Blu-ray – Édition FR – Metropolitan Vidéo – 91 min – 02 mars 2023

Format vidéo
• Résolution : 1080p/24
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Français DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE – Un gardien qui n’a rien d’un ange

Stray, un combattant adepte de fight clubs illégaux, est recruté pour ses talents martiaux par une cheffe mafieuse de Miami. Il doit faire équipe avec Cuda, un collecteur de cash expérimenté. Les affaires tournent mal lorsque Cuda découvre qu’une jeune fille qu’il a pris sous son aile est menacée par son propre employeur. Il va être prêt à tout pour la sauver quitte à devoir affronter les siens.

S’il ne révolutionne en rien le genre et doit endurer un récit somme toute routinier, ce polar urbain dramatique à la mise en scène élégante, au casting solide (un Antonio Banderas tout en nuances et gravité) et à la violence sèche, prend le temps de poser son ambiance (pesante à souhait) et de construire ses personnages (certes clichés mais caractérisés) pour mieux dénoncer l’exploitation des innocents. Classieuse et professionnelle, cette série B n’est pas sans évoquer le meilleur de l’anthologie Hollywood Night (sans l’érotisme bien sûr).

IMAGE – Avant l’obscurité, le crépuscule !

Soigné à quelques traces compressives près (du colour banding sur une poignée de plans), ce transfert HD à la colorimétrie chaude et abondante (cf. la phosphorescence sous la lumière noire), au piqué précis (une captation 4.5K), à la profondeur de champ plaisante (une aubaine pour visiter South Beach, l’un des quartiers de la « Magic City »), aux contrastes appuyés (les virées nocturnes sont splendides) et à la texture argentique seyante (l’usage d’un objectif anamorphique 35 mm), sublime la remarquable photographie du chef op’ Callan Green.

SON – Everybody’s got to learn sometime 🎶

Chargée en graves et enrobée d’une atmosphère lourde, cette bande-son (proposée en DTS-HD MA 5.1) qui immerge sans réserve fait la part belle aux rugissements du moteur de la Plymouth Barracuda, à la musique de Giorgio Giampà et aux ambiances environnementales (qui investissent généreusement les surrounds).

Les voix sont bien retranscrites sur le canal central (même si le doublage de la VF est un peu moins harmonieux), les constitutifs sonores musclés ont beaucoup d’impact (les coups de feu, les violences physiques avec ou sans arme), l’ouverture frontale surprend par sa largeur et la dynamique ne manque pas d’assurance.

CONCLUSION – L’heure de la rédemption ?

Prêt à tout sacrifier pour sauver une jeune fugueuse de l’organisation criminelle qu’il a servi toute sa vie, Cuda met à contribution cette dernière chance pour se racheter une conscience… Plus troublée encore sur support Blu-ray (des prestations A/V taillées sur mesure) !

Note artistique
7.5
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
9.5
0
The Enforcer

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x