4K Ultra HD – Édition JP – GAGA Communications – 140 min – 10 mars 2017

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.47

Bande-son
• Anglais LPCM 5.1
• Anglais Dolby TrueHD 5.1
• Japonais Dolby TrueHD 2.0

Sous-titres
• Anglais
• Japonais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE – Léonidas pousse la chansonnette

Au XIXᵉ siècle, dans les fastes du Palais Garnier, l’Opéra de Paris, Christine, soprano vedette, est au sommet de sa gloire. Son succès est dû à sa voix d’or et aux mystérieux conseils qu’elle reçoit d’un « Ange », un fantôme qui vit dans les souterrains du bâtiment. L’homme, un génie musical défiguré qui vit reclus et hante l’opéra, aime la jeune fille d’un amour absolu et exclusif. Lorsque Raoul entre dans la vie de Christine, le Fantôme ne le supporte pas…

Follement kitsch et grandiloquente, cette comédie musicale flamboyante adaptée du spectacle de Broadway est portée par un élan romanesque certain où décorum sublime et musique émouvante (les dialogues sont chantés) se partagent l’affiche durant près de 140 minutes monstrueusement mémorables. Mais si les seconds rôles (Minnie Driver en tête) et la jeune Emily Rossum (tout en sensibilité) ont la flamme, le reste du casting est peu convaincant (Patrick Wilson manque de carrure dans la peau du fougueux Raoul).

IMAGE – Du gothique en veux-tu en voilà !

Une fois n’est pas coutume, je n’ai acheté que le disque 4K Ultra HD et non l’édition complète qui est hors de prix. De ce fait, je ne vais pouvoir m’atteler au jeu des comparaisons même si certains défauts et/ou limitations m’ont clairement sauté aux yeux.

Si les couleurs sont riches et profondes (les parures et autres dorures sont somptueuses), j’ai par contre été étonné par la douceur des images (même s’il y a de nombreux détails) alors que les visuels restent luxuriants. À n’en point douter, il s’agit là d’un simple upscal du transfert HD où les technologies WCG et HDR ont été appliquées avec plus ou moins de réussite.

En effet, si les sources lumineuses sont globalement resplendissantes (notamment dans le grand hall de l’opéra où les reflets sur les surfaces en marbre sont fantastiques), les tons chair sont parfois étranges (bizarrement jaunes lors du bal masqué) et certains éclairages carrément fake tellement ils se détachent du reste du plan. Quant aux contrastes, ils sont dans la grande majorité des cas superbes (hormis une poignée de plans) et mettent donc en valeur les souterrains sombres et humides des lieux.

SON – Chante mon Ange

De retour en HD après son passage rapide sur support HD-DVD (un mixage Dolby Digital 5.1 sur le Blu-ray), la bande-son présentée ici est solide.

La dynamique s’envole lors des passages chantés et lors des scènes mouvementées, les séquences musicales sont particulièrement amples avec des voix qui sonnent remarquablement bien (cf. le thème du Fantôme), la scène surround ajoute régulièrement une dimension supplémentaire à l’espace acoustique (surtout lors de l’apogée finale) et les basses grondent avec une profondeur toujours appropriée.

Je regrette néanmoins l’absence de VF. Pourquoi me direz-vous ? Parce que les doubleurs (lors des chansons) y sont plus talentueux que les acteurs (surtout concernant Gerard Butler) !

CONCLUSION – Un masque, des voix, une passion

♫ La nuit dans mon sommeil
Se glisse un disque
Sa voix éclate en moi
Sa voix me somme
Serait-ce un rêve encore ?
Mais cette fois
Je sais que le Fantôme de l’Opéra est là
En moi ♩

Note artistique
7.5
Qualité vidéo
6
Qualité audio
9
0
Le Fantôme de l’Opéra (2004)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x