4K Ultra HD – Édition US – Lionsgate Films – 89 min – 17 décembre 2019

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français (québécois) Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – La retraite peut attendre

Rambo est désormais installé dans l’Arizona où il mène une vie tranquille dans son immense ranch. Il partage sa vie avec la famille qu’il s’est choisie, Maria et sa petite-fille Gabriela, auprès de qui il se sent entouré et apaisé. Mais Gabriela part en secret au Mexique sur les traces de son père biologique. Là-bas, elle est kidnappée par un gang de narco-trafiquants pratiquant aussi la prostitution. Rambo part à sa recherche.

Pour son baroud d’honneur, l’ex béret vert déclare la guerre au cartel mexicain ! Crépusculaire, triste et pleine de rage intériorisée (hormis lors du carnage final), cette série B courte et sans fioriture portée par l’increvable Sylvester Stallone donne un épilogue violent et vengeur à la saga Rambo.

IMAGE – À feu et à sang

Malgré des « défauts » non liés au présent transfert UHD Dolby Vision (des passages très rugueux, des plans moins bien définis et des changements pas toujours heureux de couleurs d’un plan à l’autre), nous profitons de détails rehaussés (les paysages autour de la ferme, les blessures), d’une palette colorimétrique plus large (les teintes secondaires sont plus vibrantes et la photographie plus chaude), de contrastes plus équilibrés (les noirs sont plus riches – cf. l’intérieur des tunnels – et les blancs plus limpides) et de sources lumineuses plus rayonnantes (les néons dans la boîte de nuit, la lumière du jour, les flammes et divers luminaires).

SON – Au bout de la flèche, le chagrin !

Plus posé que ses grands frères guerriers, cet opus se voulant plus intimiste propose une bande-son moins portée sur la guerre. Il n’empêche que la spatialisation est joliment immersive (l’activité surround est particulièrement agitée lors des différentes tueries), la dynamique suffisamment engagée, le score de Brian Tyler agréablement enveloppant et les dialogues toujours d’une grande clarté (même lorsque le chaos règne). Mais si le canal LFE ne manque pas de punch, il creuse rarement dans les profondeurs des basses fréquences.

Enregistrée à un volume inférieur que sa consœur française (très musclée à sa hauteur), la VO Dolby Atmos reste à privilégier pour profiter des effets de hauteur (en particulier lors des scènes de tunnel où le moindre bruit résonne).

CONCLUSION – La « guerre » de trop ?

Pas de repos pour le vétéran de la guerre du Vietnam qui revient encore plus fort en 4K Ultra HD. Fallait pas le faire chier !

Note artistique
7
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
8.5
0
Rambo: Last Blood

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x