4K Ultra HD – Édition FR – Warner Bros. – 175 min – 06 juillet 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Anglais Dolby Digital 5.1
• Français Dolby Atmos
• Français Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Le côté obscur de Gotham

Dans sa deuxième année de lutte contre le crime, le milliardaire et justicier masqué Batman explore la corruption qui sévit à Gotham et notamment comment elle pourrait être liée à sa propre famille, les Wayne, à qui il doit toute sa fortune. En parallèle, il enquête sur les meurtres d’un tueur en série qui se fait connaître sous le nom de Riddler et sème des énigmes cruelles sur son passage.

Dans ce blockbuster anti-spectaculaire qui redonne des « couleurs » au Chevalier (très) noir, le Bat vengeur et le Wayne névrosé s’aventurent du côté du thriller poisseux à forte consonance fincherienne. (lire notre critique ici).

Instaurant un malaise durable, cette enquête initiatique qui n’a rien de super-héroïque nous entraîne, de fait, dans les bas-fonds d’une Gotham pluvieuse gangrénée par la corruption et la violence où la mise en scène est classieuse, le suspense omniprésent, les personnages pleins de caractères (entre le comics culte Un Long Halloween et l’arc narratif Silence) et le casting de haute volée.

Assurément captivante et définitivement grunge, cette renaissance qui impose son pas lent est plus sombre que jamais ! 

IMAGE – La nuit lui appartient

Captée en 4.5K et 6K avant d’être scannée en 4K pour le DI, l’image expérimentale (du numérique à l’aspect vintage) que l’on doit au chef op’ Greig Fraser (Rogue One, Dune) est parfaitement restituée (jusque dans ses « imperfections » viscérales) par ce transfert UHD Dolby Vision qui élève l’expérience visuelle de son homologue HD.

La compression ne fait montre d’aucune faiblesse, le faux grain argentique gagne en stabilité, la définition fait un sans-faute (les zones floues sont dues à l’usage d’objectifs anamorphiques) et les détails à la douceur somme toute volontaire (ne vous attendez pas à une netteté contemporaine) s’affichent avec un peu plus de clarté (les visages, les costumes du « Caped Crusader » et de Catwoman, les ruelles de la Cité corrompue).

Obscurité quasi-permanente oblige (les blancs se font rares), l’apport des technologiques WCG et HDR est à chercher du côté de la précision et non de la démonstration puisque les couleurs sont globalement désaturées (les teintes grisâtres foisonnent) et les pics lumineux contenus. La palette colorimétrique est donc à peine plus chaude même s’il est vrai que les tonalités rouges/orangées s’expriment avec plus de générosité, les contrastes se veulent plus exigeants avec des noirs (pas forcément abyssaux) moins écrasés qu’en SDR et les sources lumineuses, jamais outrancières et mieux écrêtées (dès qu’il y a des flammes), développent un petit rayonnement supplémentaire (les levers et couchers de soleil, l’éclairage urbain, les phares des véhicules).

SON – I’m Vengeance

Aussi bien taillée pour les fans de VO que de VF, cette bande-son Dolby Atmos à la répartition exemplaire et à la puissance pertinente est une longue marche funèbre vers les ténèbres…

Soutenue par des basses profondes qui, remarquablement utilisées (la musique techno de l’Iceberg Lounge, les coups portés, la turbine de la Batmobile, le carambolage), recouvrent l’espace acoustique d’une ambiance particulièrement oppressante, elle se laisse aller à une dynamique fiévreuse (la course-poursuite), use à profusion de ses effets et/ou ambiances, à l’arrière comme dans les hauteurs (le Bat-Grappin, la pluie, le vol en wingsuit), et se déplace au rythme d’un score lancinant signé Michael Giacchino.

CONCLUSION – Bas les masques

Sur fond de jeu de piste, le détective torturé renoue avec ses origines face à sa première vraie enquête… Dont le faisceau d’énigmes et d’indices cryptiques est plus facilement déchiffrable en 4K Ultra HD !

Note artistique
9
Qualité vidéo
9.5
Qualité audio
10
0
The Batman

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x