4K Ultra HD – Édition FR – The Jokers – 131 min – 16 novembre 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : SDR
• Ratio : 1.85

Bande-son
• Coréen DTS-HD MA 5.1
• Français DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – L’Enquête sud-coréenne

Dans une petite ville près de Séoul, un tueur en série assassine dix femmes sans laisser le moindre indice. Dès le début de l’enquête, la police locale est dépassée par les événements. Fabrication de preuves, bavures, aveux forcés, recours au chamanisme, tous les moyens sont bons pour arrêter un coupable. Alors que les investigateurs s’enfoncent dans une logique absurde, le sanglant parcours du meurtrier continue…

S’inspirant d’un authentique fait divers, ce polar noir dramatique formellement élégant (et virtuose aussi) et narrativement dense (le scénario pourrait alimenter de nombreux films) reste un chef-d’œuvre quinze ans après sa sortie. En effet, difficile de ne pas être happé par le récit de cette traque désespérée où l’incompétence des autorités locales (le duo de flic est attachant) va se heurter à la figure maléfique fantomatique d’un violeur-tueur en série imprenable.

D’une finesse d’écriture et d’une justesse de jeu remarquables, Memories of Murder se permet en outre des ruptures de ton multiples (de l’humour burlesque aux montées de violence brutales) et un méchant tacle de la société sud-coréenne (les dérapages policiers, la misère sociale, les failles du système de santé et j’en passe). Un classique qui aura marqué son époque (le début de la nouvelle vague du pays) et le cinéma (le Zodiac de David Fincher en est presque un remake).

IMAGE – Œil de chaman

Malgré de p’tits impairs (des points blancs de-ci de-là), cette superbe version 4K restaurée par Bong Joon-ho en personne rend justice à l’ambiance poisseuse de l’œuvre. Ne vous attendez néanmoins pas à de belles images, dans le sens où elles ne sont pas là pour briller de mille feux.

En tout point conformes aux volontés artistiques du chef op’, elles nous plonge dans la campagne morne des abords de Séoul, au cœur des années 80. Les plans sont donc sombres, le piqué globalement doux, les couleurs peu vives (si ce n’est les dernières minutes) et les contrastes assez naturels. Mais n’allez pas vous inquiéter, même de nuit sous une pluie battante, la clarté reste agréable et les détails bien visibles.

Seulement voilà, privé d’un encodage HDR, ce transfert UHD SDR est globalement identique à son homologue 1080p paru en 2018. Car hormis la disparition des fourmillements en basse lumière (la compression est plus solide) et une granularité qui respire un peu mieux (une définition accrue), aucune différence ne vient à se dénoncer (d’où le retrait d’un point à la note).

SON – Lettre triste

Comme le son joue un rôle prépondérant dans l’atmosphère véhiculée par l’œuvre, il était important que les présentes pistes sonores assurent. Si ce n’est pas le cas de la VF qui se cantonne à un mixage 2.0 trop frontal et étriqué pour permettre une quelconque immersion, ce n’est pas la même chose du côté de l’impressionnante VO.

Équilibrée, claire et puissante (la dynamique surprend lors de la première course-poursuite), elle distille des ambiances très réalistes (la présence plus ou moins continue du vent et de la pluie) en usant intelligemment des surrounds et véhicule un score poétique dévasté avec ce qu’il faut de présence. Dommage néanmoins que l’éditeur n’est pas proposé le mixage 7.1 disponible sur le Blu-ray sud-coréen édité par CJ Entertainment.

CONCLUSION – Un tunnel sans fin…

Alors qu’un monstre peut en cacher d’autres et que l’absence de vérité vous hantera à tout jamais, cette immense et obsessionnelle chasse à l’homme campagnarde livre d’infimes indices supplémentaires en 4K Ultra HD. Mais attention, le précédent Blu-ray permettait déjà d’accéder à l’essentiel du dossier ! Dès lors, est-il nécessaire de s’y replonger ?

Note artistique
10
Qualité vidéo
7
Qualité audio
8
0
Memories of Murder (2003)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

4 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
7 jours il y a

Un chef d’œuvre !

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x