Provenance : France | Éditeur : Sidonis Calysta | Date de sortie : 07 juin 2024

Format vidéo
2160p24 – Ratio 1.85
HDR10 / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais DTS-HD MA 2.0
Français DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
Français

From Beyond - Aux portes de l'au-delà
4/5

Artistique : 7 | Vidéo : 9 | Audio : 8

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée à l’exception des screenshots comparatifs issus du site caps-a-holic.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A95L (Professionnel HDR )
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar Max (DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - L’expérience interdite

Le Dr Pretorius vient d’inventer une machine qui en stimulant la glande pinéale ouvre une porte sur l’au-delà. Durant l’expérience, une créature décapite le professeur. Son assistant, Crawford, témoin de la scène, est accusé du meurtre et interné en hôpital psychiatrique. Sa thérapeute, Katherine McMichaels, convainc la police de laisser Crawford tenter de nouveau l’expérience…

Certes un peu vieillotte aujourd’hui, cette démonstrative série B des 80’s d’après Lovecraft (une nouvelle de sept pages) n’en reste pas moins un spectacle d’enfer à la délicieuse déviance (sexuelle mais pas que !) où bestioles improbables, érotisme plus que sous-jacent (enrichi par la plastique avantageuse de Barbara Crampton) et transformations craspecs (dont les Practical Effects sont une création du légendaire « Monster Man » Mark Shostrom) lancinent un cauchemar éveillé à la folie grandissante. Un classique du cinéma bis… ici proposé dans sa version uncut.

« It's just the body, but my mind is indivisible. »

IMAGE - Un autre monde

Issu d’un scan 4K du négatif original 35 mm (et d’une impression 35 mm qui ne jure pas lors des inserts R-Rated), ce transfert UHD HDR10 obtenu auprès de Vinegar Syndrome magnifie l’ambition visuelle de la photographie sous acide de Mac Ahlberg. Il est à noter que pour les besoins du test, les comparaisons ont été effectuées avec le Blu-ray 1080p incorporé à la présente édition et non le disque 1080i paru en 2014 (que je ne possède pas).

La source est en parfait état (ni dégâts liés aux temps ni points blancs), le grain argentique est clairement mieux résolu, la définition est plus affirmée (les pièces sont plus nettes), les détails gagnent en complexité (les caractéristiques faciales, la rugosité des maquillages, les fibres textiles) et la compression HEVC n’a peur de rien (un bitrate dépassant régulièrement les 100 Mb/s).

From Beyond - Aux portes de l'au-delàFrom Beyond - Aux portes de l'au-delà
From Beyond - Aux portes de l'au-delàFrom Beyond - Aux portes de l'au-delà
From Beyond - Aux portes de l'au-delàFrom Beyond - Aux portes de l'au-delà

La palette colorimétrique criarde (et bien évidemment surnaturelle) baignée de teintes roses, violettes et bleues profite d’une meilleure saturation, les contrastes saisissent davantage de par des noirs à la profondeur accrue (c’est notable au sous-sol) et des blancs à la pureté toute autre (les blouses médicales), et les violentes sources d’éclairage s’affichent avec une intensité décuplée (les plafonniers du labo du grenier, la lueur sur les textures gluantes, les reflets sur les verres des lunettes du Dr Katherine McMichaels, l’émanation lumineuse du résonateur, les phares des véhicules).

From Beyond - Aux portes de l'au-delà

SON - Humans Are Such Easy Prey

Plus large que la VF Dual Mono (au doublage grossier et aux ambiances trop écrasées), la VO stéréophonique d’origine aux environnements actifs diffuse frontalement des voix d’une grande clarté et un score (signé Richard Band) d’une fidélité à toute épreuve dans lequel orchestre symphonique et nappes atmosphériques copulent gracieusement. En outre, la dynamique se manifeste avec subtilité et les basses s’invitent lors des rencontres les plus monstrueuses. Un regret néanmoins quant à l’absence du nouveau mix 5.1 présent sur le disque américain.

CONCLUSION - Vers l’infini et au-delà

Certainement moins définitive que l’excellente comédie macabre Re-Animator du même Stuart Gordon, cette œuvre horrifique où les transformations de la chair s’accompagnent inévitablement de l’effondrement psychique de ses protagonistes, parvient mine de rien à se connecter à l’esprit dérangé de Lovecraft. Et servie sous la forme d’un mediabook premium de 48 pages (un making-of rédigé par Marc Toullec), cette édition 4K Ultra HD aux prestations A/V qui excitent les sens et aux bonus plaisants (trois interviews et un documentaire sur les effets spéciaux) ravira les fans. Quand la chair et l’esprit se mêlent intimement, que peut-il arriver ?

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure ! #WeLovePhysicalMedia

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
KillerSe7ven
Administrateur
22 heures

Ca a l’air trop cool ce film. Je ne connaissais pas du tout. Merci pour la découverte.

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x