Amateurs de jeux rétro, Sabotage studio doit nécessairement avoir retenu votre attention ces dernières années. En 2018, cette jeune équipe québécoise qui fête ces cinq ans (et compte désormais vingt-deux développeurs) s’était fait connaître grâce à son titre The Messenger. Ce jeu de plateforme action aiguisée et au séduisant pixel art nous faisait voyager entre les ères 8 et 16 bits via des portails spatio-temporels. Alors que Sabotage vient tout juste d’annoncer son prochain jeu Sea of Stars, voici l’occasion idéale pour (re)découvrir l’étoile montante du Québec. Lors de notre échange à la Gamescom 2018, le studio était, rappelons le, encore inconnu du bataillon. Histoire d’une success story annoncée !

The Messenger ou la voie du succès

The Messenger n’est pas qu’un simple hommage à Shinobi. Avec une écriture soignée, son approche méta décomplexée et ses notes d’humour savamment dosées surtout en VO, le jeu a rencontré un succès critique mérité à sa sortie. Son OST chiptune se couplait à merveille avec son gameplay affuté à la pointe du scalpel. Le passage des portails de l’ère 8 bit à 16 bits changeait instantanément et l’apparence du titre et le timbre de l’OST. Une idée brillante et marque de fabrique du titre. Aveson personnage du marchand volubile, toujours prêt à vous raconter des vieilles légendes québécoises, le jeu ne manque pas de charme. 

On sent qu’il y a beaucoup de vécu personnel qui transparaît de la genèse du jeu à sa sortie finale. La plateforme était également l’occasion de bien belles prouesses et un régal pour les speedruns à l’instar de ceux qu’on a pu voir pour Celeste, autre fleuron canadien des jeux typés retrogaming réputés pour leur exigence nano-mililimétrée. Les fans de The Messenger ont d’ailleurs pu prolonger l’expérience en 2019 avec le DLC Picnic Panic

Previous
Next

Jump jump jump !

Avec cette technique du « jump steping« , The Messenger permet d’avoir un double saut à l’infini pour peu qu’on parvienne à toucher un ennemi ou une surface. Très vite, joue la carte de la frime à défier la gravité pour ne jamais toucher le sol et enchaîner les voltiges entre les boulettes des ennemis. Grisante une fois matrisée, cette manière d’évoluer fait partie de l’ADN du jeu. Un défi plutôt corsé qui tend dans la seconde moitié de l’aventure vers le metroidvania. Les aller-retours pour collecter des reliques nécessaires pour faire avancer l’intrigue cassaient un peu le rythme mais permettait de jouer avec le temps de manière astucieuse. La franchise Prince of Persia, également née à Montréal, a toujours été gravée quelque part dans la mémoire du jeune studio, à n’en point douter.

Le goût du chiptune !

Sabotage comme The Game Bakers que nous avions également interviewé lors de notre rencontre avec Audrey Leprince (Furi, Haven) nous rappelent combien le culot paye bien souvent pour décrocher des artistes renommés et garantir une OST de choix à leurs jeux. Tout comme pour l’excellent Furi, où les français n’avaient pas hésité à contacter directement Carpenter Brut afin de les solliciter pour la partie musicale du titre, Sabotage a rencontré Eric de Rainbowdragoneyes.  A l’issue d’un concert, l’artiste a immédiatement adhéré à l’idée de créer l’OST de ce jeu de ninja. On vous conseille de jeter un oeil au site officiel de Sabotage, qui retrace toute leur aventure depuis 2016 jusqu’à nos jours. On y découvre les galères initiales et victoires décrochées de bataille en bataille. 

Sabotage
L'équipe de Sabotage dans ses quartiers québécois

Sea of Stars : une préquelle RPG courageuse

Annoncé cet hiver, leur prochain titre Sea of Stars devrait quant à lui faire le pont avec The Messenger, lui-même particulièrement friand des paradoxes temporels. Soutenu par une campagne de financement participatif réussie, le titre dit adieu aux années 1980 et poursuit son voyage vers les années 1990, dont il puise de nombreuses références marquantés de cette époque faste, âge d’or du JRPG. L’illustre Yasunori Mitsuda qui avait travaillé sur des RPG aussi cultes que Chrono Trigger, Chrono Cross ou encore Xenoblade composera certaines pistes de la bande son de Seo of Stars. Annoncé comme une préquelle, nul doute que l’écriture sera encore une des priorités du titre.

Sea of star
Seo of Stars arrivera-t-il à recréer la surprise ? Réponse cet hiver 2022 !

On salue déjà l’audace de choisir un RPG plutôt que rester dans sa zone de confort. Tout comme la série Steamworld qui d’épisode en épisode change de style, Sabotage joue ici la carte de l’originalité et c’est tant mieux. Un pari qu’on espère gagnant. Quoi qu’il en soit, nous ne manquerons pas de suivre de près l’actualité autour de Sea of Stars. En attendant, voici notre interview aux côtés de Martin Brouard cofondateur de Sabotage à l’origine de cette première pépite indé qu’était The Messenger, alors présenté pour la toute première fois à la Gamescom 2018 au stand Devolver.

Critique JV et ciné toujours prêt à mener des interviews lors de festivals ! Amateur de films de genre et de tout ce qui tend vers l'Etrange. N'hésitez pas à me contacter en consultant mon profil.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x