Provenance : France | Éditeur : Condor Entertainment | Date de sortie : 29 février 2024

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.35
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 2K

Bande-son
Coréen Dolby Atmos
Français Dolby TrueHD 5.1

Sous-titres
Français

Alienoid: Les Protecteurs du futur
3.5/5

Artistique : 7 | Vidéo : 8 | Audio : 9

L'édition standard est disponible à la vente auprès de notre partenaire Metaluna Store en cliquant ici 👉 Alienoid : Les Protecteurs du futur 4K

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Philips 65OLED908 (Dolby Vision Filmmaker)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos | Dolby Surround), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Retour vers le futur

Depuis des millénaires, des Aliens prennent possession de corps humains, tapis dans l’ombre en attendant leur heure. Afin d’anéantir cette menace, un Gardien envoyé du futur traque sans relâche ces envahisseurs…

Si vous pouvez imaginer la rencontre loufoque entre Terminator et Tigre et Dragon où les pouvoirs ancestraux du XIV siècle côtoient les technologies du futur (bien portées à l’écran par des SFX qui en mettent plein les yeux), vous aurez une assez bonne idée de cette véritable étrangeté dans le paysage cinématographique actuel qui n’est pas sans évoquer les séries B hongkongaises des 90’s du scénariste-réalisateur-producteur Wong Jing (dont le plus récent Future X-Cops !).

D’une générosité totale, ce blockbuster rafraîchissant qui mêle donc SF et wu xia pian fantasy avec beaucoup d’audace parvient à concurrencer le géant US sur son propre terrain (Cowboys et Envahisseurs mord même la poussière à côté de lui) tout en conservant son identité, assez unique il va sans dire. Puisque au-delà des genres susmentionnés, la comédie pure (l’humour fonctionne vraiment bien) coexiste avec l’action soutenue (les affrontements ludiques se succèdent sans temps mort) au sein d’un scénario complètement fou qui fourmille tout autant de rebondissements que d’imagination. Vivement la partie 2 qui à son tour, s’annonce extrêmement jubilatoire !

IMAGE - À la croisée des époques

Une fois n’est pas coutume, l’absence de Blu-ray dans la présente édition m’aura empêché de m’adonner à l’habituel jeu des différences avec le 4K Ultra HD (doté d’un encodage Dolby Vision), issu d’une captation numérique (avec des douceurs sur les bords du cadre) finalisée en 2K.

Fantastique la plupart du temps, il affiche un excellent niveau de détail (les décors et autres accoutrements) même si un léger renforcement de la netteté se laisse deviner par endroits (quelques textures scintillent), des couleurs légèrement verdâtres aux tons généralement pimpants (l’opulence des costumes, l’épaisseur de la brume rouge et la luxuriance des prairies), une plage de contrastes d’une belle densité (une gestion exemplaire du clair-obscur) et des sources lumineuses qui brillent d’un vif éclat (comme le portail temporel, les phares et les lanternes).

Mais si le disque français est agréablement dépourvu du color banding (comment est-ce possible ?) qui venait régulièrement envahir les ciels de son confrère allemand (l’éditeur s’en était d’ailleurs défendu en expliquant qu’il était inclus au matériel source fourni par CJ ENM), ce n’est malheureusement pas le cas lors des séquences sous-marines (qui se font heureusement rares). Il en est de même pour le bruit numérique, encore bien présent sur plusieurs aplats. Cependant, tout porte à croire que la compression n’est pas à blâmer ici.

Alienoid: Les Protecteurs du futur

SON - TURLUTUTU 🪈

Spacieuse et directionnelle au possible (cf. les déplacements de Thunder), la VO Dolby Atmos qui ne manque absolument pas de matière (entre effets pyrotechniques percutants et ambiances moyenâgeuses enveloppantes) profite d’une dynamique appréciable tout en délivrant des dialogues toujours clairs, une partition pleinement aérée et des basses profondes (même si elles ne font que flirter avec l’infra). Quant à la scène de hauteur, elle ne rate pas une occasion de se manifester (des flèches, des vaisseaux qui traversent la ville, des voix, des coups de pelle entendus de l’intérieur d’un cercueil et j’en passe).

En plus d’être dotée d’un doublage fort peu convaincant, la disharmonieuse VF Dolby TrueHD 5.1 (et non DTS-HD MA 5.1 comme le mentionne par erreur le flyer) perd une grosse partie des bruitages dans la bataille (la frontale est dépouillée) et manque terriblement d’ampleur.

CONCLUSION - Le hwang-sa du matin calme ?

Sommes-nous seuls dans notre tête ? Pas forcément d’après le très rentable réalisateur Choi Dong-hoon qui s’est dit que notre cerveau pourrait servir de bagne à des prisonniers extraterrestres prêts à nous envahir le moment venu ! Bilan de l’opération ? Un divertissement à gros budget proprement inclassable dont l’énergie débordante explose en 4K Ultra HD (des prestations A/V le plus souvent fastueuses) ! Êtes-vous prêts à dompter la foudre aux côtés des Voyageurs du Temps ?

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x