4K Ultra HD – Édition US – RLJ Entertainment – 100 min – 16 novembre 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – L’horloge de l’apocalypse va sonner !

Hero, criminel notoire, est envoyé au secours d’une fille kidnappée ayant disparue dans un univers surnaturel. Au sein de ce territoire qu’on appelle le Ghostland, ils vont essayer de briser la malédiction qui les garde captifs de mystérieux revenants.

Animé d’une folle pulsion créative et fleurant bon l’amour du bis, ce cocktail d’art et d’essai explosif qui cocagne la rencontre de deux esprits éclatés (l’excentrique Sono Sion et l’exalté Nicolas Cage), dégoupille une relecture « absurde » et militante (le patriarcat, le communisme, la figure paternelle et le trumpisme en prennent pour leur grade) du roman allégorique La Ferme des animaux où les genres (western spaghetti, film de samouraïs et SF post-nuke) et les cultures (orientales et occidentales) s’entrecroisent dans un univers post-apo fantasmé bourré de séquences incongrues. Généreux mais loin d’être accessible à tous, ce trip gonzo-punk « tout de cuir vêtu » est une singulière œuvre radioactive !

Et « cartouche de choix » de l’Etrange Festival 2021 oblige, je ne peux que vous inciter à prendre connaissance de la critique de KillerSe7ven.

IMAGE – Au-delà du dôme du tonnerre, le pinku eiga !

Peu subtile et stylisée à l’extrême, la somptueuse photographie est bichonnée par ce transfert UHD HDR10 à la beauté irradiante… Car plus précise que son homologue HD et renforcée par une compression inflexible (le brouillard n’est donc jamais un problème), l’image bardée de textures et de couleurs laisse s’exprimer le HDR bien au-delà des 12 heures du cadran !

La précision du cadre est affolante (les plans larges se mettent à nue), la palette colorimétrique imprégnée au néon est saturée à mort (les rouges semblent irréelles), les jeux de contrastes aguicheurs sont d’excellente tenue (des noirs profonds à souhait et des blancs stériles au possible) et les sources lumineuses, fantastiquement fringantes, éclairent les lieux visités avec une intensité jamais prise à défaut.

SON – My testicle !!!!!!

Chaotique dans le bon sens du terme, cette bande-son DTS-HD MA 5.1 (à n’en point douter, un mixage 3D aurait été un vrai plus) n’a de cesse de prendre ses aises pour être raccord avec les visuels « éclatés » de la ville frontière de Samurai Town et du territoire désolé qu’est Ghostland.

Sans surprise, la spatialisation du son est optimale et l’équilibre entre les voix, les bruitages et la musique est impeccable. Les ambiances comme les effets emplissent régulièrement la pièce d’écoute, les basses sont douloureuses et le plage dynamique bien large.

CONCLUSION – Sortez de votre Cage !

En travaillant pour l’avenir, ce 4K Ultra HD magnifiquement excessif accepte d’avancer et laisse derrière lui le passé… À l’image de son « héros » rédempteur  !

Note artistique
8
Qualité vidéo
10
Qualité audio
9
0
Prisoners of the Ghostland

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
8 mois il y a

Élégante jaquette ! ^^

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x