4K Ultra HD – Édition FR – Universal Pictures – 109 min – 27 février 2019

Format vidéo
• Master intermédiaire : 2K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 2.39

Bande-son
• Anglais DTS:X
• Français DTS 5.1

Sous-titres
• Anglais
• Français

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Précédent
Suivant

ŒUVRE – Un nouveau chapitre s’ouvre… 40 ans après !

Laurie Strode est de retour pour un affrontement final avec Michael Myers, le personnage masqué qui la hante depuis qu’elle a échappé de justesse à sa folie meurtrière le soir d’Halloween 40 ans plus tôt.

Faisant honneur aux slashers d’antan, cette suite directe à l’œuvre culte de John Carpenter (on efface tout et on recommence) est une série B d’horreur brutale et sanglante à la mise en scène vigoureuse et aux personnages féminins forts (Laurie Strode est devenue la Sarah Connor d’Haddonfield), qui contient quelques-uns des plus beaux meurtres de la saga et « ose » réactualiser le face-à-face tant attendu lorsque le tueur devient la proie de l’ex-victime. Et un come-back (de plus) réussi pour Michael Myers !

IMAGE – Le cauchemar continue…

Même si cela ne se voit pas vraiment (un grain harmonieux ajouté en post-prod), ce 11e Halloween est le premier film de la franchise a ne pas avoir été filmé sur pellicule. Une fois cette petite « déception » avalée, il faut avouer que les images délivrées par ce transfert UHD HDR sont très belles; la photographie à l’ancienne (des teintes orangées) de Michael Simmonds n’y étant certainement pas étranger.

La définition est pointue, le piqué un peu plus tranchant qu’en HD même dans la pénombre (cf. les détails dans les recoins les plus sombres), les couleurs plus naturelles (la carnation des visages, les citrouilles), les contrastes plus adaptés aux événements nocturnes (la lisibilité des scènes de nuit s’en trouve grandie) et les sources lumineuses plus éclatantes (l’éclairage aux bougies des Jack-o’-lantern, les gyrophares des véhicules de Police, les projecteurs de la maison de Laurie Strode).

SON – John Carpenter is back !

Étonnamment sobre et donc plutôt éloigné des effets gratuits et autres dynamique « à sursaut » des films d’horreur modernes, ce mixage DTS:X (à la scène aérienne discrète) qui met en avant les dialogues et la partition emblématique de la saga, joue plutôt avec les silences  « sous tension » tout en distillant de nombreuses ambiances sonores (les gens dans la rue, les grillons) et quelques gimmicks bien sentis (le son des lames et les respirations). Et si le résultat manque un peu d’énergie et de basses (notamment lors des coups de feu), la pression est quant à elle particulièrement présente.

Même si enregistrée à un niveau plus élevé, la VF 5.1 s’avère être plus limitée avec une ouverture frontale reserrée et un engagement musical moins prononcé.

CONCLUSION – Les noces d’Émeraude ça se fête !

Caramels, bonbons et chocolats, les « gourmandises » abondent dans cet opus fidèle à l’esprit de l’original. Les fans vont donc pouvoir se régaler devant ce 4K Ultra HD dont il est difficile d’échapper… Faut dire aussi qu’il n’est pas là pour jouer à cache-cache !

Note artistique
8
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
8.5
0
Halloween (2018)

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x