Provenance : États-Unis | Éditeur : Criterion | Date de sortie : 22 novembre 2022

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39
Dolby Vision / HDR10+ / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 2K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Anglais DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
Anglais

WALL·E
4.5/5

Artistique : 9 | Vidéo : 9 | Audio : 9

Cette édition digipack avec slipbox est disponible à la vente en France auprès de notre partenaire Metaluna Store en cliquant ici 👉 WALL•E 4K

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos | DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Robots in Love

WALL•E est le dernier être sur Terre et s’avère être un… petit robot ! 700 ans plus tôt, l’humanité a déserté notre planète laissant à cette incroyable petite machine le soin de nettoyer la Terre. Mais au bout de ces longues années, il a développé un petit défaut technique : une forte personnalité. Extrêmement curieux, très indiscret, il est surtout un peu trop seul…

Cette animation de science-fiction à la fois drôle, émouvante et poétique, nous conte une très touchante romance entre deux petits robots sur la Terre dévastée par la pollution et abandonnée par les humains. Toujours aussi magnifique visuellement (un design au charme irrésistible), ce véritable joyau des studios Pixar est aussi une dystopie environnementale où l’alerte lancée sur les dangers de la surconsommation amène à nous interroger sur notre vie. Car croulant sous une technologie omniprésente, l’individu qui perd peu à peu de son humanité se détourne de l’essentiel (l’amour, la nature et la vie) et n’est plus maître de son destin. Une fable percutante !

IMAGE - Danse avec les étoiles

Si le transfert UHD HDR10 de Disney ne creusait qu’un écart modéré avec son homologue HD (le piqué n’y était que modestement amélioré) malgré des contrastes plus subtils, des couleurs plus raffinées et des lumières plus « réalistes », la prise en charge du Dolby Vision (et du HDR10+) ajoute un bon coup de pouce à l’image.

Les noirs et les blancs gagnent en équilibre (les ombres ont été approfondies lors des séquences les plus sombres et la brillance des parties métalliques rehaussée) pour une sensation de profondeur accrue, la palette colorimétrique s’affiche avec nettement plus de vibrance (notamment les teintes oranges, jaunes, rouges, violettes et bleues) et les textures profitent d’une finesse supplémentaire (la rouille sur Terre). Précision importante, le color banding occasionnel est inhérent à la source.

SON - Hello, Dolly !

Même si elle peut sembler identique au mixage 3D proposé par Disney dans son édition de mars 2020, cette « nouvelle » bande-son Dolby Atmos qui ne nécessite plus d’ajuster le volume bien au-delà du niveau de référence, n’est pas loin de retrouver la plage dynamique de l’ancienne piste DTS-HD MA 5.1 ES (proposée ici en piste secondaire) en plus de concéder à ses basses du muscle supplémentaire (cf. le lancement des fusées).

En dehors de ce gain non négligeable en robustesse, il n’y a aucun changement à l’horizon. Nous nous retrouvons donc avec un mixage parfaitement spatialisé (l’espace acoustique est particulièrement vivant) et d’une excellente clarté (l’omniprésente partition de Thomas Newman est d’une grande fidélité et les rares dialogues supérieurement intelligibles), où l’activité surround foisonne d’effets en tous genres et la scène aérienne maximise l’enveloppement (comme avec la réverbération à bord du vaisseau Axiom).

CONCLUSION - En quête du bonheur

Comment ne pas être émerveillé par cette romance écolo entre robots qui interpelle sur le sort de l’humanité ? Surtout qu’à la différence de la Terre que les hommes n’ont cessé de polluer, le présent 4K Ultra HD, maintenant bichonné par le prestigieux éditeur US Criterion (avec l’ajout de métadonnées dynamiques des formats Dolby Vision/HDR10+ et sept nouvelles fonctionnalités bonus axées sur le réalisateur) à la demande d’Andrew Stanton en personne, n’a pas été laissé à l’abandon ! Si la précédente version de Disney était déjà bien, celle-ci améliore encore l’expérience pour en faire l’édition définitive pour tous les fans de WALL• E et EVE.

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
2 mois

Le meilleur Pixar pour moi.

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x