Provenance : France | Éditeur : Pathé | Date de sortie : 07 juin 2023

Format vidéo
2160p24 – Ratio 2.40
Dolby Vision / BT.2020 – Encodage HEVC
Master intermédiaire non communiqué

Bande-son
Français Dolby Atmos
Français DTS-HD MA 2.0 (audiovision)

Sous-titres
Français

Astérix & Obélix: L'Empire du Milieu
3/5

Artistique : 5 | Vidéo : 8.5 | Audio : 7.5

Il est porté à l’attention de nos chers lecteurs qu’outre le matériel de visionnage précisé et utilisé, le rendu peut différer d’une installation à l’autre, qu’elle soit calibrée ou non, de même que les préférences et attentes personnelles sont susceptibles d’influer sur la notation. De surcroît, les images figurant dans l’article ne sont pas représentatives de l’édition testée.

Matériel et condition de test (Config. HP : 5.1.4)
Diffuseur vidéo : Sony Bravia XR-65A80J (Dolby Vision lumineux)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference | Zappiti Reference
Enceintes : Sennheiser Ambeo Soundbar (Dolby Atmos), SVS SB-4000

Previous slide
Next slide

ŒUVRE - Par toutatis, une aventure anecdotix !

En 50 avant J.C., l’Impératrice de Chine est emprisonnée suite à un coup d’état fomenté par Deng Tsin Quin, un prince félon. Aidée par Graindemaïs, le marchand phénicien, et par sa fidèle guerrière Tat Han, la princesse Fu Yi, fille unique de l’impératrice, s’enfuit en Gaule pour demander de l’aide aux deux valeureux guerriers Astérix et Obélix.

Même si loin de tutoyer les sommets atteints par Alain Chabat avec Mission Cléopâtre, ce 5e opus signé Guillaume Canet ne mérite pas pour autant le virulent lynchage critique qu’il a reçu lors de son exploitation cinématographique (dû à son budget pharaonix et/ou à un « Canet bashing » ?). Car malgré des vannes éculées, un woke washing démago, des péripéties cousues de fil blanc, un acting globalement déficient (hormis Gilles Lellouche et Vincent Cassel) et le show pas drôle d’un Cohen envahissant, cette comédie d’aventure dédiée aux enfants, première de la licence à proposer une histoire originale, respecte la gaudriole cher à René Goscinny et est « nanty » d’un vrai cœur tendre (l’humain avant le guerrier avec des questionnements liés à l’amour, aux doutes et à l’amitié). En somme, bien plus honorifix que le terriblement ennuyeux aux Jeux olympiques, cette gauloiserie à l’écoute de l’actualité (des private jokes pour la jeunesse d’aujourd’hui) s’avère quoi qu’il arrive divertissante. Voilà qui est dix !

IMAGE - Un voyage qui a Bonemine ?

Toc dans son rendu (une photographie numérique trop clinquante) mais non moins proche de la perfection techniquement parlant (si ce n’est l’apparition de rares traces compressives dont une poignée de plans bruités), ce transfert UHD Dolby Vision carbure à la potion magique.

La définition ne baisse guère, le piqué est encore plus affuté que sur le Blu-ray (les moustaches, les cheveux, les costumes, les armures, les accessoires, les décors), la palette colorimétrix à la saturation volontiers « BDesque » profite d’une luxuriance accrue (le pantalon rouge d’Astérix, les rayures bleues de la braie d’Obélix, la végétation, les dorures), les contrastes assurent (les noirs sont superbes et les blancs radieux) quand bien même les scènes sombres se font rares et les sources lumineuses, pérennes (le jour, les flammes, etc.), brillent de mille feux.

Astérix & Obélix: L'Empire du Milieu

SON - Quand -M- se la joue Remix !

Peu de place aux effets, même lors des batailles rangées, et un canal LFE laissé sur le banc de touche (hormis lors de l’assaut final) pour une bande-son mixée à un niveau assez bas (ne pas hésiter à augmenter le volume d’au moins 10 dB par rapport à votre niveau de référence) mais tout de même assez ample et bien répartie.

Quant au reste, la partition de Matthieu Chedid (très portée sur l’Asie) est généreusement mise en avant, les dialogues sont toujours limpides (ce n’est jamais certain avec le cinéma français) et même si exploitée avec parcimonix, la verticalité du mixage n’a pas peur que le ciel lui tombe sur la tête (comme lors des lancers de Romains ou l’arrivée d’une pluie de flèches).

CONCLUSION - Ce tombeau sera... celui de Canet ?

De nouveau porté à l’écran, le mythique Gaulois d’Uderzo et Goscinny s’en va-t-en Chine dans cet honnête divertissement familial qui réussix son passage sur support 4K Ultra HD (des prestations A/V gallo-plaisantes) après un accueil plus que tiède dans les salles obscures. Ils sont fous, ces spectateurs Romains !

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x