4K Ultra HD – Édition US – Lionsgate Films – 83 min – 08 septembre 2020

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 1.85

Bande-son
• Japonais Dolby Atmos
• Japonais LPCM 2.0
• Anglais Dolby Atmos

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – L’âme fantôme

En 2029, le monde, ainsi que l’âme humaine, sont contrôlés par Internet. Motoko Kusagani, une cyber-policière, et Batou, deux cyborgs appartenant à la section 9, une unité d’élite anti-terroriste, doivent mettre la main sur un hacker mystérieux en contact avec un diplomate corrompu…

D’une beauté plastique renversante et d’une portée philosophique vertigineuse (la nature humaine, le dualisme cartésien, la pensée transhumaniste, le droit naturel), ce classique de l’animation japonaise signé du grand réalisateur Mamoru Oshii est et restera un fleuron de la science-fiction cyberpunk.

IMAGE – Puzzle d’anticipation

Tirée d’un nouveau master 4K et présentée pour l’occasion en Dolby Vision, l’image qui dans l’ensemble impressionne (hormis la séquence d’ouverture qui reste en deçà) présente plusieurs améliorations notables.

Nettement plus précise (cf. les détails sur les paysages urbains) et d’une grande clarté, elle réhausse la luminosité d’un gros cran et apprête soigneusement les couleurs (notamment les rouges) grâce au procédé HDR. Quant à la structure granuleuse, malgré l’usage (mais sans abus) d’un réducteur de bruit, elle demeure suffisamment organique pour ne pas dénaturer l’animation traditionnelle faite main et l’ingénierie numérique de l’époque.

Bien loin de l’upscal UHD (tiré du vieux master HD de 2007) ultra-DNRisé du disque JP (que je possède également), la présente édition US rend ENFIN justice à ce monument.

SON – À la recherche de l’humanité

Toutes deux remasterisées en Dolby Atmos, les pistes sonores sont des plus accomplies.

Usant d’une spatialisation aux placements réellement enveloppants (les rues animées, les ambiances aériennes) et priorisant les dialogues, elles sont aussi subtiles (la diffusion des ambiances) que rentre-dedans (dynamique explosive et basses grondantes). Bien évidemment, l’inoubliable score composé par Kenji Kawaï (qui invite à la méditation) s’offre une place de choix au sein du mixage.

Hormis le générique de fin, la bande-son LPCM 2.0 demeure le mixage japonais original.

CONCLUSION – Qu’est-ce qu’être humain ?

Explicitement influencée par Blade Runner, cette œuvre visionnaire s’est vu octroyer un 4K Ultra HD (durant le mois de septembre 2020) technologiquement amélioré pour fêter ses 25 ans !

Note artistique
8
Qualité vidéo
8
Qualité audio
9.5
0
Ghost in the Shell (1995)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x