4K Ultra HD – Édition CA – Sony Pictures – 91 min – 26 octobre 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.40

Bande-son
• Anglais Dolby Atmos
• Anglais DTS-HD MA 5.1
• Français (parisien) DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE – La Reine des damnés

Sélène ne repoussera pas seulement les attaques des lycans et des vampires, qui après s’être livrés une guerre de longue date, s’allient contre elle. Elle va tout mettre en œuvre pour mettre un terme définitif à cette guerre éternelle, quitte à commettre le sacrifice ultime.

Malgré des CGI parfois approximatifs (la transformation du leader des lycans) et des personnages secondaires peu développés (Marius est transparent et Semira trop survolée alors qu’elle avait tous les atouts pour être la grande réussite de ce cinquième volet), cette très divertissante série B fantastique au style comic book marqué est bien rythmée et riche en action sanglante en plus d’apporter de la nouveauté à la mythologie Underworld (le « Monde Sacré »).

IMAGE – Blanc comme neige ?

Une photographique froide et sombre (dans la lignée des précédentes même si plus glacée que bleutée) parfaitement reproduite par ce master 4K ultra-contrasté, dont la précision idyllique et le piqué chirurgical (les détails sont plus nets qu’en HD) impressionnent. Néanmoins, la présence par endroits de color banding vient à trahir une compression un peu légère.

Les teintes sont plus saturées (les yeux bleus, les flammes oranges) et plus nuancées (le sang rouge), la peau des vampires est plus pâle, les noirs gagnent en profondeur et les blancs en pureté (l’Assemblée Nordique de Var Dohr), les néons éclairent mieux et les reflets sur les tenues/voitures sont plus éclatants. Toutefois, même si plus denses qu’en SDR (où elles étaient laiteuses), certaines scènes sombres perdent en détails (l’escalade vers la forteresse du nord) lorsque d’autres se révèlent trop débouchées (les nuits américaines).

SON – À feu et à sang !

Des pistes sonores puissantes et bien spatialisées qui fourmillent d’effets/ambiances (le sifflement des balles, les hurlements, le vent polaire) sur tous les canaux sans jamais écraser les voix (d’une constante clarté). Le score ne manque pas d’ampleur et les basses font méchamment trembler les murs (notamment lors des explosions et des coups portés).

Plus impactante que la très bonne VF et équipée d’une verticalité efficiente (les résonnances dans certains lieux, l’alarme de sécurité, le grondement du tonnerre), la VO Dolby Atmos assure un spectacle acoustique plus immersif.

CONCLUSION – La dernière saignée

Alors qui voit les élégants morts-vivants gothiques se foutre sur la gueule d’une grossière meute de loups-garous à poils (une fois de plus) en présence de l’ancienne « Servante de la Mort » Kate Beckinsale, cet acte final (pour l’heure du moins) montre les crocs en 4K Ultra HD en dépit de visuels moins soignés qu’escomptés !

Note artistique
7
Qualité vidéo
8
Qualité audio
9.5
0
Underworld - La Saga

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x