4K Ultra HD – Édition DE – Splendid Film – 114 min – 23 septembre 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Allemand DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Allemand

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Esprit flou mais conscience claire

Quand Alex, un assassin professionnel, refuse de terminer un travail pour une organisation criminelle dangereuse, il devient une cible. Et alors que des agents du FBI et des services de renseignement mexicains sont amenés à enquêter sur lui, il va tenter de garder une longueur d’avance malgré la grave perte de mémoire qui affecte chacun de ses mouvements…

Malgré des problèmes de rythme, un concept peu exploité et des confrontations physiques pataudes (l’imposante carcasse de Liam Neeson commence à grincer), ce remake fidèle du polar flamand La Mémoire du tueur est une série B d’action à l’américaine qui fait le job. La mise en scène de Martin Campbell (Casino Royale, La Protégée) est fonctionnelle, le casting international a de la bouteille (Guy Pearce, Monica Bellucci), la caractérisation des personnages n’est pas oubliée et le scénario use de rebondissements bienvenus. Générique certes mais tout de même solide !

IMAGE – Grand ménage à El Paso

Captées en numérique, ces images ayant fait l’objet d’un Digital Intermediate 4K nous sont livrées au travers d’un impressionnant transfert UHD HDR10.

Légèrement plus sombre que son homologue SDR, trop clair pour son propre bien, il dévoile une tridimensionnalité absente du Blu-ray grâce à une résolution bien meilleure (les décors, les plaques d’immatriculation) et un piqué nettement moins doux (c’est notable sur les visages).

Le léger bruit sur les aplats n’est plus qu’un mauvais souvenir, la palette colorimétrique qui est plus agréablement chaude (la carnation) est beaucoup plus riche (la profondeur des bleus, l’ardeur des rouges), les contrastes sont autrement plus attrayants (les noirs sont plus denses et les blancs plus du tout brûlés) et la totalité des sources lumineuses profite d’un éclat drastiquement augmenté (les gyrophares des véhicules d’intervention, la lumière du jour, les lampes torches, l’éclairage intérieur, les reflets dans la piscine et sur les carrosseries).

SON – La mémoire du silencieux

Pourvue d’une bonne dynamique (les fusillades) et d’une spatialisation de qualité (les bruits d’ambiance), cette bande-son proposée en DTS-HD MA 5.1 est continuellement immersive et bien ouverte lorsque l’action le requiert.

Les dialogues sont intelligibles, le score (volontiers tempétueux) comme les effets (pas seulement pyrotechniques) passent par tous les canaux, et le canal LFE déballe des basses régulièrement saisissantes.

CONCLUSION – Trop vieux pour ces conneries ?

S’il ne laissera que peu de souvenirs après visionnage, ce Mémoire meurtrière est pris en charge par un 4K Ultra HD professionnel dont l’efficacité du traitement (de bonnes prestations A/V) freine au mieux l’évolution de la maladie d’Alzheimer !

Note artistique
6.5
Qualité vidéo
9
Qualité audio
8.5
0
Memory (2022)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x