Provenance : États-Unis | Éditeur : Universal Pictures | Date de sortie : 10 septembre 2019

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.35
HDR10+ / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 2K

Bande-son
Anglais DTS:X
Français (québécois) DTS 5.1

Sous-titres
Anglais
Français

Trilogie Cornetto
4/5

Artistique : 8 | Vidéo : 8 | Audio : 9

Trilogie Cornetto

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Expert HDR)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (DTS:X | DTS Neural:X), SVS SB-4000

Sommaire

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Shaun of the Dead, la couleur rouge du sang

Trilogie Cornetto

Shaun partage une vie ordinaire entre ses colocataires, son pub préféré et sa petite amie Liz. Cette dernière, excédée par sa passivité chronique, décide un soir de rompre. Le lendemain matin, une armée de zombies déferle sur Londres plongeant la ville toute entière dans le chaos : l’occasion rêvée pour Shaun de reconquérir le coeur de Liz en devenant un héros…

Cette comédie horrifique so british bardée de références à la pop culture, sorte de satire du mythe des morts-vivants par Romero, est un divertissement décapant à l’humour de comptoir efficace et aux séquences déjantées, qui a parfois recours au gore pour rappeler aux spectateurs qu’il reste attaché au genre qu’il parodie : le film de zombies !

Malgré de minimes « ratés » (quelques taches, renforcements de contours et noirs peu profonds), ce transfert UHD HDR10+ est une amélioration notable par rapport au Blu-ray. La texture argentique de l’œuvre a gagné en densité, la définition a fait un bon en avant, les détails s’affichent avec une plus grande netteté (les visages, les vêtements, les décors), les couleurs profitent d’un raffinement certain (surtout les verts et les rouges), les contrastes sont plus dynamiques (les blancs sont plus frappants et les noirs souvent plus fermes) et les sources lumineuses toujours plus intenses (la lumière du jour et les éclairages intérieurs).

Robuste (des basses bien proéminentes) et immersive, la bande-son DTS:X est une piste vivante qui use des canaux qui lui sont alloués (elle tire allègrement parti de la scène arrière et des enceintes de hauteur) pour remplir la scène d’écoute d’ambiances (les atmosphères de la rue), d’effets (les coups de feu, les gémissements des zombies) et de musique. Plus resserrée à l’avant (les surrounds sont plus discrets) et moins dynamique, la VF n’est pas aussi engageante que la VO.

Artistique : 7.5 | Vidéo : 8 | Audio : 8.5

Hot Fuzz, la couleur bleue de la police

Trilogie Cornetto

À Londres, le policier Nicholas Angel est tellement bon qu’il fait passer ses collègues pour de simples gardiens de la paix. Son chef décide donc de le « promouvoir » dans le petit village de Sandford, où il ne se passe strictement rien. Mais une série de crimes étranges va le remettre dans l’action…

Délicieusement absurde et complètement barrée, cette comédie so british est une parodie de polar d’action aux clins d’œils cinéphiles savoureux, à la mise en scène jouissivement outrancière, aux comédiens enthousiastes, à l’humour dévastateur, aux gunfights époustouflants et à l’intrigue bien menée. Un véritable plaisir coupable.

Un transfert UHD HDR10+ décevant où la texture argentique a été « nettoyée», où la résolution accrue peine à se faire voir (les pores de la peau et encore !) et où l’usage du WCG et du HDR est (trop) modéré. Moins clinquantes et plus solides, les couleurs et les sources d’éclairage offrent cependant aux images un naturel qu’elles n’avaient pas sur le Blu-ray; surtout que l’amélioration des contrastes (blancs audacieux et noirs denses) est quant à elle manifeste.

Avant de lancer cette piste DTS:X qui dépote, pensez à prévenir vos voisins ! Pourvue d’une dynamique extrêmement large, d’une spatialisation exceptionnellement riche, d’effets pyrotechniques (ou non) destructeurs, d’ambiances régulières, d’une scène arrière très engagée, de canaux de hauteur joueurs (le survol d’un hélicoptère, la fusillade finale), d’un score intense, de basses grondantes et de voix claires, c’est peu de le dire qu’elle propose un spectacle acoustique de tous les instants à la folie sur-amplifiée mémorable. Moins démonstrative, la VF s’en sort tout de même haut la main.

Artistique : 8.5 | Vidéo : 7 | Audio : 10

Le Dernier Pub avant la fin du monde, la couleur verte des extraterrestres

Trilogie Cornetto

20 ans après avoir accompli une tournée de bars épique, 5 amis d’enfance se réunissent et reprennent le marathon de la boisson dans leur ville natale. Leur objectif : atteindre le dernier pub : « La fin du monde ».

Loufoque et dramatique, cette parodie de films de SF d’invasion est un délire 100% british où il est question de bières, de la crise de la quarantaine et d’extraterrestres ! Et s’il est vrai qu’elle s’essouffle sur la longueur, l’humour absurde, les répliques désopilantes, la profondeur de ses thématiques (la nostalgie, l’amitié) et les clins d’œil à la contre-culture, donnent furieusement envie de finir le barathon (un marathon des bars).

Peu de différence du côté des textures même si un subtil gain de netteté transparaît en arrière-plan, mais l’écart se creuse sensiblement au travers de couleurs revitalisées (le « sang » bleu des androïdes), de contrastes solidifiés (l’amélioration du niveau des noirs) et d’éclairages intensifiés (cf. la lumière émanant des orifices des envahisseurs). Trop lumineux et ankylosé par des teintes fades, le Blu-ray est beaucoup plus plat.

S’il se réveille que lorsque la narration prend une tournure inattendue (dès l’altercation dans les WC), ce mixage aux ambiances douces (lorsque l’action est loin) puis plus tendues (l’armée des « copies ») délivre une spatialisation agréable, une dynamique adéquate, des effets de poids, un score enthousiaste, des basses profondes et des dialogues clairs. Malgré un manque de coffre et l’absence de la scène aérienne (la narration lors de l’introduction, le passage avec le Réseau), la VF s’en tire bien.

Artistique : 7.5 | Vidéo : 8.5 | Audio : 9

« My only regret is that we couldn’t try to export Cornettos to this country [the US] for the release of this movie but you can imagine that they’re a tasty treat. They’re very similar to the King Cone, but just in tastier flavors. »

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
6 mois

Oh, un article suprise ! ^^

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x