4K Ultra HD – Édition DE – Capelight Pictures – 115 min – 13 août 2021

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10+ et Dolby Vision
• Ratio : 2.35

Bande-son
• Coréen DTS-HD MA 5.1
• Allemand DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
• Allemand

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – La belle est la bête

Geum-ja obtient une remise de peine après avoir purgé 13 années de détention. Celle qui a obtenu une libération anticipée pour sa conduite admirable et exemplaire en prison tourne subitement le dos à tous ceux qui l’ont aidée à sortir. Elle est consumée par la haine et le remord. Elle voue désormais son existence entière à l’assouvissement de sa vengeance contre un mystérieux enseignant.

Sublime tragédie à la recherche d’une humanité perdue, ce dernier volet de la trilogie de la vengeance à la puissance émotionnelle sans cesse renouvelée et à la mise en scène baroque désire expier ses péchés une fois l’ange de la colère passé ! En fin de compte, la rédemption ne peut être atteinte par une vendetta personnelle.

IMAGE – Beauté noire

Deux salles, deux ambiances… C’est ce qui ressort de la comparaison entre le présent 4K Ultra HD et le précédent Blu-ray paru chez HK Vidéo le 02 mai 2012. Provenant d’un scan 4K envoyé par la Corée du Sud, ce transfert UHD Dolby Vision (ou HDR10+ en fonction de votre équipement) approuvé par la société de production CJ Entertainment a aujourd’hui un look plus à-propos avec l’œuvre qu’il « apprête ».

Sanglante et non plus maladive, l’image très bien résolue profite d’une palette colorimétrique nettement plus chaude (le filtre vert du master 1080p n’est plus) aux primaires plus intenses (notamment les rouges), de contrastes plus « durs » (le noir mat a laissé place à un noir absolu) et de sources lumineuses ultra-éclatantes.

Un peu plus détaillé et révélant pour la première fois à domicile sa véritable texture argentique 35 mm (peut-être un peu trop prononcée lors des flashbacks et du guet-apens nocturne), honteusement effacée jusqu’alors, l’aspect hautement filmique de la photographie retrouve enfin de sa superbe… Si ce n’est la présence, lors de quelques séquences sous-éclairées, de fourmillements à l’arrière-plan.

SON – Thérapie de groupe

Peu porté sur la dynamique (le sujet ne s’y prête guère) mais peuplé d’ambiances atmosphériques, ce mixage encodé en DTS-HD MA 5.1 délivre des dialogues (et une voix off) clairs, des sons parfaitement localisés et une musique, aux violons virtuoses, expressément ouverte.

CONCLUSION – Se racheter une conscience

Liée à sa propre culpabilité, la quête de (vengeance) rémission de Lee Geum-ja est (rongée) animée par plus de sentiments en Ultra HD Blu-ray !

Note artistique
8.5
Qualité vidéo
8
Qualité audio
8
0
Lady Vengeance

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x