Sorti en 2019 dans l’indifférence générale sur Netflix, Juste pour rire réunit pour la première fois deux anciennes gloires de la comédie américaine des années 70/80 pour un dernier tour de piste…

De stars à has-been

Pour les plus jeunes d’entre vous, les noms de Richard Dreyfuss et de Chevy Chase ne vous diront probablement rien. Pourtant, ces deux acteurs ont été des véritables stars en leurs temps. Dreyfuss, c’est bien sûr sa collaboration avec Steven Spielberg via Les Dents de la mer, Rencontres du troisième type et Always qui l’ont imposé au box-office. C’est aussi la comédie policière Étroite surveillance et sa suite Indiscrétion assurée, qui ont été de jolis petits succès en France.

Chase, bien qu’il soit un illustre inconnu chez nous, a été une véritable machine à succès aux USA. Ancien du Saturday Night Live aux côté de John Belushi, Dan Aykroyd ou Bill Murray, le comique a enchainé Bonjour les vacances…, Le Sapin a les boules, Le Golf en folie, Fletch ou bien Trois amigos ! et Drôles d’espions de John Landis; mais surtout Les Aventures d’un homme invisible du maître John Carpenter. Les années 90 ne lui ont pas été favorables suite à diverses déconvenues au box-office et c’est à la télévision que l’acteur a refait un come-back avec la série Community… avant d’en être viré à cause de son comportement ingérable (qui ne date pas d’hier).

Précédent
Suivant

Un dernier show avant de mourir

Puisqu’il n’y a plus de place pour eux dans les salles de cinéma occupées par des personnes aux costumes moulants ou par des voitures tuning, les deux trublions se sont frayés une place dans le marché du streaming avec le film Juste pour rire. Chase joue Al Hart, un agent artistique à la retraite qui retrouve son premier client Buddy Green (Dreyfuss), un humoriste ayant quitté le monde du spectacle il y a 50 ans pour devenir podologue. S’ennuyant à mourir dans leur maison de retraite, Al convainc Buddy de s’enfuir pour faire une tournée de spectacles à travers les Etats Unis.

«Au fait, tu as un sketch ? J'ai jamais eu de sketchs, mais j'ai cinquante ans d'histoires drôles ! »

Al et Buddy

Comédie douce-amère sur la vieillesse et sa place dans la société, le film pâtit malheureusement d’un rythme lent et de situations comiques trop timides malgré le talent des deux compères (qui n’ont plus rien à prouver dans ce domaine). Chase a tendance à en faire des tonnes sur certaines scènes ou au contraire pas assez; comme cette curieuse parenthèse musicale en fin de bobine. Dreyfuss s’en sort le mieux à travers un personnage d’humoriste touchant qui va trouver une raison de se lever le matin autre qu’avaler sa dose de médicaments. Notons également la présence d’Andy MacDowell (Un jour sans fin, Hudson Hawk, Quatre Mariages et un enterrement) qui vient illuminer de sa présence un film quelque peu morne malgré son joli message d’espoir (ne jamais renoncer à ses rêves).

Biberonné très tôt au cinéma, j'avalais de la pellicule comme d'autres des bérets verts au petit déjeuner ! Curieux de tout et aujourd'hui casanier dans l'âme, c'est dans la douce atmosphère du foyer que j'étanche ma soif sans limite de 7e art.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x