• Testé sur PC au moyen d’un code fourni par les développeurs
  • Configuration de test : RTX 4090 + i9-9900K
  • Terminé en une quinzaine d’heures
  • Thalassophobes de tous horizons, préparez-vous à grincer des dents !

La thalassophobie est la peur persistante et intense des masses d’eau profondes telles que la mer, les océans ou les lacs. Cette névrose peut inclure la peur des profondeurs, de l’immensité de l’océan,  des vagues, des créatures aquatiques qui évoluent en dehors du champ de vision et de la distance par rapport à la terre. Et ça, les développeurs sud-africains de The Brotherhood Games l’ont bien compris. Que vaut Stasis: Bone Totem, leur dernière création en date après Cayne, Stasis et Beautiful Desolation ?

« I am a very smart bear now »

Alors qu’ils sont à la recherche de matériel de récupération, Mac et Charlie tombent sur une plateforme pétrolière abandonnée au milieu de l’océan Pacifique. C’est dans les couloirs rouillés de cette installation détenue par la mégacorporation Cayne (qui a remplacé Dieu, rien que ça) qu’ils découvrent un terrible secret qui les emmènera dans les abysses…

Le monde dystopique de Stasis: Bone Totem est extrêmement sombre et pourri jusqu'à la moelle.

L’une des forces du genre du point ‘n click réside dans sa capacité à livrer des récits profondément personnels au moyen, notamment, des descriptions textuelles et des  interactions de notre personnage avec l’environnement. Ainsi, chaque combinaison, absurde comme réfléchie, entraîne une réaction du protagoniste. Ce sont toutes ces réponses et attitudes mises bout à bout face à l’adversité ainsi que le liant du récit qui finissent par rendre la psyché de notre héros palpable.

Les descriptions varient selon la personne en possession de l'objet.

En nous mettant aux commandes de trois personnages, Stasis: Bone Totem enrichit d’entrée de jeu ce postulat. Dotés d’habiletés différentes (briser/combiner) encourageant à s’échanger des objets pour expérimenter nos théories les plus tordues, Charlie, Mac et Moses, un ours en peluche robotisé, devront collaborer pour se sortir de ce bourbier et espérer retrouver la surface.

Moses, l'ours-robot en peluche, est extrêmement attachant.

Fort d’une ambiance cyberpunk teintée de Lovecraft et salement mâtinée de body horror, Stasis: Bone Totem transpire la passion, la créativité et l’effort. Qu’il s’agisse de son scénario volatile et mature, de sa narration en axes de progression parallèles, de la qualité de ses énigmes, de son ambiance sonore ou de ses environnements détaillés et décrits avec soin, l’œuvre des frères Bischoff impressionne, d’autant plus lorsqu’on sait que le titre a bénéficié d’un budget de développement réduit.

Tel une bouteille à la mer dans un océan de jeux qui peinent à créer de nouveaux univers singuliers, le dernier-né de The Brotherhood Games constitue une véritable bouffée d’air frais : le point ‘n click de science-fiction a définitivement de beaux jours devant lui.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Résident permanent dans la petite bourgade de Raccoon City et prosélyte du génial Rain World depuis 2017, on l'entend parfois jurer à pleins poumons lorsqu'il perd lamentablement face au singe de Sekiro à un poil de lemming près. En quête d'une 3080 depuis bientôt un an, le malheureux espère une réception de sa commande en 2022 : l'important c'est d'y croire ! Son TOC préféré ? Recenser dans un PDF tous les jeux auxquels il a joué dans sa vie.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
8 mois

Pour le coup, ça m’a vachement donné envie d’y jouer ! ^^

KillerSe7ven
Administrateur
8 mois

C’est pas tous les jours qu’on voit des ambiances qui ont l’air aussi poisseuses. Il a une bonne identité semblerait-il.

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x