Provenance : Allemagne | Éditeur : Plaion Pictures | Date de sortie : 24 août 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.35
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Français DTS-HD MA 7.1
Anglais DTS-HD MA 5.1
Allemand DTS-HD MA 5.1

Sous-titres
Anglais
Allemand

Haute Tension (2003)
4/5

Artistique : 7.5 | Vidéo : 9.5 | Audio : 8

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - Poursuivi par soi-même

Marie, une étudiante de vingt ans, révise ses examens dans la ferme isolée des parents de sa meilleure amie. En l’espace d’une nuit, un tueur, qui ignore son existence, assassine à tour de rôle les membres de cette famille…

Malgré un retournement final maladroit et moralement douteux, ce survival craspec et ouvertement sexué s’inscrivant dans la droite lignée des classiques des 70’s (Maniac et Massacre à la tronçonneuse), a su apporter un souffle nouveau au cinéma de genre français. Une terreur viscérale à la mise en scène frontale et au casting impeccable (l’ambiguë Cécile de France, le terrifiant Philippe Nahon et l’apeurée Maïwenn) où l’ambiance malsaine suinte de partout et l’hémoglobine jaillit abondamment. En 2003, un grand cinéaste de l’horreur venait de naître !

IMAGE - La mort est dans le pré

Issu d’un nouveau scan des négatifs 35 mm originaux, ce transfert UHD Dolby Vision à l’encodage solide et au cadrage modifié (pour plus de contenus dans 90% des cas) présente des différences claires vis-à-vis du précédent Blu-ray (jamais paru en France). Adieu couleurs outrageusement excessives et contrastes artificiels, bonjour neutralité !

Le grain argentique s’affiche avec une belle densité, la définition n’est plus « boueuse » mais d’une netteté salvatrice (hors quelques plans à la mise au point ratée) et les détails bénéficient d’un bond en avant incontestable (les visages, les éléments décoratifs, les paysages).

La palette colorimétrique qui est beaucoup plus appropriée (les filtres orangés de la journée et verdâtres de la nuit ne sont plus qu’un mauvais souvenir) apparait comme plus froide avec des teintes autrement plus riches et nuancées (les prairies vertes, le sang rouge), les contrastes ont été judicieusement réajustés pour des ombres plus nets (le mobilier ne se perd plus dans la pénombre ambiante) et des blancs plus purs (les nuages sont bien mieux délimités), et les sources lumineuses brillent d’un plus vif éclat (les phares, l’éclairage des toilettes de la station-service, la lampe torche).

Haute Tension (2003)

SON - Ti amo 🎶

S’il est évident que certains dialogues ont été post-synchronisés (la scène dans la 206 en est la preuve la plus criante) et manquent ainsi de naturels, la VF encodée en DTS-HD MA 7.1 n’en reste pas moins efficace… Surtout quand elle reproduit avec minutie les tropes du genre (comme les pas lourds du tueur se déplaçant lentement dans la maison de campagne).

La dynamique « déraisonne » dès que la violence s’en vient (l’entrée en scène de la scie circulaire), l’activité surround n’est pas abandonnée à l’arrière de la camionnette lugubre (les ambiances de la nature, les plaintes des victimes), les voix sont intelligibles, l’inconfortable musique de François-Eudes Chanfrault est bien ventilée sur les différents canaux et le canal LFE sait se faire oppressant.

CONCLUSION - Ces pulsions qui nous dominent

Renouant avec un cinéma alors oublié à sa sortie, cette éprouvante nuit au bout de la terreur est encore plus malaisante sur support 4K Ultra HD (des prestations A/V qui assument leur coming out). Une admirable (triple) édition mediabook qui célèbre de la meilleure des façons les 20 ans de cet incontournable de l’horreur française. Cocorico !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
Vincent Molet
Vincent Molet
7 mois

Merci pour ton test !
Revu aujourd’hui en UHD Dolby Vision quel superbe master ! Toujours un plaisir de revoir ce film

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x