Provenance : France | Éditeur : Studiocanal | Date de sortie : 07 février 2024

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Français DTS-HD MA 5.1
Français DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
Français

Le Règne animal
4.5/5

Artistique : 9 | Vidéo : 10 | Audio : 9.5

L'édition standard est disponible auprès de notre partenaire Metaluna Store en cliquant ici 👉 Le Règne animal 4K

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A95L (Dolby Vision sombre)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Des hommes et des bêtes

Dans un monde en proie à une vague de mutations qui transforment peu à peu certains humains en animaux, François fait tout pour sauver sa femme, touchée par ce phénomène mystérieux. Alors que la région se peuple de créatures d’un nouveau genre, il embarque Emile, leur fils de 16 ans, dans une quête qui bouleversera à jamais leur existence.

Neuf ans après Les Combattants, le cinéaste Thomas Cailley signe une ambitieuse fable hybride (à la croisé du fantastique, du drame social et de la comédie) sur l’exclusion et la filiation, où le charisme magnétique de Romain Duris et du jeune Paul Kircher n’a d’égal que la profondeur des interrogations soulevées par un récit profondément humain. Poétique, poignante et bien ancrée dans son époque, cette œuvre singulière dans le paysage ciné français touche au cœur.

« Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. »

IMAGE - L'appel de la forêt

Lumineuse et fourmillante de détails aux quatre coins du cadre large, la photographie signée David Cailley est magnifiquement restituée par le présent transfert UHD Dolby Vision qu’un solide codec HEVC vient consolider.

Vis-à-vis du Blu-ray, les scènes diurnes et les différents éclairages gagnent en brillance (les guirlandes de la ginguette, la lumière du jour, les gyrophares des véhicules prioritaires), la pénombre accède à une lisibilité accrue (les noirs ne sont plus bleutés), le niveau de détail 35 mm est encore plus bluffant (les transformations progressives comme les décors naturels ne manquent pas de mordant) avec un relief toujours plus palpable, les couleurs à la froideur maîtrisée et aux primaires chatoyantes profitent de belles nuances additionnelles (cf. les teintes forestières) et la compression, à présent indécelable (dans la fumée des fumigènes compris), contribue à une meilleure respiration de la délicate émulsion argentique.

Le Règne animal

SON - Les petites et grosses bestioles 🎶

Bénéficiant d’une activité multicanale tatillonne où chaque enceinte est mise à contribution avec un naturel désarmant, ce mixage délivré en DTS-HD MA 5.1 qui s’épaissit tout au long du film (pour entendre le réveil de la nature), immerge le spectateur dans des ambiances atmosphériques réalistes au possible (la flore) entrecoupées d’effets animalesques saisissants de proximité.

La richesse acoustique de l’ensemble déconcerte, les bruitages sont balancés aux quatre coins de l’espace d’écoute avec autant de subtilité que de puissance, la dynamique montre les crocs dès que l’action s’en vient, le canal LFE grogne âprement s’il le faut, l’audacieuse musique d’Andrea Laszlo De Simone (douce et candide avant d’être rythmée par des percussions tribales) enveloppe et les dialogues (où chaque homme-animal à sa propre voix) sont solidement exsudés par la centrale.

CONCLUSION - Instinct de survie

Alors qu’il fait entrer les « monstres » (un bestiaire extraordinaire) pour interpeller sur toutes les formes de discrimination qui meurtrissent une fraction importante de la société française, ce cinéma de genre gourmand se métamorphose sur support 4K Ultra HD (la vidéo flatte la rétine et l’audio s’harmonise parfaitement avec la nature) !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x