Provenance : Allemagne | Éditeur : Turbine Medien | Date de sortie : 21 mars 2024

Format vidéo
2160p24 – Ratio 1.85
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire 4K

Bande-son
Anglais DTS-HD MA 5.1
Anglais DTS-HD MA 2.0
Allemand DTS-HD MA 5.1
Allemand DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
Anglais
Allemand

Barb Wire
3.5/5

Artistique : 6 | Vidéo : 9.5 | Audio : 9

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A95L (Dolby Vision sombre)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - La Dame de cuir

Patronne d’un bar de Steel Harbor, ville libre d’un pays ravagé par une guerre civile, Barb Wire est également détective privé. Un jour, elle reçoit la visite de policiers du gouvernement à la recherche de Cora D, une scientifique qui fuit le régime avec le secret d’une arme terrible…

Chef-d’œuvre du nanar avec en vedette une Pamela Anderson alors au sommet de sa gloire, ce Casablanca post-apo adapté du comic book éponyme édité par Dark Horse catapulte sa pulpeuse amazone (constamment mise en valeur) dans des décors en carton-pâte où action pléthorique, personnages outranciers (tous joyeusement surjoués par des acteurs en roue libre) et autres délires technologiques se retrouvent autour d’un verre extrêmement chargé. Des flingues, des boobs et du fun, que demander de plus ?

« - Je crois que je suis en train de tomber amoureux. - Fais la queue. »

IMAGE - Bien gaulée ?

Issue d’une toute nouvelle restauration 4K réalisée à partir du négatif original 35 mm, ce transfert UHD Dolby Vision à l’encodage robuste (un bitrate moyen de 80.63 Mb/s) donne un véritable coup de fouet à l’image vieillissante du précédent Blu-ray (paru en 2011 via Universal).

Le master se révèle d’une parfaite propreté, la définition n’est clairement plus chancelante et les plans qui sont joliment détaillés (la texture des visages, des cheveux, des costumes et des décors est impressionnante) n’ont plus à souffrir de l’ancienne douceur.

La palette colorimétrique généreusement élargie fait plaisir à voir (cf. la vibrance accrue des primaires) et le jeu de contrastes, très contemporain, se trouve étoffé afin de renforcer la lisibilité de la pénombre (des noirs autrement plus épais) et l’impact des sources lumineuses (le bouge à néons qu’est le Hammerhead s’offre des projecteurs à l’intensité maximale).

Quant à la patine singulière de l’argentique, honteusement lissée par le passé, est s’affiche avec une beauté somme toute irréelle puisque (étrangement) trop raffinée et uniforme sur la durée. Un léger DNR se serait-il chargé de réduire quelque peu sa portée ? Possible oui même si l’excellence dans la restitution des détails fins perdure.

Barb Wire

SON - I Got You Babe 🎶

S’il ne fait certes pas dans la dentelle, ce mixage livré en DTS-HD MA 5.1 dégage une écoute particulièrement énergique où le hard-rock et les basses dynamitent la scène sonore. Faut r’connaitre… C’est du brutal !

La dynamique frontale et l’enveloppe générale sont particulièrement probantes, les effets latéraux qui abondent sont bien frappants, le canal LFE est fermement sollicité lors des scènes d’action (les fusillades, la course-poursuite, les explosions) et dans le night-club, la musique signée Michel Colombier est amplement diffusée sur l’ensemble des enceintes et les dialogues sont solidement exsudés par la centrale.

CONCLUSION - Mad Barbie chez les Nazis

Métamorphosée en super-héroïne toute de cuir vêtue bottant le cul de « congressistes » sous le joug d’une saloperie de dictature, la naïade blonde de Baywatch laisse son maillot de bain rouge au vestiaire pour ce film d’action futuriste au micro-budget que le présent 4K Ultra HD, grâce à des prestations A/V bien tannées, bichonne comme jamais !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x