnants) de Greig Fraser (Rogue One, Dune, The Batman) est encore plus saisissante en 4K Ultra HD grâce à un transfert UHD HDR10 confondant de beauté qui, malgré un bitrate moyen plutôt léger de 45.2 Mb/s, est dépourvu de toutes traces compressives.

Même si délibérément privée de profondeur (elle est tassée) et dotée d’une certaine douceur, l’image profite de l’apport certain en résolution offert par le support. Les détails sur les visages et les décors de la Nouvelle Asie gagnent en finesse, les effets spéciaux sont parfaitement intégrés et la fausse texture 35 mm mieux restituée.

Mesurée mais bel et bien réelle, la contribution du WCG vient accroître la vivacité des primaires (où les bleus et les rouges prédominent) d’une palette colorimétrique à l’aspect daté juste exquis, aux teintes joliment saturées (cf. la verdoyance des paysages) et à la carnation saine.

Quant à la plage dynamique étendue, généreusement poussée pour être raccord avec ce monde rétro-futuriste (une luminance moyenne de 315 cd/m2 avec des pics dépassant les 900 nits), elle affiche des contrastes plus affirmés encore (une pénombre aux ombres davantage modelées) et des sources lumineuses mieux écrêtées dans les hauteurs (cf. l’éclairage urbain des mégalopoles) à l’intensité augmentée (les phares des engins motorisés, les rayons lasers, les divers dispositifs électroniques et j’en passe).

The Creator

SON - Liberté, je crie ton nom

Pourvue d’un sound design d’emblée identifiable (les droïdes policiers, les véhicules futuristes) et d’une dynamique véhémente, la bande-son Dolby Atmos (réservée à la VO) forme une bulle auditive aussi subtile qu’engageante où les effets (les salves de tirs, les explosions, les déplacements des escouades robotiques), les ambiances (la foule en milieu urbain) et la musique d’Hans Zimmer enveloppent l’auditeur avec une précision assez folle.

L’espace acoustique est large au possible, la verticalité du mixage remarquable (la présence aérienne du NOMAD, les alarmes dans l’usine de broyage, la dépressurisation de la navette lunaire, etc.), les dialogues clairs et le caisson de basse, jamais limité du côté des infra-graves (les charges explosives, les chars super-lourds), particulièrement bien exploité.

Puissante et bien répartie (bonne exploitation des sept enceintes mises à sa disposition) même si moins détaillée (la compression n’y étant pas étrangère), la VF Dolby Digital Plus 7.1 assure toutefois un très grand spectacle s’appuyant en amont sur un mixage haut de gamme et un doublage soigné.

CONCLUSION - Les Fils de l'IA

À contre-courant des blockbusters modernes puisque voyant l’intelligence artificielle être victime de l’espèce humaine (dépeinte à raison comme le fléau cancéreux de notre planète), cette fable de SF humaniste imprégnée d’une forte identité visuelle est à retrouver sur support 4K Ultra HD avec d’exceptionnelles performances audio et vidéo. Les androïdes rêvent-ils de temples bouddhistes ?

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
trackback

[…] de la photographie et véritable artiste à qui l’on doit beaucoup à la plastique de The Batman, The Creator ou encore Rogue One, soit les blockbusters les plus autorisant de ces dernières années. Dune a […]

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x