Provenance : États-Unis | Éditeur : Lionsgate Films | Date de sortie : 30 janvier 2024

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.00
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais Dolby Atmos

Sous-titres
Anglais

Silent Night (2023)
4/5

Artistique : 7.5 | Vidéo : 8.5 | Audio : 8

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Philips 65OLED908 (Dolby Vision Filmmaker)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Vengeance silencieuse

Témoin de la mort de son fils, victime d’une balle perdue lors d’un affrontement entre gangs la veille de Noël, un père de famille qui se remet d’une blessure lui ayant couté la parole s’entraîne sans relâche afin de pouvoir se venger.

Retour de John Woo sur les terres américaines avec ce vigilante movie post-John Wick hyper violent dont la narration visuelle impactante fait sens avec son concept mutique. L’exercice de style fonctionne tant du côté de la dramaturgie (le mélo si cher à son auteur étreint la première partie) que de l’action (la dernière demi-heure laisse parler la poudre), surtout que les figures favorites et les obsessions du vétéran du gunfight ne sont pas mises en sourdine. Et porté par un Joel Kinnaman qui exprime beaucoup sans ouvrir la bouche, cette pure série B avance sans dire un mot pour nous toucher en plein cœur. Oui, les actes valent souvent mieux que les paroles.

IMAGE - Bullet in the Night

Hormis de p’tits problèmes d’encodage en cours de route (des dégradés hasardeux dans une poignée d’arrière-plans) malgré un bitrate moyen de 86 Mb/s, ce transfert UHD Dolby Vision issu d’un DI 4K d’une captation clairement numérique (le grain subliminal a été ajouté en post-prod) améliore les images délivrées par le pourtant abouti Blu-ray.

Les détails sont d’une plus grande clarté (les visages, les blessures infligées, les vêtements et les décors crasseux), la palette colorimétrique qui est volontairement terne (puisque l’ambiance est aussi sombre que triste avec une majorité de teintes ardoises), si ce n’est lors des souvenirs heureux et pour les éclaboussures de sang, profite de nuances additionnelles (les bleus nocturnes et les oranges dans l’antre de Playa), le taux de contraste renforcé donne de la matière aux ombres (plus précises qu’en SDR) grâce à des noirs profonds sans signe d’écrasement et les sources lumineuses, ponctuellement ultra-poussées alors que la pénombre se fait prégnante (les phares des véhicules, l’éclairage urbain), s’affichent avec autrement plus de brillance.

Silent Night (2023)

SON - Massacre en sourdine

Tout sauf silencieuse malgré un étonnant manque d’impact (dynamique assez plate et basses peu profondes), cette bande-son Dolby Atmos immersive s’appuie sur l’omniprésente musique romantico-funeste de Marco Beltrami pour élever le drame.

Le score qui sert de dialogues (réduits à des flashs radios et aux fréquences de police) se répand généreusement sur toute la scène sonore, les ambiances (le vacarme dans le commissariat) comme les effets pyrotechniques (lors des nombreuses fusillades et/ou poursuites) impressionnent tant ils se déplacent de toute part (la scène surround crie son existence à la moindre occasion) et même si discrète, la verticalité du mixage se fait entendre de-ci de-là (pour les oiseaux et les coups de feu).

CONCLUSION - Un nouveau cadeau sous le sapin ?

Alors qu’elle garde le silence, cette contre-programmation belliqueuse de Noël (qui va pouvoir flinguer aux côtés du grand classique des 80’s Die Hard) laisse sa rage exploser sur support 4K Ultra HD (des prestations A/V loin d’être aphones) !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x