SVOD – Plateforme FR – Disney+ – 54 min – 07 octobre 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : Dolby Vision
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Français Dolby Digital Plus 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, les tests SVOD sont réalisés avec le débit minimum requis sur chaque plateforme. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de la source testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Monster Hunter

Par une nuit sombre, une cabale secrète de chasseurs de monstres sort de l’ombre et se réunit dans un sinistre temple après la mort de leur chef. Dans un mémorial étrange et macabre, les participants sont poussés dans une compétition mystérieuse et mortelle pour une relique puissante – une chasse qui les amènera finalement à faire face à un monstre dangereux.

En marge du MCU (les Avengers n’ont pas été conviés), ce huis clos lugubre et nostalgique des Universal Monsters s’impose comme une parenthèse joyeusement anachronique dans la phase 4, où l’horreur « poussiéreuse » se permet un brin d’humour et des excès de violences bien graphiques (membres coupés, corps brulés et crânes défoncés). Joliment shooté, solidement incarné (des acteurs aux tronches fantastiques) et singulièrement inspiré dans tout ce qu’il entreprend (son ambiance gothique, ses moments d’action, son monstrueux bestiaire), ce moyen métrage est une véritable surprise qui prouve que La Maison des Idées est encore capable de surprendre.

IMAGE – En rouge et noir

Marquée par un aspect vieilli (les saletés, les repères de changement de bobine), cette image UHD Dolby Vision superbement veloutée (un noir et blanc détaillé à la texture faussement argentique) et fortement contrastée évoque dans son rendu (brume enivrante comprise) Dracula (1931), L’Homme Invisible (1933) ou encore La Fiancée de Frankestein (1935).

Quant à la couleur rouge, vivement parsemée à la manière de Sin City, elle transperce avec fougue l’atmosphère sépulcrale qui hante les lieux.

SON – Des cris dans la nuit

Fabuleusement rythmée par le score de Michael Giacchino (aussi au poste de réalisateur), une ode macabre aux films d’antan emplie de cuivres et de violons, cette bande-son quelque peu timide du côté de la dynamique (un poil plus hardie en VF) et des basses (un canal LFE sur la réserve) se rattrape avec une spatialisation très efficace (surtout en VO « Dolby Atmouse » où les effets comme les ambiances prennent de la hauteur) et des voix d’une grande clarté.

CONCLUSION – Marvel sort les griffes ?

Esthétiquement soigné, ce délicieux hommage à l’épouvante des années 30 est disponible sur Disney+ avec de robustes prestations A/V (encodage Dolby Vision et VO Dolby Atmos). Mordez-le donc à pleines dents !

Note artistique
7.5
Qualité vidéo
9.5
Qualité audio
8.5
0
Werewolf by Night

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x