4K Ultra HD – Édition US – Lionsgate Films – 92 min – 23 avril 2019

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 1.66

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – Sorcière, es-tu là ?

1630, en Nouvelle-Angleterre. William et Katherine, un couple dévot, s’établit à la limite de la civilisation, menant une vie pieuse avec leurs cinq enfants et cultivant leur lopin de terre au milieu d’une étendue encore sauvage. La mystérieuse disparition de leur nouveau-né et la perte soudaine de leurs récoltes vont rapidement les amener à se dresser les uns contre les autres…

Un conte horrifique macabre sur la sorcellerie à la mise en scène chirurgicale, à l’interprétation magistrale et à l’ambiance glauque, dont la critique sur le fondamentalisme religieux et le plaidoyer pour l’émancipation féminine en font un classique du genre.

IMAGE – Promenons-nous dans les bois…

La sublime photographie de Jarin Blaschke (couleurs terreuses peu saturées, éclairages très diffus et contrastes peu prononcés) est encore mieux restituée par ce transfert UHD Dolby Vision.

La définition globale qui est légèrement rehaussée semble plus solide, les détails sont plus précis (les fibres des vêtements, les meubles en bois, les feuilles dans les arbres), la palette colorimétrique se veut beaucoup plus désaturée (les visages sont plus pâles) tout en apportant un soupçon de chaleur à l’ensemble et en solidifiant les primaires (la végétation verte et le sang cramoisi), les contrastes ont été améliorés grâce à des blancs plus clairs et des noirs plus ténébreux (les coins les plus sombres sont maintenant plus visibles), et les sources lumineuses se manifestent avec plus de naturel (la lumière du jour, la brillance des nuages, la lueur des bougies et des lampes).

Malgré la présence furtive d’un crénelage très léger et l’assombrissement soudain (et non volontaire) d’un plan, ces images d’une sinistre beauté restituent particulièrement bien l’atmosphère des lieux.

SON – « I will guide thy hand »

Un mixage intimiste mais non moins dynamique lorsque l’inquiétante musique de Mark Korven s’énerve.

À côté de cela, il y a des ambiances naturelles (le vent, le bruissement des arbres) mais surtout des voix bien mises en avant. Quand aux canaux surround, même si le plus souvent discrets, ils aident à détailler l’apparente possession des lieux.

CONCLUSION – Abra-cada-paranoïa !

Tourmenté par un mal invisible (aux différentes formes) dont l’ombre plane en permanence, ce drame familial qui a le don de susciter la peur par les doutes (provoqués par l’isolement et l’intégrisme) qu’il sème est encore plus étouffant en 4K Ultra HD (cf. la froideur du climat). Ne soyez donc pas influencés par vos convictions et affrontez les épreuves de la vie !

Note artistique
9
Qualité vidéo
8
Qualité audio
8
0
The Witch

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
trackback

[…] Il y avait sans doute à creuser du côté de ce personnage féminin qui avait déjà joué dans The Witch du même réalisateur ou plus récemment dans le très sympathique Last Night in […]

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x