Abonnée aux productions Netflix depuis quelques temps (Bright ou encore Close), l’actrice Noomi Rapace revient sous la houlette du géant du streaming avec Black Crab, film post-apo tiré d’un roman suédois ou une poignée de soldats doivent convoyer une cargaison secrète en traversant un lac gelé de plus de 180 km uniquement avec des patins à glace.

Post-apocalypse... Now

Tout film post-apocalyptique qu’il soit (et pas extension un film de science-fiction), on ne peut s’empêcher de penser à la triste réalité des choses en visionnant ce film. Devant l’édifiant panorama de paysages détruits par les ravages d’une guerre que personne ne veut (et dont les motivations restent volontairement floues), d’une population cachée dans des décombres pour survivre ou obligée de s’enrôler pour se défendre, on a du mal à croire que Black Crab (tourné qui plus est avant la crise en Ukraine) soit tiré d’un roman de 2002 !

Côté casting, Noomi Rapace, du haut de ses 1m63 et habituée aux rôles de femmes à la fois fortes et fragiles, surplombe sans problème le reste du casting. En mère prête à tout pour retrouver sa fille disparue, quitte à accepter une mission suicide, l’inoubliable Lisbeth Salander de la saga Millenium donne comme à son habitude tout ce qu’elle a, rendant ses partenaires de l’écran bien fades, d’autant que c’est la seule à posséder un background ce qui la rend plus facilement identifiable et attachante aux spectateurs que nous sommes.

Previous
Next

Escape from the Ice

Niveau réalisation, on sent qu’Adam Berg, clippeur de son état, semble influencé par l’œuvre de John Carpenter tant les étendues enneigées à la The Thing s’y prêtent fortement. Encore faut il avoir le talent du maître du fantastique… Et c’est là que le bât blesse !

Car malgré quelques scènes fortes (une attaque de base en pleine nuit, la traversée d’une partie du lac où plusieurs centaines de corps sont prisonniers de la glace, une rencontre tragique avec un couple de retraités) et une musique fortement synthwave, la réalisation se montre assez impersonnelle et finalement téléfilmesque. Et ce n’est pas le dernier acte du film, qui fait retomber la tension comme un soufflé raté, qui fera de Black Crab un incontournable du genre comme l’ont été Mad Max ou encore Les Fils de l’homme en leur temps.

« Ça fait 100 milles marins, en patin à glace, sur de l'eau de mer gelée, dans le noir, derrière les lignes ennemies. C'est... une mission suicide, Colonel. »

Edh

Vite oublié même si loin d’être désagréable à suivre de par son histoire prenante (du moins les trois quarts) et son interprète principale, Black Crab de Adam Berg avec Noomi Rapace est disponible sur Netflix depuis le 18 mars.

Biberonné très tôt au cinéma, j'avalais de la pellicule comme d'autres des bérets verts au petit déjeuner ! Curieux de tout et aujourd'hui casanier dans l'âme, c'est dans la douce atmosphère du foyer que j'étanche ma soif sans limite de 7e art.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x