Provenance : France | Éditeur : Paramount Pictures | Date de sortie : 16 août 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.39
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos
Français Dolby Digital 5.1

Sous-titres
Anglais
Français

Donjons & Dragons: L'Honneur des voleurs
4.6/5

Artistique : 8 | Vidéo : 10 | Audio : 9.5

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos | Dolby Surround), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - La Communauté de bras cassés

Un voleur beau gosse et une bande d’aventuriers improbables entreprennent un casse épique pour récupérer une relique perdue. Mais les choses tournent mal lorsqu’ils s’attirent les foudres des mauvaises personnes…

Imaginée par les « MD » John Francis Daley et Jonathan Goldstein en piochant dans le colossal lore de « D&D » (ses règles, ses classes, ses sorts, ses armes, ses créatures, ses lieux, ses trésors, etc.), cette partie endiablée aux péripéties généreuses (notamment en Outreterre) et aux gags amusants (tournés vers l’autodérision) embarque des joueurs (aux backstories travaillées) aussi enthousiastes qu’attachants dans une aventure pleine de bonhomie à la mise en scène magique (les bonnes idées ne manquent pas). Maintenant que la campagne nanardesque est terminée (la trilogie des années 2000-2010), place au blockbuster dépaysant qui a ouvert son coffre à jouets sans y perdre son âme. Nom d’une barbe de nain, la surprise est de taille !

IMAGE - Pot-pourri de fantasy

Démonstratif au possible, ce transfert UHD Dolby Vision à la compression redoutable (le bruit, certes négligeable, présent sur le Blu-ray a purement et simplement disparu) choie la photographie emplie de vie de Barry Peterson.

Le cadre large abonde d’encore plus de textures (cf. la clarté accrue des paysages) et les détails s’affichent avec une plus grande netteté (la pilosité faciale, les pores de la peau, l’armement, les accoutrements, la décoration d’intérieur, les environnements extérieurs).

La merveilleuse palette colorimétrique tire profit de teintes plus percutantes (la végétation aux verts luxuriants, les manches jaunes de l’ensorceleur Simon, le portail magique bleu, les cheveux roux de la druidesse Doric) et d’une carnation plus saine, les contrastes qui sont plus équilibrés assombrissent discrètement l’image (pour un rendu plus solide) afin de verser une bonne louche de précision additionnelle aux noirs (sans fonds) et aux blancs (plus brillants), et les sources lumineuses viennent faire plus d’étincelles dès que les artefacts surnaturels et/ou l’aura de la magie entrent en scène.

Donjons & Dragons: L'Honneur des voleurs

SON - Le luth de l'aventure

Aussi tumultueuse (l’agitation lors des scènes d’action) qu’étonnamment subtile (la sonorisation des environnements), la bande-son Dolby Atmos (réservée à la VO) met le feu malgré un canal LFE qui aurait pu frapper plus fort (même si la fuite face à un gigantesque reptile dodu reste mémorable dans ce registre).

Incroyablement active à l’arrière et bénéficiant d’une dynamique intrépide, elle répand çà et là ses effets et autres ambiances fantastiques avec autant de clarté que de mobilité. Les dialogues sont bien centrés à l’avant, le paysage acoustique présente une superbe richesse, la couche de hauteur vient régulièrement nous engloutir (la magie est projetée, les dragons volent, la caverne déploie ses échos et les débris s’effondrent) et le score celtique de Lorne Balfe profite d’une définition notable.

Moins ordonnée dans l’espace, la VF encodée en Dolby Digital 5.1 ne manque pourtant ni de fougue (l’énergie comme la puissance sont là) ni d’agilité (la spatialisation y reste étendue). En revanche, grosse déception concernant l’absence de la chanson L’Emprise (interprétée par Mylène Farmer) lors du générique de fin.

CONCLUSION - L'honneur est sauf !

Ressuscitée grâce à un lancer de « Mighty Dice » gagnant, la licence cinématographique Donjons et Dragons revient de loin (souvenez-vous de la bouillie numérique et de la performance hallucinée de Jeremy Irons dans l’opus de 2000) avec cette épopée collective à la fois généreuse et sincère qui respecte son matériau de base. Maintenant, il est à espérer que les très spectaculaires prestations A/V du présent 4K Ultra HD donnent de la visibilité à ce divertissement parfaitement assumé n’ayant pas eu l’attention qu’il méritait dans les salles obscures.

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x