• La bannière qui illustre l’article dit quelque chose aux plus cinéphiles d’entre vous ? C’est normal, il s’agit d’une des images subliminales qui ponctuent le terrifiant L’exorciste de William Friedkin. Si vous ne l’avez jamais vu je vous le conseille vivement. En revanche, évitez de le visionner en consommant de la purée de petits pois, un conseil d’ami que vous comprendrez en le regardant…
  • Matériel recommandé : un bon casque vissé sur les oreilles, dans l’obscurité et de nuit (et avec une stout à portée de main)

L’automne est arrivé ! Il s’agit tout simplement de ma saison préférée. Si la plupart de mes proches se désolent de la fin de l’été, de mon côté je dois dire que je m’en réjouis. La chaleur moite, les insomnies, les mauvaises odeurs dans les transports en commun, les rayons du soleil qui nous carbonisent l’épiderme : ça va bien quelques mois. Franchement existe-t-il petit bonheur du quotidien plus viscéral que celui de se balader seul dans une ruelle calme, en profitant du vent frais qui nous caresse les oreilles alors qu’on balaye les feuilles mortes à chaque pas ? C’est lors de ces petites balades que je me laisse aller à mon imagination, parfois brièvement interrompue par le crissement aigu d’un écureuil obèse surpris alors qu’il enterrait une châtaigne.

Vous vous fichez de mes états d’âme ? Il est vrai que le titre de l’article ne fait aucune mention de mon journal intime. Et si je vous disais que j’avais une transition ? Eh bien oui, qui dit automne dit Halloween et qui dit réminiscence de Samain dit se faire peur en jouant à des jeux d’horreur. De temps en temps j’aime aller faire un tour sur itch.io pour y dégoter des OVNIS auxquels je ne pourrais jouer nulle part ailleurs. Veuillez donc trouver ci-dessous ma sélection personnelle de sept expériences horrifiques, toutes terminables entre 15 et 40 minutes à tout casser. La plupart sont le fruit du travail acharné de développeurs solo qui ne disposent pas encore du soutien financier d’un éditeur. La sélection qui suit est approuvée par la Société de minuit.

Babysitter Bloodbath

Développeur : Puppet Combo - Jeu complet

Babysitter Bloodbath possède un nom accrocheur et soyez assuré que l’étiquette n’essaye pas de vous lourder sur la marchandise ! Il s’agit de l’un des premiers jeux du développeur indépendant Puppet Combo, qui a depuis créé son propre label d’édition doucement nommé Torture Star Video. Ce grand fan de slashers et autres gialli (un giallo, des gialli, un oisal, des oiseaux) avait débuté en 2013 avec ce titre, hommage au Halloween de John Carpenter. On y incarne Sarah, gardienne du petit Billy dont les parents sont de sortie. Évidemment la soirée va rapidement dégénérer et la jeune fille sera la proie des assauts de Neokalus Burr, psychopathe total qui a jeté son dévolu meurtrier sur l’adolescente. Avec son ambiance de slasher réussie et grâce à l’IA aléatoire du tueur qui arpente la bâtisse un peu au hasard comme le ferait le xénomorphe d’Alien isolation, autant dire qu’on sursaute souvent et que la mort est assez expéditive. Heureusement le jeu se termine juste assez vite pour ne pas nous frustrer et nous laisse avec l’agréable sensation d’avoir joué à une version indé et gentiment immature du chef d’œuvre de Big John. On conseillera aux intéressés de jouer en choisissant la vue à la troisième personne plutôt que celle par écrans fixes, cette dernière n’étant pas aboutie. Frissons et hurlements garantis !

Earl's Day Off

Développeurs : Airdorf & Torple Dook - Démo

Earl a un problème. Il s’est pris une cuite la veille et a perdu son alliance lors de sa déroute éthylique. Oh et la bague est probablement nichée dans le gros intestin d’une carpe ! Le programme de gueule de bois s’annonce chargé pour notre ami qui décide de partir à la recherche du sésame, inquiet à l’idée que son épouse ne découvre le pot aux roses. Qualifié par ses créateurs de jeu d’horreur de pêche en 3D, ce prototype a été créé lors d’une fishing horror jam et nous rappelle graphiquement les plus belles heures de la N64. Pêchez les tous ! À moins que quelque chose d’autre ne vive sous la surface du lac…

Feed Me Billy

Développeur : Puppet Combo - Jeu complet

Probablement mon préféré de cette liste. Feed Me Billy est à la fois régressif, violent, stupide et dérangeant. On y incarne un tueur en série qui massacre des victimes innocentes pour ensuite donner leurs cadavres à manger à une créature qui vit dans un trou au fond de son appartement. L’idée fait penser à The Pit de Lew Lehman, merveilleux nanar horrifique canadien que je conseille à quiconque veut passer une soirée à se bidonner. Savourez cette bande-annonce ! Mais revenons à nos moutons et à Feed Me Billy, clairement réservé à un public averti. L’atmosphère visuelle fait directement référence à la conception populaire que nous nous faisons du snuff movie, soit des vidéos de mauvaise qualité dans lesquelles notre imagination comble les trous des immondices qui défilent à l’écran. Un grand cru qui possède ce côté insolent et bébête des premières fois.

Heartworm

Développeur : Vincent Adinolfi - Démo

Heartworm sait réciter sa leçon du parfait petit clône de Resident Evil. Avec ses plans de caméra soignés et son superbe accompagnement sonore, les 20 petites minutes passés en sa compagnie annoncent le meilleur et j’ai hâte que son créateur Vincent Adinolfi m’en donne un plus gros morceau à me mettre sous les pouces !

Previous
Next

Midnight Scenes

Développeur : Octavi Navarro - Jeux complets

Midnight Scenes possède déjà deux épisodes avec un troisième à la sortie prévue prochainement. Se terminant chacun en une vingtaine de minutes, les deux titres nous donnent l’impression de jouer à une version pont ‘n click d’un épisode de Night Springs dans Alan Wake ou encore de Twilight Zone. Le pixel art fait mouche et une fois n’est pas coutume la bande sonore joue un rôle crucial dans cette courte expérience en nous immergeant du début à la fin des histoires paranormales.

NextDoor

Développeur : Broelbrak - Jeu complet

NextDoor constitue un hommage revendiqué aux histoires de fantômes de Junji Ito, en particulier ses Mimi No Kaidan. Lugubre et jouissant d’un final glaçant, foncez sans hésiter sur ce fragment d’effroi, pudique mais néanmoins diablement efficace.

Night Shift

Développeur : Puppet Combo - Jeu complet

Puppet Combo, encore lui  ! Il s’agit de sa création qui repose le plus sur l’effet de surprise, à tel point qu’il relève ici le pari osé de vous faire vous ennuyer derrière le comptoir d’une station-service, alors que vous travaillez de nuit. Vous rangez les rayons, jouez un peu sur la borne d’arcade… un client rentre. Vous le servez, il repart. Les secondes, les minutes s’égrainent. Passer le balai peut-être ? Un instant ! Est-ce que j’aperçois les phares d’une voiture sur le parking ? Et hop vous voilà à fixer la forêt sombre qui entoure votre établissement paumé. Je ne vous en dirai pas plus mais une chose est certaine : Night Shift sait nous mener à la baguette.

Résident permanent dans la petite bourgade de Raccoon City et prosélyte du génial Rain World depuis 2017, on l'entend parfois jurer à pleins poumons lorsqu'il perd lamentablement face au singe de Sekiro à un poil de lemming près. En quête d'une 3080 depuis bientôt un an, le malheureux espère une réception de sa commande en 2022 : l'important c'est d'y croire ! Son TOC préféré ? Recenser dans un PDF tous les jeux auxquels il a joué dans sa vie.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x