Provenance : France | Éditeur : Rimini Éditions | Date de sortie : 21 novembre 2023

Format vidéo
1080p24 – Ratio 1.85
SDR / BT.709 – Encodage AVC

Bande-son
Anglais DTS-HD MA 2.0
Français DTS-HD MA 2.0

Sous-titres
Français

Audrey Rose
3/5

Artistique : 8 | Vidéo : 6 | Audio : 7

L'édition digipack est disponible à la vente auprès de notre partenaire Metaluna Store en cliquant ici 👉 Audrey Rose

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Philips 65OLED908 (Filmmaker Mode)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (DTS Neural:X), SVS SB-4000

Diapositive précédente
Diapositive suivante

ŒUVRE - L’une dans l’autre

Bill et Janet Templeton forment un couple heureux. En compagnie de leur petite fille Ivy, ils mènent une existence tranquille. Mais très vite, leur vie idyllique va tourner au cauchemar lorsque leur fille se voit tourmentée par des visions terrifiantes…

Adapté d’un roman de Frank De Felitta, ce drame fantastique qui renonce au spectaculaire pour la suggestion est certes classique dans sa partition mais non moins perturbant dans son propos. Nombre de scènes sont éprouvantes (le cauchemar sous hypnose), la tension qui est palpable est emplie d’effroi, les acteurs sont formidables (Sir Anthony Hopkins en tête) et la réalisation de Robert Wise s’efface intelligemment devant la solidité de l’intrigue. De fait, comment l’oublier ?

IMAGE - L’invisible défunte

Malheureusement privé de la restauration 2K (tirée d’un scan 4K du négatif original 35 mm) initiée en 2022 par l’éditeur Arrow, ce transfert HD est trop vieillissant (très probablement celui exploité par Twilight Time en 2014) pour pleinement convaincre en 2023… Surtout que l’encodage décline de-ci de-là et laisse poindre une légère pixellisation.

La stabilité de l’image est parfois vacillante, les détails manquent de précision, la texture argentique est régulièrement trop épaisse, les couleurs ne sont pas assez chaudes (les blancs ont été neutralisés) et les contrastes sont un peu bruts. Rien de vraiment déplaisant non plus, la propreté (à quelques petits points blancs près) étant de mise.

Audrey Rose

SON - Tes paupières sont lourdes...

Très proches l’une de l’autre même si les dialogues de la VF, plus sourds et sur-mixés, viennent empiéter sur certains effets (comme la pluie), ces pistes sonores 2.0 mono évidemment peu amples (sans que la musique de Michael Small ne soit pour autant étriquée) n’en restent pas moins bien équilibrées et restituées sans grésillement ni souffle.

CONCLUSION - Atteindre la délivrance

Puisque l’âme va continuer de se réincarner (retour dans la chair) jusqu’à évoluer naturellement (son voyage évolutif sur Terre avant de s’unir en Dieu) d’immaturité à l’illumination spirituelle, le présent Blu-ray va encore devoir vivre de nombreuses vies au vu de ses prestations A/V peu accomplies. Mais sa poursuite du dharma est déjà bien avancée puisque son digipack à trois volets est superbe, l’entretien avec Stéphane Du Mesnildot (critique aux Cahiers du cinéma) passionnant et le livret informatif de 24 pages (conçu par le fidèle Marc Toullec) fort intéressant.

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x