4K Ultra HD – Édition FR – Studiocanal – 98 min – 05 décembre 2018

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.35

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Anglais LPCM 2.0
• Français DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Un anarchiste au pays de Reagan

1997, Manhattan est devenu une immense prison. Snake Plissken, un dangereux criminel, est engagé pour retrouver le Président des États-Unis en moins de 24 heures, dont l’avion s’est écrasé sur l’île…

Grand classique du cinéma de science-fiction (son anti-héros Snake Plissken est devenu une véritable icône et les décors dévastés de Manhattan sont entrés dans la mémoire collective), New York 1997 est un film d’anticipation tourné vers l’action qui critique ouvertement la société américaine et reste toujours un monument malgré ses 41 ans d’âge.

IMAGE – En plein cœur d’une « jungle » post-apo

Cette restauration digne de ce nom (créée à partir d’un nouveau scan 4K 16 bits), supervisée par le directeur de la photographie Dean Cundey, permet à New York 1997 de se montrer sous son meilleur jour avec ce 4K Ultra HD solide (en Dolby Vision la compression est invisible) et surtout très respectueux de la source.

Le master est à présent entièrement nettoyé, le grain auparavant grossier se présente maintenant en une fine patine, la définition n’est plus indigente du tout même si le manque de netteté reste (une limitation due aux conditions de tournage), les détails sont bien plus précis (c’est visible sur tous les plans rapprochés), les couleurs ne bavent plus et sont beaucoup plus nuancées et mieux saturées (cf. l’éclairage vert des réverbères à vapeur de mercure), les sources lumineuses ne sont pas trop brillantes mais se détachent plus de l’obscurité ambiante grâce à un éclat relevé (les phares des véhicules, les flammes, les torches), et les noirs ne sont plus bouchés de partout et s’affichent avec une belle profondeur.

SON – Appelez-le Snake !

Si les deux pistes sonores « sonnent » de la même façon, c’est-à-dire avec une ouverture frontale convaincante, des effets surround très marqués (trop ?), une dynamique réservée et des coups de feu ankylosés (ils se fondent même parfois dans les ambiances), la VO est à privilégier sur la VF qui diffuse des voix parfois réverbérées.

CONCLUSION – Morte la légende ?

Face à la militarisation de l’État et à la décomposition sociale, ce 4K Ultra HD tout de noir vêtu est un dur à cuire qui recherche la liberté totale sans entrave. Et tandis que minuit sonne à l’horloge de l’apocalypse, l’envie d’enfin l’atteindre ne peut être réfrénée  !

Note artistique
9
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
7.5
0
New York 1997

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x