4K Ultra HD – Édition FR – Universal Pictures – 142 min (version cinéma) / 149 min (director’s cut) – 17 novembre 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10+ et Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français Dolby Digital Plus 7.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Les liens de sang ne font pas la famille

Dominic Toretto mène une vie tranquille avec Letty et son fils, le petit Brian, mais ils savent que le danger se cache toujours derrière l’horizon paisible. Cette fois, cette menace obligera Dom à affronter les péchés de son passé s’il veut sauver ceux qu’il aime le plus. Son équipe se réunit pour arrêter un complot bouleversant mené par l’assassin le plus talentueux et le meilleur pilote qu’ils aient jamais rencontré : un homme qui se trouve être également le frère abandonné de Dom, Jakob.

Si l’absence de dosage, la beaufitude de tous les instants, le scénario capillotracté et les invraisemblances au kilomètre ne vous empêche pas de rouler, ce 9e opus qui flirte régulièrement avec la nostalgie et surtout le n’importe quoi (qu’il assume pleinement) vous mènera vers la démesure et l’excès.

Car généreusement décomplexé et bourré d’adrénaline, ce blockbuster pas comme les autres n’use jamais des freins dans tout ce qu’il entreprend… À commencer par des scènes d’action démentes.

Sur la ligne d’arrivée, en dérapage contrôlé ou presque, Fast & Furious 9 est aussi crétin que jouissif !

IMAGE – En voiture Dom !

S’il franchit la ligne d’arrivée avant le remarquable Blu-ray, ce n’est pas pour ses seuls pixels (la définition est déjà au top en HD) mais bel et bien grâce à la technologie HDR (HDR10+ ou Dolby Vision).

Équipée de couleurs saturées à souhait, la photographie tire pleinement avantage du Wide Color Gamut lors des flashbacks (où la teinte sépia est accentuée) et dès que les primaires entrent dans la course. Les verts de la jungle sont ainsi plus vibrants et les nuances rouges-oranges des explosions plus intenses. À proximité, les contrastes sont encore plus vifs (les noirs sont particulièrement denses) et les sources lumineuses plus flagrantes (les néons de Tokyo, les lampes torches tactiques).

Chargée de CGI, l’image tirée d’un DI 2K n’est par contre pas beaucoup plus détaillée… Et de toute façon, le piqué est quand même redoutable. Ni douce ni artificiellement accentuée, elle affine cependant quelques éléments du cadre comme les visages en gros plan et les décors en arrière-plan. En outre, le fourmillement (et non pas la granulation volontaire qui recouvre joliment les souvenirs de Dom) n’est maintenant présent que sur une poignée de plans.

SON – Vroum vroum, boum boum !

En tête du peloton, cette bande-son Dolby Atmos loin d’être raffinée est une « agression sonore » hautement spectaculaire qui en a sous le capot !

La dynamique est endiablée, la répartition des effets / ambiances excellente (cf. le câble d’acier lors du saut à Montequinto), les enceintes surround prises d’assaut, la scène aérienne en pleine santé (des hélicoptères, une tyrolienne, des débris, etc.), les basses dévastatrices (le ronronnement des moteurs, la détonation des mines, le renversement du camion blindé) et le score très aéré.

Même si ample et percutante à son niveau, la VF ne peut rivaliser faute de pouvoir débrider son compteur.

CONCLUSION – La course de trop ?

En perte de vitesse à vouloir aller toujours plus loin, toujours plus haut (jusqu’à atteindre l’espace sur la fin), ce chapitre bourré d’action et de « conneries » embarque un 4K Ultra HD bien carrossé qui lui évite la sortie de route !

Note artistique
6.5
Qualité vidéo
9
Qualité audio
10
0
Fast & Furious 9

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
trackback

[…] quilles à la foire Saint-Jean. Colin Trevorrow aurait peut-être préféré réaliser le prochain Fast and Furious étant donné le nombre de scènes en véhicules que comporte le film, chacune d’entre elle […]

trackback

[…] du blockbuster hollywoodien d’aujourd’hui, ce Jurassic Portnawak qui débute comme un Fast & Furious piloté par James Bond avant de manœuvrer vers un remake crétin du premier volet […]

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x