4K Ultra HD – Édition US – Universal Pictures – 92 min – 22 mai 2018 (25th Anniversary Collection)

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 1.85

Bande-son
• Anglais DTS:X
• Français (parisien) DTS 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Sauvetage en terre hostile

Le paléontologue Alan Grant, rescapé de Jurassic Park, fait la connaissance d’un couple, Paul et Amanda Kirby, qui lui propose de financer ses recherches contre un survol de l’île d’Isla Sorna. D’abord réticent, Grant finit par accepter et prend les airs avec son jeune assistant, Billy Brennan. Mais le paléontologue ne tarde pas à découvrir que le couple a menti : les Kirby ont l’intention de se poser sur Sorna afin d’y rechercher Erik, leur fils de 12 ans disparu huit semaines plus tôt…

Malgré des personnages déficients (une caractérisation terriblement sommaire) et des facilités en veux-tu en voilà (l’appeau à Raptor), ce 3e volet est une série B d’aventure à l’ancienne qui va directement à l’essentiel. Le rythme est extrêmement soutenu, les attaques mortellement cinégéniques (la séquence de la volière) et la mise en scène toujours efficace (Joe Johnston est un bon faiseur). Étonnamment court, ce divertissement sans prétention est fort distrayant.

IMAGE – Promenade dans la jungle

Pas très vivante pour du HDR (à quelques reflets du soleil près) et plutôt fade en ce qui concerne la palette colorimétrique (même si plus saturée et virant les teintes vertes du Blu-ray), l’image de ce transfert UHD (non tiré d’un scan des négatifs originaux) ne brille pas non plus côté détails (certes plus précis qu’en HD mais doux par nature et lissés par une couche de DNR) et contrastes (plus sombres ici avec des basses lumières un peu étouffées).

C’est mieux qu’avant cependant, ne serait-ce que par la présence d’une compression HEVC qui solidifie les arrière-plans et la séquence enveloppée de brume. Mais il est évident que les volontés artistiques du chef op’ Shelly Johnson (une approche marécageuse d’après ses dires) limitent grandement les prestances visuelles de ce disque.

SON – Le téléphone sonne

Ni aussi pêchu ni aussi expansif que les VO DTS:X de ses aînés, le présent mixage (non signé du designer sonore Gary Rydstrom) n’en reste pas moins impressionnant lors des nombreuses scènes d’action avec ce qu’il faut d’immersion (les ptérodactyles attaquent du ciel), d’impact (le crash de l’avion) et de basses (le rugissement du Spinosaure). Et puis n’oublions pas les ambiances de la jungle qui sont enveloppantes à souhait, même si moins nuancées que par le passé.

Bien moins ample et dynamique, la VF SD assure comme une grande à son modeste niveau.

CONCLUSION – En forme les prédateurs ?

À son aise dès que les créatures du jurassique rejoignent la randonnée guidée du Pr Alan Grant, cet épisode injustement boudé, qui enchaîne les péripéties sans discontinuer, gagne en intensité sur support 4K Ultra HD même si les lieux visités sont plus austères qu’auparavant !

Note artistique
7
Qualité vidéo
7
Qualité audio
9
0
Jurassic Park III

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x