4K Ultra HD – Édition US – Vinegar Syndrome – 84 min – 22 février 2022

Format vidéo
• Master intermédiaire : 4K
• Standard HDR : HDR10
• Ratio : 1.85

Bande-son
• Anglais DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
• Anglais

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé par chaque testeur de l’équipe MaG, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Previous
Next

ŒUVRE – Une enquête mortelle !

Mortis et Bigelow, deux détectives de Los Angeles, sont à la poursuite de gangsters ayant commis plusieurs braquages. Ils les surprennent en pleine attaque d’une bijouterie et parviennent, non sans mal, à les abattre. Le médecin légiste remarque avec horreur que les cadavres autopsiés sont déjà morts 8 jours auparavant…

S’il faut passer au-delà de sa mise en scène téléfilmesque et de son humour balourd pour l’apprécier un minimum, ce buddy movie horrifique qui sent bon les années 80 est une série B d’exploitation bien débile qui vaut surtout pour ses séquences outrancières (la résurrection collective chez le traiteur chinois) où les effets spéciaux craspecs s’expriment pleinement.

IMAGE – En état de décomposition ?

Provenant d’un scan 4K des négatifs 35 mm originaux, ce transfert UHD HDR10 ressuscite comme jamais les éléments sources à quelques p’tites taches près.

Le grain argentique est organique à souhait, les détails sont solides tout du long (les « délicieux » maquillages se montrent sans réserve, les costumes exposent toutes leurs fibres), les couleurs sont gorgées de vie (les rouges sont plus sanglants, la verdure a meilleure mine et le bleu du ciel prend du bon temps), les contrastes profitent d’une optimisation certaine (les noirs sont plus profonds et les blancs plus nets) et les sources lumineuses accèdent à une plus grande exubérance (le soleil californien, les éclairs de la machine à ressusciter les morts).

SON – On l’enrobe de sauce ?

Engageante et sans signe de vieillesse (ni souffle ni craquement), cette bande-son losless 2.0 confortablement équilibrée et étonnamment large donne vie aux dialogues (les blagues fusent), à la dynamique (les coups de feu, les expériences scientifiques) et au score (les synthés d’Ernest Troost) qui étaient jusqu’alors relativement plats.

CONCLUSION – Mourir n’est qu’une formalité

Ressorti de la chambre froide, ce mort en sursis qui a le droit à une seconde vie en 4K Ultra HD va pouvoir trouver les responsables de sa triste condition !

Note artistique
5
Qualité vidéo
8.5
Qualité audio
8
0
Flic ou Zombie

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
Bubbleschmoot
Éditeur
4 mois il y a

1er film de Mark Golblatt, monteur des meilleurs films des années 80/90 (TERMINATOR 1 & 2, TRUE LIES, RAMBO 2, CABAL, STARSHIP TROOPERS parmi plus de 30 films !), FLIC OU ZOMBIE est une Madeleine de Proust qui a bercé les chers têtes blondes (dont je fais partie) à l’époque de feu la 5, petit budget compensé par une bonne humeur communicative, des idées barrées (la scène du resto chinois) et un casting improbable dont le grand Vincent Price dans un de ses derniers rôles.

Cherycok DarkSideReviews
Cherycok DarkSideReviews
4 mois il y a

Flic ou Zombie, c’est de la série B à tendance nanar qui sent bon les 80’s du début à la fin, un buddy zombie movie des plus funs qui ne pêche que par sa dernière demi-heure un peu en deçà. Parfait pour une soirée avec des potes, de la pizza, et des bières !

4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x