4K Ultra HD – Édition US – Disney – 121 min – 1er octobre 2019

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.40

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français (parisien) Dolby Digital Plus 7.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation.

ŒUVRE – Renégats de l’espace

Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être…

Fun et très divertissant, ce space opera déjanté et nostalgique de la pop culture des 80’s est un voyage intergalactique haut de gamme aux personnages farfelus attachants (le « raton laveur » Rocket Raccoon), au vaste univers décalé, à l’humour caustique totalement décomplexé, aux situations ubuesques, aux scènes d’action « bigger than life », aux effets spéciaux brillants et à bande-son pop 70’s juste trop cool.

IMAGE – Invisible, vraiment ?

Avec son piqué forçant le respect, ses couleurs intenses et ses contrastes splendides, le transfert HD était une merveille. Moins démonstratives en comparaison du format qu’elles accompagnent, les images de ce 4K Ultra HD n’en restent pas moins superbes… même si d’apparences plus sombres (surtout les scènes plongées dans la pénombre).

Plus riches et profondes, elles bénéficient d’une définition plus précise (les décors d’arrière-plan), de textures plus nettes (les tatouages de Drax), d’une palette colorimétrique plus dense (les yeux rouges du casque de Star-Lord, la peau verte de Gamora, la « cuirasse » bleue de Nébula), de contrastes renforcés et de sources lumineuses (les faisceaux de lumière, les tirs de blasters, les explosions, les étoiles, les éclairages artificiels) plus électriques… quoiqu’à peine plus énergiques.

SON – Awesome Mix !

Ce mixage au design sonore super-maîtrisé est équilibré, immersif (surrounds amples), peuplé d’effets qui dépotent et rythmé par d’excellents tubes.

Mais si les canaux de hauteur alloués à la VO apportent un enveloppement loin d’être négligeable (les vaisseaux spatiaux) vis-à-vis de la bande-son du précédent Blu-ray, la dynamique abaissée et les basses tempérées déçoivent.

Plus resserrée et pas beaucoup plus puissante (que la VO), la VF aujourd’hui proposée en Dolby Digital Plus 7.1 se fait écraser par la piste sonore DTS-HD HRA 5.1 que l’on peut trouver sur le Blu-ray français.

CONCLUSION – Groot-ez moi ça !

Si elle s’en sort plutôt bien sur support Ultra HD Blu-ray, même si son homologue HD continue de toucher les étoiles, cette sucrerie intergalactique avait la possibilité d’être encore plus savoureuse !

Note artistique
9
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
8
0
Les Gardiens de la Galaxie

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
1 année il y a

Mention spéciale pour l’image de couverture ! C’est vrai que ce film m’avait très agréablement surpris. Jamais vu les suites en revanche.

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x