4K Ultra HD – Édition FR – Paramount Pictures – 101 min – 21 août 2019

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français Dolby Digital 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – La vie après la mort

Le docteur Louis Creed découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.

Cette nouvelle visite au cimetière qui réinterprète le classique de Stephen King (et son intrigue singulière) en déviant de son modèle pour mieux surprendre, est un drame familial à la noirceur absolue où l’horreur pure va germer du quotidien. Certes prévisible mais d’une facture « old school » soignée, ce cauchemar éveillé fidèle aux thématiques de son auteur n’est peut-être pas aussi dérangeant que son modèle mais reste une œuvre fantastique sans concession aux fulgurances visuelles bien vues.

IMAGE – Promenons-nous dans les bois

Si l’augmentation de la netteté reste minime (meilleure clarté des environnements) et que les bords du cadre ne sont pas moins doux (pour ne pas dire parfois flous), ce transfert UHD Dolby Vision va plus loin que son homologue HD (déjà bien défini) grâce à l’apport du WCG et du HDR.

La palette colorimétrique qui assombrie un peu les teintes profite d’un étalonnage plus chaud et de beaucoup plus de dégradés (les verts et les rouges), les contrastes sont globalement bien améliorés (les nombreuses scènes nocturnes et/ou en basse lumière mettent à profit des noirs plus solides) et les différents éclairages plus ou moins surréalistes (les rayons du Soleil, la brume, les lampes intérieurs, les reflets de la Lune) sont plus soutenus.

SON – L’impossible deuil

Peuplé de sons suggestifs impressionnants (comme les ambiances de la forêt), ce mixage d’une grande clarté et d’une redoutable efficacité mêle le calme à l’intensité au travers d’une spatialisation très efficace.

La dynamique s’envole dès qu’elle le peut (cf. le passage du premier camion Orinco), les basses bénéficient d’une profondeur palpable (rien que les frappes sur le tambour lors du cortège funéraire sont physiques), la scène arrière participe pleinement à l’heure de l’horreur, les canaux verticaux offrent un soutien récurrent à la bande-son (la faune et la flore, les bruits inquiétants émanant de l’étage), le score profite d’une bonne présence multicanale et les dialogues s’illustrent clairement sur la voie centrale.

Moins immersive et plus chétive, la VF lossy n’est pas aussi impactante.

CONCLUSION – Un pied dans la tombe ?

Passer derrière l’une des adaptations les plus populaires de Stephen King n’était pas chose aisée, cette « relecture » se balade pourtant entre les tombes avec une certaine malice et hormis un 3e acte m’as-tu-vu, déroule son mauvais rêve au cœur d’une forêt sans fin où les frontières avec la réalité sont encore plus embrouillées en 4K Ultra HD !

Note artistique
7
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
9.5
0
Simetierre (2019)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x