La 31e Ă©dition du Festival international du film fantastique de GĂ©rardmer s’est dĂ©roulĂ©e sous une douceur hors saison du mercredi 24 au dimanche 28 janvier 2024. Couvert par KillerSe7ven et le loup celeste, l’Ă©vènement valait une fois encore le dĂ©placement puisque l’ambiance bon-enfant (Ahouuu !!!), le dĂ©cor montagnard, les rencontres dans les files d’attentes, la bonne bouffe (la Tofaille, le Munster et des plats du terroir), les discussions entre cinĂ©phages et les fins de soirĂ©es (plus ou moins arrosĂ©es) au bar du Grand HĂ´tel s’Ă©taient donnĂ©s rendez-vous dans le massif des Vosges.

GĂ©rardmer 2024

Une programmation variĂ©e marquĂ©e par la revanche des femmes autrement plus fantastique que l’annĂ©e passĂ©e, l’enregistrement de cinq interviews dĂ©contractĂ©es sur un sofa (Romain de Saint-Blanquat, Demián Rugna, SaĂŻd Belktibia, SĂ©bastien VaniÄŤek et Jason Yu) et le tournage aux aurores de p’tits retours critiques dans un studio de fortune (montĂ© dans un appartement en plein centre ville), auront ainsi rythmĂ©s les pĂ©rĂ©grinations de nos deux compères.

Et si vous allez devoir patienter quelque peu pour tout dĂ©couvrir (de nombreux articles et/ou vidĂ©os vont suivre dans les jours Ă  venir), nous dĂ©marrons les hostilitĂ©s avec l’après-sĂ©ance de notre canis lupus des PyrĂ©nĂ©es. Suivez les gouttes de sang…

Sommaire

The Forbidden Play

The Forbidden Play

 (2023 / Japon / 109 min) de Hideo Nakata
VisionnĂ© le mercredi 24 janvier Ă  20h00 Ă  l’Espace LAC. CompĂ©tition

Naoto Ihara mène une vie heureuse avec son Ă©pouse Miyuki et leur fils Haruto. Leur bonheur est anĂ©anti le jour oĂą Miyuki meurt dans un accident de voiture. Naoto tombe dans un profond chagrin alors que Haruto prie tous les jours pour que sa mère revienne Ă  la vie après avoir enterrĂ© un de ses doigts au fond du jardin. Des phĂ©nomènes Ă©tranges se produisent bientĂ´t…

Acteurs aux yeux Ă©carquillĂ©s en surjeu permanent, scĂ©nario empli d’absurditĂ©s effroyablement prĂ©visible, mise en scène tĂ©lĂ©visuelle au kitsch Ă©hontĂ© et effets grotesques complètement dĂ©modĂ©s, hantent ce J-Horror fauchĂ© au sujet rabâchĂ© oĂą les quelques frayeurs ont bien du mal Ă  se manifester dans tout ce mĂ©li-mĂ©lo. Non, cet esprit vengeur aux cheveux longs n’est vraiment pas Sadako ! 🩸

La Morsure

 (2023 / France / 87 min) de Romain de Saint-Blanquat
VisionnĂ© le jeudi 25 janvier Ă  14h30 Ă  l’Espace LAC. RĂ©trospective vampires

1967, pendant le Mardi gras. Françoise, 17 ans, est pensionnaire d’un lycée catholique. Persuadée qu’il ne lui reste qu’une seule nuit avant sa mort, elle fait le mur avec son amie Delphine pour se rendre à une fête costumée et pouvoir vivre cette nuit comme la dernière.

Convoquant tout un pan du cinĂ©ma vampirique, ce teen-movie qui se cherche avec intelligence (rĂ©cit initiatique, drame ou horreur fantastique ?) est une première Ĺ“uvre Ă  l’identitĂ© marquĂ©e (une photographie onirico-lugubre cultivant un goĂ»t pour la Hammer) et Ă  la bande-son indĂ© (du garage rock) portĂ©e par une LĂ©onie Dahan-Lamort magnĂ©tique. « I would prefer not to ». 🩸🩸🩸🩸

Perpetrator

 (2023 / États-Unis & France / 101 min) de Jennifer Reeder
Visionné le jeudi 25 janvier à 20h00 au Casino. Compétition

Jonny Baptiste est une adolescente insouciante envoyĂ©e chez sa tante Hildie, avec laquelle elle n’avait plus de contact. Le jour de ses 18 ans, elle subit une mĂ©tamorphose radicale : un sort familial qui la redĂ©finit, appelĂ© Forevering. Lorsque plusieurs adolescentes disparaissent dans sa nouvelle Ă©cole, Jonny, sauvage et mythique, se lance Ă  la poursuite du Perpetrator.

FĂ©rocement fĂ©ministe et queer-friendly, cette sĂ©rie B horrifique 100% girl power dĂ©tourne cocassement les tropes du genre mais se vautre dans les mares de sang (dĂ©goulinant d’orifices plus ou moins naturels) qu’elle laisse dans son sillage. Car entre des situations sans queue ni tĂŞte, des personnages schizophrènes et des thèmes survolĂ©s (le passage Ă  l’âge adulte, la prĂ©dation masculine), ce drame adolescent qui se masturbe maladroitement en pensant au cinĂ©ma de Cronenberg (le body horror) et Lynch (la musique) se fait mordre par ses dĂ©fauts d’Ă©criture. Misandre cette sororitĂ© ? 🩸🩸

The Funeral

 (2023 / Turquie / 109 min) de Orçun Behram
Visionné le jeudi 25 janvier à 22h00 au Casino. Compétition

Cemal, un conducteur de corbillard solitaire, se voit un jour confier une tâche mystĂ©rieuse : une jeune fille nommĂ©e Zeynep a Ă©tĂ© sauvagement assassinĂ©e et le corps doit ĂŞtre convoyĂ© par la route Ă  sa famille dans l’est du pays. En chemin, lors d’une nuit, il ouvre les portes arrière du fourgon et entend d’étranges grognements Ă©manant du corps de la dĂ©funte. Il vĂ©rifie alors son pouls, mais elle n’en a plus. FascinĂ© par la beautĂ© spectrale de la jeune fille, Cemal en tombe peu Ă  peu amoureux et commence Ă  tuer des gens pour la nourrir…

Sur fond de road-trip Ă  l’ambiance glauque, ce drame horrifique au rythme traĂ®nant vĂ©hicule un sous-texte sur les rapports toxiques (un Keanu Reeves turque acceptant de devenir un tueur en sĂ©rie pour « sa belle Â») concomitamment Ă  sa relecture du mythe zombiesque (qui retrouve son origine chamanique). Croyant dur comme fer en son high concept, ce film de genre alimentĂ© par son cannibalisme ad nauseum dĂ©vore toute joie de vivre jusqu’Ă  un final libĂ©rateur (mĂŞme si maladroit dans son exĂ©cution). Si les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts; les morts, au contraire, instruisent les vivants ! 🩸🩸🩸

Amelia's Children

Amelia’s Children

 (2023 / Portugal / 92 min) de Gabriel Abrantes
Visionné le vendredi 26 janvier à 09h00 au Casino. Compétition

Orphelin depuis sa naissance, Edward dĂ©couvre Ă  l’âge adulte qu’il a un jumeau et une mère qu’il ne connaĂ®t pas. Avec sa petite amie Ryley, il part les rencontrer dans leur magnifique demeure isolĂ©e au cĹ“ur d’une rĂ©gion recluse. Les retrouvailles passĂ©es, le jeune couple se rend compte que les apparences sont trompeuses : la famille d’Edward cache un monstrueux secret.

Faussement familier mĂŞme s’il se conforte dans les lieux communs, ce drame fantastico-horrifique qui remonte l’arbre gĂ©nĂ©alogique du folklore portugais (non sans ADN hitchcockien) s’intĂ©resse Ă  la jeunesse Ă©ternelle dans un paradis de façade (Ă  la dĂ©co europĂ©enne) oĂą sĂ©journe un chaudron empli d’humour cringe, de scènes malaisantes et de saillies de violence. Embrassons cette vĂ©ritĂ© selon laquelle le temps ordonne Ă  la vieillesse de dĂ©truire la beautĂ© ! 🩸🩸🩸🩸

Resvrgis

Resvrgis

 (2023 / Italie / 90 min) de Francesco Carnesecchi
Visionné le vendredi 26 janvier à 20h00 au Casino. Compétition

Sara et ses amis partent chasser en montagne. Mais quelque chose de malveillant rĂ´de au plus profond des bois reculĂ©s. La partie de chasse, qui devait ĂŞtre un moment de dĂ©tente, va se transformer en cauchemar bien rĂ©el…

Une promenade dans les bois Ă  l’ambiance certes pesante mais au sentier balisĂ© pour un survival classique au pitch rudimentaire, oĂą une crĂ©ature cheap met softement en lambeaux des clichĂ©s sur pattes rĂ©unis par un Ă©vĂ©nement traumatique seulement fonctionnel. Et si le mysticisme prend part Ă  la chasse, c’est pour « donner le change Â» et non rabattre le gibier. Le cinĂ©ma fantastique italien n’est plus que l’ombre de lui-mĂŞme ! 🩸🩸

When Evil Lurks

 (2023 / Argentine / 99 min) de Demián Rugna
Visionné le vendredi 26 janvier à 22h00 au Casino. Compétition

Après avoir découvert un cadavre mutilé près de leur propriété, deux frères apprennent que les événements étranges survenant dans leur village sont causés par un esprit démoniaque qui a élu domicile dans le corps purulent d’un homme. Le mal dont souffre ce dernier ne tarde pas à se répandre comme une épidémie, affectant d’autres habitants de la région.

Alors que les Ă©glises sont mortes depuis longtemps, cette possession dĂ©moniaque qui se rĂ©pand telle une maladie infectieuse fĂŞte l’avènement de la « fin du monde Â» en faisant un grand carnage Ă  l’Ă©chelle grandissante. Traumatique et jusqu’au boutiste (elle n’Ă©pargne personne), cette Ĺ“uvre horrifique sournoise aux relents macabres fulciens et Ă  la fatalitĂ© inĂ©luctable joue sur une peur imprĂ©visible… Ă€ mille lieux donc des facilitĂ©s ressassĂ©es d’un genre rincĂ© depuis L’Exorciste. Quand le mal naĂ®t, la nature meurt ! 🩸🩸🩸🩸🩸

Roqya

Roqya

 (2023 / France / 91 min) de Saïd Belktibia
Visionné le samedi 27 janvier à 09h00 au Paradiso. Hors compétition

Nour vit de contrebande d’animaux exotiques pour des guĂ©risseurs. Lorsqu’une consultation dĂ©rape, elle est accusĂ©e de sorcellerie. PourchassĂ©e par les habitants du quartier et sĂ©parĂ©e de son fils, elle se lance alors dans une course effrĂ©nĂ©e pour le sauver. La traque commence…

Alors qu’il est question de « croyance Â» au sens large, ce drame sociĂ©tal Ă  la thĂ©matique rarement abordĂ©e se voie bousculĂ© par une sorcellerie ordinaire (nos paroles ayant forcĂ©ment un impact sur la personne qui les reçoit) obligeant sa râqi (ou plutĂ´t sa charlatane interprĂ©tĂ©e par une Golshifteh Farahani « possĂ©dĂ©e Â») Ă  stopper la pratique de l’automĂ©dication pour sauver sa propre chair. Et empruntant des dĂ©tours inattendus dans le but de construire un mal intimement liĂ© Ă  la complexitĂ© de la nature humaine, c’est en consultant son instinct primitif qu’il trouve son salut. Éduquez-vous pour ne pas croire aveuglĂ©ment en quelque chose qui s’impose Ă  votre regard ! 🩸🩸🩸

It's a Wonderful Knife

It's a Wonderful Knife

 (2023 / États-Unis, Royaume-Uni & Canada / 87 min) de Tyler MacIntyre
VisionnĂ© le samedi 27 janvier Ă  17h30 Ă  l’Espace LAC. Hors compĂ©tition

Un an après avoir sauvĂ© la ville d’Angel Falls d’un tueur en sĂ©rie la veille de NoĂ«l, Winnie Carruther ne se remet pas de cette soirĂ©e traumatisante et fait le souhait de ne jamais ĂŞtre venue au monde. Son vĹ“u exaucĂ©, elle se retrouve dans un univers parallèle cauchemardesque oĂą elle n’a jamais existĂ© et dans lequel le tueur est de retour. Afin de retrouver sa propre rĂ©alitĂ©, Winnie doit Ă  nouveau l’affronter !

Quand le classique de Capra (La vie est belle) est visitĂ© par l’ange sanglant du slasher, le spectateur est conviĂ© Ă  une chouette sĂ©rie B qui s’amuse des codes et clichĂ©s du genre (sans oublier ceux des films de NoĂ«l) alors que les couleurs s’Ă©teignent Ă  la suite d’un rĂ©veillon contrariĂ© par un tueur masquĂ© au look frappant. Souviens-toi… l’hiver dernier ! 🩸🩸🩸

Sleep

Sleep

 (2023 / Corée du Sud / 99 min) de Jason Yu
VisionnĂ© le samedi 27 janvier Ă  20h00 Ă  l’Espace LAC. CompĂ©tition

La vie d’un jeune couple est bouleversĂ©e lorsque le mari devient somnambule et se transforme en quelqu’un d’autre la nuit tombĂ©e. Sa femme, submergĂ©e par la peur qu’il fasse du mal Ă  leur nouveau-nĂ©, ne trouve alors plus le sommeil…

Entre drame psychologique et suspense surnaturel, ce « feel good horror movie Â» (dixit son rĂ©alisateur) oĂą coexiste la science moderne et les superstitions ancestrales s’endort dans l’angoisse avant que le sommeil ne se transforme en cauchemar. Mais alors qu’il songe Ă  la dualitĂ© en mĂŞlant le rire Ă  l’effroi, c’est en se rĂ©veillant qu’il mĂ©dite sur la vie conjugale (une mise Ă  l’Ă©preuve permanente). Pour lors, connaĂ®t-on rĂ©ellement celui ou celle qui partage notre lit ? 🩸🩸🩸🩸

La Damnée

La Damnée

 (2023 / France / 80 min) de Abel Danan
VisionnĂ© le dimanche 28 janvier Ă  10h30 Ă  l’Espace LAC. CompĂ©tition

Yara, jeune marocaine souffrant de troubles, est venue Ă©tudier Ă  Paris. ConfinĂ©e dans son appartement, elle est la proie de phĂ©nomènes effrayants, mĂŞlant bribes de son passĂ© et apparitions monstrueuses. Un soir, une mystĂ©rieuse apparition vient perturber son quotidien, la poussant au bord de la folie…

Dans ce huis clos imposĂ© par le confinement, vĂ©ritable catalyseur de la fragilitĂ© humaine et de la peur de l’autre, un drame surnaturel Ă  l’ambiance angoissante (une photographie volontairement rĂ©pugnante) et Ă  la mise en scène ingĂ©nieuse (comme lorsque la camĂ©ra est montĂ©e sur un ventilateur) prend ses quartiers avec dans ses valises la divination marocaine. Sommes-nous tous potentiellement fous ? 🩸🩸🩸

En attendant la nuit

En attendant la nuit

 (2023 / France & Belgique / 104 min) de Céline Rouzet
Visionné le dimanche 28 janvier à 14h00 au Paradiso. Compétition

PhilĂ©mon est un adolescent pas comme les autres : pour survivre, il a besoin de sang humain. Dans la banlieue pavillonnaire un peu trop tranquille oĂą il emmĂ©nage avec sa famille, il fait tout pour se fondre dans le dĂ©cor. Jusqu’au jour oĂą il tombe amoureux de sa voisine Camila et attire l’attention sur eux…

Aussi attachant que cette famille prĂŞte Ă  tous les sacrifices pour un de ses membres « Ă  part Â», ce drame familial poignant aux couleurs vibrantes, Ă  la lumière fantasmĂ©e et au casting solide s’installe dans une banlieue pavillonnaire Ikea avec comme voisinage, les faux-semblants normatifs de la sociĂ©tĂ©. Et hantĂ© par les Ă©motions de son adolescent, victime d’une maladie orpheline l’empĂŞchant de s’intĂ©grer socialement, il flirte dans les ombres refuges d’un teen movie aux pulsions vampiriques. Le Sang, c’est la vie ! 🩸🩸🩸🩸

Le Mangeur d'âmes

 (2023 / France / 110 min) de Julien Maury & Alexandre Bustillo
Visionné le dimanche 28 janvier à 16h30 au Casino. Hors compétition

La commandante Élisabeth Guardiano est chargĂ©e d’aller enquĂŞter sur un double meurtre d’une rare brutalitĂ© dans une petite commune des Vosges. Sur place, elle rencontre le capitaine de gendarmerie Franck de Rolan qui fait face Ă  une sĂ©rie de disparitions d’enfants. Impuissants face Ă  un village hostile, ils vont ĂŞtre contraints d’unir leurs forces pour dĂ©couvrir la vĂ©ritĂ©, une vĂ©ritĂ© terrifiante empreinte de lĂ©gendes occultes…

D’après le roman d’Alexis Laipsker, ce polar poisseux sur fond de meurtres et de disparition d’enfants est aussi mal ficelĂ© qu’archi-ratĂ©. Mise en scène tĂ©lĂ©visuelle, jeu d’acteur risible, incohĂ©rences Ă  la pelle, situations grotesques, dialogues sans aucune crĂ©dibilitĂ© et invraisemblances procĂ©durales viennent de fait polluer la scène de crime (glauque Ă  souhait). Allumez plutĂ´t votre TV pour retrouver la sĂ©rie policière Ă  succès « Meurtres Ă … Â». Un immense gâchis ! 🩸

New Life

New Life

 (2023 / États-Unis / 85 min) de John Rosman
VisionnĂ© le dimanche 28 janvier Ă  20h00 Ă  l’Espace LAC. Hors compĂ©tition

Jessica Murdock est une femme en fuite qui tente désespérément d’échapper aux autorités en traversant la frontière canadienne. Elle est traquée par Elsa Gray, qui n’est ni policière ni agente fédérale, mais plutôt une mercenaire qui a un don pour retrouver les personnes qui tentent de disparaître. Alors que la poursuite se resserre, des corps sont retrouvés sur le chemin de Jessica. La confrontation entre ces deux femmes, en quête de sens et de rédemption, semble inévitable.

Emplie de mystères et stimulĂ©e par des actrices investies, cette traque tendue se muant peu Ă  peu en un drame post-pandĂ©mique aux symptĂ´mes horrifiques (dont je tairais la nature) se rĂ©vèle ĂŞtre une sĂ©rie B (Ă  l’amĂ©ricaine) carrĂ©e oĂą le scĂ©nario qui ne cesse de surprendre lâche quelques attaques chocs. MĂŞme prisonnier de son propre corps, il faut se battre et garder espoir en la vie ! 🩸🩸🩸

Le palmarès

Palmarès Gérardmer 2024

Le Jury longs mĂ©trages de la 31e Ă©dition du Festival international du film fantastique de GĂ©rardmer, prĂ©sidĂ© par Bernard Werber, entourĂ© de Caroline Anglade, MĂ©lanie Bernier, Clovis Cornillac, Charlotte Gabris, Jean-Paul SalomĂ©, Mathieu Turi et SĂ©bastien VaniÄŤek a dĂ©cernĂ© les prix suivants :

Grand Prix : Sleep
Prix du Jury : Amelia’s Children et En attendant la nuit
Prix de la Critique : When Evil Lurks
Prix du Public : When Evil Lurks
Prix du jury jeunes : The Seeding

Le Jury courts mĂ©trages de la 31e Ă©dition du Festival international du film fantastique de GĂ©rardmer, prĂ©sidĂ© par Bernard Minier, composĂ© de Adrien MĂ©nielle, Alice MoitiĂ©, Monsieur Poulpe et Mara Taquin a dĂ©cernĂ© le prix suivant :

Grand Prix du court mĂ©trage : Transylvanie

Nyctalope comme Riddick et pourvu d’une très bonne ouïe, je suis prêt à bondir sur les éditions physiques et les plateformes de SVOD. Mais si la qualité n'est pas au rendez-vous, gare à la morsure !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires sur Inline
Voir tous vos commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x