Provenance : France | Éditeur : 20th Century Studios | Date de sortie : 23 juin 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 1.85
HDR10 / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Français Dolby Digital Plus 7.1

Sous-titres
Anglais
Français

Avatar: La Voie de l'eau
5/5

Artistique : 9.5 | Vidéo : 10 | Audio : 10

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Expert HDR)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos | Dolby Surround), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Retour sur Pandora

Une dizaine d’années se sont écoulés depuis les précédents évènements survenus sur Pandora. Jake Sully et Neytiri sont devenus parents. Leur vie idyllique, proche de la nature, est menacée lorsque la « Ressources Développement Administration », dangereuse organisation non-gouvernementale, est de retour sur Pandora. Contraints de quitter leur habitat naturel, Jake et sa famille se rendent sur les récifs, où ils pensent trouver asile. Mais ils tombent sur un clan, les Metkayina, aux mœurs différentes des leurs…

Au-delà des frontières connues du cinéma, le réalisateur visionnaire James Cameron reprend les motifs de sa filmographie (cette suite est son œuvre somme) et nous plonge, avec sa caméra virtuose, dans un grand bain écologiste militant dont la beauté irréelle de l’univers dépeint (un photoréalisme à nul autre pareil) n’a d’égal que la richesse thématique de l’intrigue familiale qui se joue (on y cause d’écocide, de transmission, d’immigration, de mixité, d’éducation, de colonisation, de transhumanisme, d’intégration et j’en passe). Mêlant l’épique et l’intime (la famille est le moteur du récit), la noirceur et l’émerveillement, le spectaculaire (les scènes d’action sont dantesques) et le contemplatif, cette œuvre de SF aquatique à l’imaginaire foisonnant et à la dramaturgie étoffée se préoccupe de l’environnement sans jamais renier le roller coaster au grand cœur qu’elle est. L’épopée pandorienne ne fait que commencer !

IMAGE - L'autre planète bleue

Malgré l’absence de la technologie HFR à 48 fps (malheureusement non pris en charge par le standard Blu-ray Ultra HD) exploitée dans les salles obscures, cet irréprochable transfert UHD HDR10 s’érige comme l’une des plus belles présentations du support. En effet, absolument époustouflante et proprement raffinée (cf. l’usage magnifiquement subtil des pics de luminosité) dans toutes ses composantes, l’image 4K fait prendre l’eau à son homologue 1080p pourtant solidement équipé !

La source originale est bien évidemment vierge de toutes saletés, les détails abondent aux quatre coins du cadre large avec plus de complexité texturale (le grain de peau, les cheveux, le tissage des vêtements, les coraux, le feuillage, les gouttelettes d’eau, la crasse, les montagnes à l’horizon et ainsi de suite) et la compression HEVC fait montre de sa supériorité en toutes circonstances (à commencer par les séquences forestières où la pluie et la brume interviennent).

La palette colorimétrique naturellement audacieuse (des teintes ultra variées) gagne en nuance et en vibrance (la présente impulsion chromatique des primaires n’est possible qu’avec du WCG), la plage de contrastes qui s’élargit sensiblement (les niveaux de noir sont plus riches et la pureté des blancs renforcée) apporte de la profondeur aux images et les somptueuses sources lumineuses (la bioluminescence), pondérées avec exigence, s’affichent avec un réalisme accru (les rayons du soleil, les terminaux informatiques, les reflets à la surface de l’eau, les lueurs nocturnes, les branches-lianes de l’Arbre des Âmes et de son équivalent sous-marin).

Avatar: La Voie de l'eau

SON - Sous l'océan, sous l'océan 🎶

Pourvue d’une scène acoustique vivante au possible et d’une activité multicanale constante, la VO Dolby Atmos, une fois le volume augmenté de quelques décibels, est fantastique du début à la fin.

La dynamique se déploie avec intensité quand le conflit armé vient rompre sauvagement les moments où l’apaisement règne, le réalisme de l’environnement surround (la faune et la flore) et l’activité régulière des hauteurs (les survols des Ikrans, les bruits sous-marins, les sauts des créatures marines, les chutes de débris, etc.) impressionnent durablement, la musique de Simon Frallen (très respectueuse du regretté James Horner) est aussi ample qu’enveloppante, les dialogues (pourvus de directionnalité au besoin) sont énoncés avec beaucoup de clarté et le canal LFE, très robuste, délivre des basses énormes dès que l’occasion se présente (les explosions, les coups de feu, les rugissement des moteurs, les vagues qui se brisent, les déplacements des Tulkuns).

Même si moins porteuse d’émotions, la VF (au doublage soigné) encodée en Dolby Digital Plus 7.1 déploie généreusement ses effets dans l’espace acoustique et reste bien équilibrée.

CONCLUSION - Au nom de l'urgence écologique

Avant qu’il ne soit trop tard, cette deuxième vague de la grande saga écologique Avatar (treize ans après son premier raz-de-marée) continue de plaider pour la nature en nous forçant à ouvrir les yeux sur la catastrophe environnementale en cours. Plus grand, plus beau (une prouesse technologique d’autant plus sidérante sur support 4K Ultra HD) et plus fort, ce lanceur d’alerte particulièrement ambitieux nous inspire à changer avant la sixième extinction des espèces !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
7 mois

Je dois être l’un des rares français à ne pas avoir vu Avatar 2 et aucun Avatar en 3D ! Dommage j’aurais été curieux de voir la tech.

trackback

[…] du reste que les effets spéciaux aquatiques prennent régulièrement l’eau (n’est pas Avatar: La Voie de l’eau qui veut). Et sous l’océan, c’est peu dire que les prestations A/V du disque 4K Ultra […]

3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x