Alors que sa sœur est sur le point d’épouser l’empereur François-Joseph 1er d’Autriche, Élisabeth de Bavière, dite « Sissi », hésite à se rendre aux fiançailles et se retrouve prise dans une embuscade. Cette jeune femme indépendante et intrépide va tomber éperdument amoureuse d’un homme puissant… mais qui cache une part sombre et dangereuse.

Du faste...

67 ans après une série de films qui révéla au grand public la magnifique Romy Schneider, l’histoire de l’impératrice d’Autriche revient en grande pompe dans une mini-série allemande de 6 épisodes qui a pour ambition de dépoussiérer le mythe du conte de fées.

Dès les premières images, le ton est donné: Sissi dans son lit s’adonne à un petit plaisir solitaire avant d’être brusquement interrompue par sa sœur. Vous l’aurez compris, la série ne sera donc pas une petite sucrerie mignonette comme les films des années 50. Non, on lorgne ici vers Game of Thrones ou encore Les Tudors, toutes proportions gardées. Du sexe, de la violence, du complot et de la traîtrise, tous les ingrédients des shows à succès sont là, d’autant que le réalisateur Sven Bohse a les moyens de ses ambitions.

Paysages naturelles magnifiques, décors somptueux, costumes majestueux, photo qui évoque par moment le travail de Ridley Scott, Sissi joue la carte du grand spectacle et mine de rien, ça fait plaisir à la rétine. De la campagne Viennoise aux palais Autrichiens en passant par divers champs de batailles, la reproduction est convaincante et on se laisse finalement porter par les différents voyages de la future impératrice.

Previous
Next

... sans être furieux

Voulant coller au plus près de la réalité historique, Sissi étonne de prime d’abord par certains choix qui s’éloignent drastiquement des films originaux. Jeune fille rebelle rêvant de voyages et de liberté, Sissi (campée par une convaincante Dominique Devenport) n’est, au départ, nullement attirée par l’empereur François-Joseph (Jannick Schumman et son air d’éternel constipé), mais on a du mal à comprendre ce qui la pousse dans les bras de cet homme, initialement présenté à sa sœur.

Si les us et coutumes de la monarchie se montrent plus « crus » (notamment sur la question de la sexualité) et dévoile l’envers du décor du conte de fées promis à la population, l’histoire est bien trop souvent survolée pour convaincre totalement. Plusieurs personnages auraient d’ailleurs mérité un traitement plus complet.

On pense notamment à la dame de compagnie de Sissi, ancienne prostituée de son mari ou encore le bras droit de ce dernier, dont la loyauté reste floue. L’omniprésence de la belle mère est totalement effacée pour en faire un personnage finalement sympathique et, en toile de fond, le conflit avec la France, représenté par Napoléon 3, devait nous présenter un empereur fou et sanguinaire mais mis à part quelques affrontements timorés, rien de vraiment choquant se passe sous nos yeux finalement hagards.

« Que le ciel comme l'enfer t'empêche de connaître le bonheur sur terre. Que ceux qui te sont chers disparaissent de la surface du globe. Je te maudis et te condamne à errer seul tel un fantôme. Tu feras périr tous ceux que tu touches et tes enfants seront voués à une mort indigne. »

La veuve d'un prisonnier hongrois à l'empereur François-Joseph 1er

Ambitieuse sur le papier et voulant montrer une Sissi en héroïne influente, la série s’avère au final bien trop sage pour convaincre totalement. Si saison 2 il y a, il faudra qu’elle soit bien plus maîtrisée et qu’elle n’hésite pas à mettre définitivement les pieds dans le plat !

Sissi (2021) est disponible en Blu-Ray (VO et VF DTS-HD MA 5.1), DVD (VO et VF Dolby Digital 5.1) et VOD depuis le 19 Avril 2022 chez L’atelier d’images.

En guise de bonus, il est possible de retrouver : Les coulisses du tournage, Dominique Devenport à propos de son personnage, Jannik Schuemann à propos de son personnage, La vie d’un prince et d’une princesse, Sur le tournage avec Dominique Devenport, Les costumes, Quiz, Ensemble sur le plateau de tournage, Devenir Franz et Devenir Sissi.

Biberonné très tôt au cinéma, j'avalais de la pellicule comme d'autres des bérets verts au petit déjeuner ! Curieux de tout et aujourd'hui casanier dans l'âme, c'est dans la douce atmosphère du foyer que j'étanche ma soif sans limite de 7e art.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x