Provenance : France | Éditeur : Studiocanal | Date de sortie : 16 août 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.35
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais DTS-HD MA 5.1
Anglais LPCM 2.0
Français DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
Anglais
Français

L'Île aux pirates
4/5

Artistique : 8 | Vidéo : 8 | Audio : 8.5

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Piratesse des Caraïbes

Morgan Adams, flibustière de son état, est aussi intrépide que séduisante. Après l’assassinat de son père, le redouté pirate Harry le Noir, Morgan hérite du bateau paternel et du tiers de la carte d’un fabuleux trésor. Les deux autres morceaux sont détenus par ses oncles, pirates eux aussi, dont l’un, Dawg, n’est autre que le meurtrier de son père.

S’il reste l’un des plus gros désastres financiers de l’histoire du cinéma (il a pris l’eau au box-office et a coulé le studio Carolco), cet ambitieux swashbuckling old school ne méritait aucunement cette mésaventure et se doit même d’être réhabilité. Car voguant efficacement entre comédie d’aventure et film de cape et d’épée devant les caméras d’un Renny Harlin enthousiaste, cette grosse production traversée de décors exotiques et de scènes d’action explosives (ça pète de partout) maintient le cap sans difficulté en plus d’embarquer à son bord un équipage tout simplement irrésistible (la courageuse Geena Davis, le séducteur Matthew Modine et l’impitoyable Frank Langella). Contrairement à sa réputation maudite, il ne s’agit nullement d’un sabre de bois !

IMAGE - À travers la proue

Issu d’un nouveau scan des négatifs 35 mm originaux, ce transfert 4K supervisé par les frenchies de chez VDM quitte le mouillage à bord d’un transfert UHD Dolby Vision solide (un bitrate moyen calculé à 64 Mbps) prenant rapidement le large sur son homologue 1080p (débarqué pour un excès de DNR, une compression transpercée et un étalonnage abusant de tons magentas).

La densité du grain argentique (plus prégnant sur les plans larges) regagne son titre et les détails encore plus marqués que la gueule buriné d’un pirate donne matière à se délecter de tous les éléments du cadre (la pilosité faciale, les costumes, la décoration d’intérieur, les paysages) avec une netteté retrouvée (le Blu-ray était flou).

Les contrastes ont été modernisés (des noirs aussi profonds que les abîmes de l’océan et des blancs plus brillants qu’une coque polishée) par des moussaillons visiblement expérimentés, les sources lumineuses (les flammes, le soleil, les bougies) sont à l’avenant des incendies qui ont touché la cité submergée de Port-Royal, c’est à dire aveuglantes (!), et les couleurs autrement plus chaudes aux teintes allègres (les bleus des mers tumultueuses, les verts de la jungle sauvage) s’accordent beaucoup mieux avec l’ambiance dépaysante des lieux visités, même si l’inédite saillie de jaune et bleu sarcelle risque de mettre à la cape les bâtiments adeptes de la fidélité colorimétrique.

L'Île aux pirates

SON - Dead Men Tell No Tales

Vivante et pleine d’énergie, la peu subtile VO proposée en DTS-HD MA 5.1 profite d’une dynamique étendue, d’effets incisifs (le choc des épées, le sifflement des balles), d’une stéréo frontale franche, d’ambiances immersives (la tempête, les rouleaux des vagues, la faune et la flore sur l’île), d’une scène arrière déterminée malgré l’absence de certains bruitages, de voix parfaitement clairs, d’une exubérante musique orchestrale (composée par John Debney) « flottant » dans l’espace acoustique et de basses tonitruantes (les tirs de canons) venant à réveiller Poséidon.

Si le mixage anglais commande l’artillerie (cf. le poids du canal LFE), la moins fougueuse VF lossless ne ménage pas ses efforts sur le pont (doublage enjoué et spatialisation pertinente).

CONCLUSION - À l'abordage !

Mille sabords ! L’avant Pirates des Caraïbes vient de mettre la main sur un fabuleux trésor (une édition 4K Ultra HD aux prestations A/V téméraires) ! Quitter le navire après ça ? Autant se faire bouffer par les requins ! Et que l’aventure continue…

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x