Provenance : France | Éditeur : Disney | Date de sortie : 08 septembre 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39 et 1.90
HDR10 / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Français Dolby Digital Plus 7.1

Sous-titres
Anglais
Français

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3
4.5/5

Artistique : 8.5 | Vidéo : 9.5 | Audio : 9.5

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Philips 65OLED908 (HDR Filmmaker Mode)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos | Dolby Surround), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - One Last Ride

Peter Quill, encore sous le choc d’une terrible perte, doit rallier son équipe et se lancer dans une mission risquée pour défendre l’univers et sauver la vie de Rocket. Pendant ce temps, une nouvelle force imprévisible menace de faire tomber les Gardiens pour de bon.

Alors qu’elle explore les traumas profonds de ses attachants personnages, cette 3e aventure de nos marginaux de l’espace retrouve la recette James Gunn (action tonitruante + émotion palpable + humour désopilant + univers loufoque) agrémentée d’une grosse louche de tragédie. Plus humaine et célébrant la singularité de chacun, cette conclusion qui en jette (les effets spéciaux sont ici de qualité) est tout autant amusante que déchirante. Ces corsaires là vont nous manquer…

IMAGE - The sky is blue

Captées exclusivement à l’aide de caméras numériques Red (6K et 8K) mais affichant une belle texture argentique (plus fournie qu’en HD) ajoutée en post-production, les images de ce transfert UHD HDR10, issues d’un DI 4K et alternant les ratios (2.39 et 1.90 IMAX), bénéficient d’une augmentation notable des détails (les décors en arrière-plan, la fourrure des animaux, les scarifications sur le visage de Drax, la fibre textile des différentes tenues) sans pour autant renier la (relative) douceur toute cinématographique de la photographie.

Plus sombres qu’en SDR mais pourvues d’une bien meilleure gestion des hautes luminances (les flammes, les rayons de lumière derrière les nuages, les reflets sur les surfaces métalliques, les éclairages artificiels) sans pousser de trop l’intensité lumineuse (une moyenne mesurée à 208 nits), elles arborent des contrastes plus affirmés (cf. le réalisme des noirs lors de la rencontre avec les Abilisks). Quant à la colorimétrie, un peu plus chaleureuse sur l’ensemble du spectre, elle ajoute de la richesse à de nombreuses teintes (les murs capitonnés orangés sur OrgoCorp, la carnation dorée des Souverains, les combinaisons spatiales aux couleurs vintages). Même si la compression est solide (ni artefact quelconque ni color banding), force est de constater que le débit n’est pas très élevé (un bitrate moyen de 43 Mbps).

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3

SON - Je s’appelle au revoir

S’il faut tout de même rehausser le volume pour en goûter toutes les saveurs, cette bande-son 3D ne souffre nullement du syndrome « Dolby Atmouse » puisque la dynamique (assurée) et les basses (physiques) n’y sont pas du tout pondérées.

Et profitant d’une verticalité parfaitement scénarisée (Rocket qui marche au plafond avec ses bottes gravitationnelles, les vaisseaux qui survolent régulièrement l’action, des projections électriques lors d’un court-circuit, etc.) que le mixage DTS-HD MA 7.1 du Blu-ray ne peut dépêcher, elle amplifie l’immersion engendrée par une strate horizontale déjà éminente (les sons ambiants et les effets pyrotechniques abondent à l’avant comme à l’arrière). Les voix qui peuvent se balader d’une enceinte à l’autre sont claires et l’Awesome Mix de John Murphy (couplé à une bande-son éclectique) particulièrement enveloppant.

Malgré une spatialisation moins déchaînée (d’où l’intérêt d’activer un DSP de virtualisation pour récupérer quelques informations dans les hauteurs) et une puissance amoindrie, la VF Dolby Digital Plus 7.1 reste une piste sonore très engageante au doublage plutôt cool.

CONCLUSION - See you in space, Guardians...

Meilleur film du MCU depuis longtemps (Avengers: Infinity War ?), le baroud d’honneur des Gardiens de la Galaxie est un feu d’artifice galactique au cœur gros comme ça. Et encore plus rock’n’roll en 4K Ultra HD (les prestations A/V tutoient les étoiles), c’est en top du space op’ qu’il crève pour la dernière fois l’écran !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x